Newsroom
Le meilleur de l’actualité au fil des événements

Connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Abonnez-vous !

Découvrez l'offre de lancement du Desk

60 DH
1 mois
Découvrir les offres
21.12.2020 à 22 H 08 • Mis à jour le 22.12.2020 à 13 H 00
Par
Maroc-Espagne

El Otmani provoque un incident diplomatique avec l’Espagne

Saâdeddine El Otmani sur le plateau de la chaîne de télévision égyptienne Acharq. Capture vidéo
Le gouvernement espagnol a convoqué « en urgence » l’ambassadrice marocaine à Madrid, Karima Benyaich, à la suite des déclarations du chef du gouvernement, Saâdeddine El Otmani, à la chaine de télévision égyptienne Acharq au sujet des présides de Ceuta (Sebta) et Melilla

Le gouvernement espagnol a convoqué «  en urgence »  l’ambassadrice du Maroc en Espagne, Karima Benyaich, suite aux déclarations du Chef du gouvernement Saâdeddine El Otmani, dans lesquelles il a fait le parallèle entre la situation qui prévaut au Sahara avec celles des enclaves de Ceuta (Sebta) et Melilla.


Selon l’agence Europa Press, la secrétaire d’Etat espagnole aux Affaires étrangères, Cristina Gallach, a communiqué à l’ambassadrice du Maroc que son Exécutif « attend de tous ses partenaires le respect de la souveraineté et l’intégrité territoriale » de l’Espagne.


Dans un entretien avec la chaîne égyptienne Acharq repris par les médias marocains, El Otmani a déclaré, rapporte Europa Press, concernant les deux enclaves espagnoles, que « le statu quo a duré cinq ou six siècles ». En ce sens, il a considéré que « le jour viendra où nous rouvrirons le dossier de Ceuta et Melilla, des territoires marocains comme le Sahara », rapporte la même source.



Lors de l’entretien diffusé ce lundi, El Otmani avait cependant précisément déclaré que « Ceuta et Melilla faisaient partie des points à aborder », reconnaissant qu’aujourd’hui, « le statu quo fait loi ». Répondant à une question sur la «  marocanité » des deux enclaves espagnoles, « comme c’est le cas pour le Sahara », le chef du gouvernement a acquiescé, avant de rétorquer : « oui, c’est vrai ».




Selon un communiqué du ministère des Affaires étrangères ibérique, Cristina Gallach a « réclamé des clarifications à propos des déclarations du premier ministre marocain ».