Newsroom
Le meilleur de l’actualité au fil des événements

Connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Abonnez-vous !

Découvrez l'offre de lancement du Desk

60 DH
1 mois
Découvrir les offres
06.07.2020 à 05 H 26 • Mis à jour le 06.07.2020 à 05 H 36
Par
Guet-apens

Harcelés par Chouf TV, Omar Radi et Imad Stitou ont été embarqués par la police

Imad Stitou, rédacteur en chef du Desk en arabe, Omar Radi, rédacteur en chef enquêtes du Desk. Facebook
Les deux journalistes du Desk ont été interpellés par la police de Casablanca suite à une altercation avec un cameraman de Chouf TV venu les harceler. Selon les faits que nous avons reconstitués, Omar Radi, objet d’une enquête du parquet pour soupçons d’intelligence avec le Mi6 britannique sur la base d’articles diffamatoires de Chouf TV, et son collègue Imad Stitou, ont manifestement été piégés

Dimanche 5 juillet, vers 23 heures, les journalistes du Desk, Omar Radi et Imad Stitou ont été embarqués par la police et emmenés vers une destination inconnue après une altercation avec un cameraman de Chouf TV.



Omar Radi avait, dans l’après-midi, pu constater qu’un véhicule banalisé de marque Skoda Octavia de couleur noire le filait dans ses déplacements en ville. Le Desk dispose de plusieurs photographies du véhicule pouvait l’identifier par sa plaque d’immatriculation.



En début de soirée, les deux journalistes se sont rendus au Vertigo, un pub du centre-ville. Au sortir de l’établissement, Omar Radi a remarqué la présence du cameraman de Chouf TV qui avait pris l’habitude de le harceler lors de ses deux convocations successives, les 25 juin et 2 juillet dans les locaux de la Brigade nationale de la police judiciaire (BNPJ) pour y être interrogé dans le cadre d’une enquête ouverte par le parquet. Le parquet s’était auto-saisi après la publication par Chouf TV d’articles diffamatoires et à charge l’accusant gravement, entre autres joyeusetés, d’intelligence avec le service de renseignement britannique Mi6.


Le porte-parole du gouvernement, Saaid Amzazi, ainsi que le ministre des Affaires étrangères, Nasser Bourita, avaient, en compagnie de Mustapha Ramid, ministre chargé des droits de l’homme, fait état de cette enquête le 2 juillet à l’aune de leurs protestations à l’endroit d’Amnesty International suite à son rapport détaillant l’intrusion du téléphone portable d’Omar Radi à l’aide de Pegasus, un logiciel espion développé par la firme israélienne NSO Group et commercialisé à l’usage exclusif d’entités gouvernementales.


Le cameraman s’était garé à bord d’une Clio à l’entrée du pub en compagnie de son épouse, également journaliste à Chouf TV, et de leur enfant. Selon les témoignages recueillis par Le Desk auprès de personnes ayant croisé Radi et Stitou durant la soirée, le véhicule est demeuré stationné devant le Vertigo des heures durant, ce qui laisse supposer que ses occupants attendaient patiemment la sortie des deux journalistes.


Constatant que le cameraman de Chouf TV avait l’intention de les filmer, les deux journalistes ont tenté de faire de même à l’aide de leurs smartphones, rapportent les témoins de la scène que Le Desk a pu interroger. C’est alors que l’employé de Chouf TV est descendu de sa voiture pour vociférer dans la rue, accusant Radi et Stitou de l’avoir agressé alors qu’il se trouvait en présence de sa famille.


Moins d’une minute plus tard, un fourgon de police qui se trouvait stationné à l’angle de la rue, est arrivé en trombe sur les lieux pour embarquer les deux journalistes.


Omar Radi a pu, alors qu’il se trouvait à bord de l’estafette de police, enregistrer plusieurs audios qu’il a transmis à la rédaction du Desk. Il y rapporte des bribes du déroulé des faits.


Voix de Omar Radi


Voix de Imad Stitou


On y entend aussi des échanges (parfois inaudibles) avec les agents. Radi leur reproche « une interpellation agressive », refusant de leur remettre son téléphone portable arguant du fait qu’il ne fait pas l’objet d’une arrestation. Il accuse aussi les policiers de collusion avec Chouf TV compte tenu de l’enchainement rapide et suspect des événements. Le média, outre ses articles récurrents et orientés dans l’affaire Radi violant allègrement le secret de l’instruction, est réputé par ailleurs pour ses reportages filmés en direct sur des scènes de police qu’il diffuse avec un sensationnalisme extrême.


Voix de Omar Radi


Imad Stitou quant à lui tente d’expliquer aux policiers que Chouf TV les a harcelés à leur sortie du pub.


Voix de Imad Stitou puis de Omar Radi


Après que Radi et Stitou aient décliné leur fonction de journaliste à la demande des policiers, l’un d’eux leur a reproché le fait d’être des « journalistes en état d’ébriété ».


 

Alors que l’information de leur interpellation circulait sur les réseaux sociaux sans aucune mention de la présence des deux journalistes dans un bar, de nombreux trolls sur Facebook et Twitter les ont accusés d’être des « agresseurs en état d’ébriété ».


Chouf TV a, dans la foulée, rapidement publié sur Facebook une version des faits similaire à celle des trolls incriminant Omar Radi et Imad Stitou d’avoir agressé verbalement et physiquement son cameraman et soulignant que celui-ci était en présence de sa femme et de son fils. Le média décrit Omar Radi de baltagi et d’espion à la solde d’une puissance étrangère qui aurait ainsi cherché avec préméditation à s’en prendre à son employé.



Des connaissances des deux journalistes se sont rendues dans la nuit au siège de la Préfecture de police de Casablanca, boulevard Zerktouni, pour s’enquérir de leur sort. Elles ont été informées par les agents en faction qu’aucune personne correspondant à leur description n’était entre leurs mains. Omar Radi et Imad Stitou n’étaient pas non plus déclarés présents par le poste de permanence de nuit jouxtant la succursale de Bank Al Maghrib, angle avenue Hassan II et boulevard de Paris.


Disclaimer : Le Desk a édité les sonores reçus par Omar Radi alors qu’il se trouvait en compagnie de Imad Stitou dans le fourgon de police, les passages supprimés n’étant pas significatifs ou pouvant identifier certains protagonistes parmi les forces de l’ordre sur des propos non essentiels