Newsroom
Le meilleur de l’actualité au fil des événements

Connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Abonnez-vous !

Découvrez l'offre de lancement du Desk

60 DH
1 mois
Découvrir les offres
13.05.2020 à 21 H 07 • Mis à jour le 13.05.2020 à 21 H 29
Par
Etats-Unis

Moncef Slaoui désigné par Trump pour mener la lutte contre le Covid-19

Le chercheur d’origine marocaine, Moncef Slaoui en 2017. AP
Le Maroco-américain Moncef Slaoui, 60 ans, ex-patron de la division vaccins de GlaxoSmithkline, devrait être désigné par le président américain pour mener une vaste initiative menée avec l’armée baptisée « Opération Warp Speed », destinée à concevoir un vaccin contre le nouveau coronavirus en huit mois. 300 millions de doses devront être produites d'ici la fin de l'année. Slaoui travaillera sur une base volontaire

Le président Donald Trump prévoit incessamment de nommer Moncef Slaoui, l’ancien chef de la division des vaccins de GlaxoSmithKline Plc d’origine marocaine, et Gustave Perna, un général américain quatre étoiles, pour diriger un effort de style « Manhattan Project » afin de développer un vaccin contre le nouveau coronavirus, révèle ce soir Bloomberg, de sources proches du dossier.


Slaoui, 60 ans, et Perna superviseront l’initiative connue sous le nom d’Opération Warp Speed, selon des sources anonymes. Slaoui travaillera sur une base volontaire.


Le projet de l’administration Trump vise à produire 300 millions de doses d’un vaccin Covid-19 d’ici la fin de l’année, accélérant le développement en testant simultanément de nombreux candidats différents et en commençant la production avant d’avoir terminé les essais cliniques.


Le programme réunira des sociétés pharmaceutiques privées, des agences gouvernementales et l’armée pour tenter de réduire le temps de développement d’un vaccin en huit mois, selon deux personnes proches du dossier. Slaoui servira de conseiller en chef du programme tandis que Perna travaillera en tant que directeur des opérations, ont déclaré les mêmes sources.


En 2017, Slaoui a pris sa retraite de Glaxo, où il travaillait depuis près de 30 ans. La société basée à Londres lui avait confié notamment la supervision de la production de vaccins qui a donné lieu au Rotarix, utilisé pour prévenir la diarrhée chez les nourrissons, et Cervarix, pour se protéger contre une infection virale qui peut conduire au cancer du col de l’utérus.


Slaoui siège aux conseils d’administration de plusieurs sociétés impliquées dans la recherche du vaccin, ce qui présente un conflit d’intérêts potentiel, avance Bloomberg. Il est membre du conseil d’administration de Moderna Inc., l’une des principales sociétés américaines développant un vaccin, depuis 2017. Et le mois dernier, il a rejoint le conseil d’administration de Lonza Group AG, une société médicale suisse qui a passé un contrat avec Moderna pour fabriquer son vaccin. Il siège également au conseil d’administration de SutroVax Inc., un développeur de vaccins.


En tant que membre du conseil d’administration en 2019, Slaoui a gagné 490 000 dollars de Moderna, dont 65 000 en cash et 425 000 en attributions d’options, selon un dossier d’entreprise.


Il est partenaire de la société de capital-risque Medicxi et siège au conseil d’administration du Human Vaccines Project, une entreprise à but non lucratif qui tente d’accélérer le développement de vaccins en comprenant mieux le système immunitaire, et a déclaré qu’il tentera d’accélérer les travaux sur une inoculation de coronavirus .


Slaoui a obtenu un doctorat en biologie moléculaire et immunologie de l’Université Libre de Bruxelles en Belgique, selon un communiqué de presse de Moderna en 2017. Il a terminé ses études postdoctorales à la Harvard Medical School et à la Tufts University School of Medicine.


Selon Politico, le secrétaire du HHS Alex Azar, la coordinatrice de la lutte contre le coronavirus de la Maison Blanche Deborah Birx et le conseiller principal de la Maison Blanche Jared Kushner faisaient partie des officiels qui ont interviewé Slaoui et d’autres candidats pour le poste la semaine dernière. Parmi les autres finalistes figurait l’ancien directeur des National Institutes of Health, Elias Zerhouni, d’origine algérienne.


Slaoui a nié à plusieurs reprises depuis la semaine dernière qu’il envisageait un rôle avec l’administration Trump.