Newsroom
Le meilleur de l’actualité au fil des événements

Connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Abonnez-vous !

Découvrez l'offre de lancement du Desk

60 DH
1 mois
Découvrir les offres
10.05.2021 à 00 H 47 • Mis à jour le 10.05.2021 à 01 H 12
Par
Algérie

Abdelmadjid Tebboune ordonne la résiliation immédiate des contrats conclus avec des sociétés marocaines

Abdelmadjid Tebboune, président algérien. SIPA PRESS
Le président algérien a adressé une sévère mise en garde à son premier ministre, aux membres du gouvernement, dont particulièrement celui des Finances, et aux directeurs des entreprises du secteur public marchand pour qu’ils mettent un terme aux contrats « signés avec des firmes de pays hostiles à l’Algérie »

Le président algérien, Abdelmadjid Tebboune, a ordonné à aux entreprises publiques de son pays, mais aussi privées la « résiliation immédiate » de tous les contrats en cours avec « les pays ennemis de la nation », rapportent un certain nombre de médias locaux, comme Algérie patriotique ou encore Ennahar, qui citent en particulier le Maroc.


L’ordonnance présidentielle a été transmise à tout l’exécutif algérien, dont le ministère des Finances pour qu’il avorte sur le champ tous les transferts de dividendes liés à ces contrats. Tebboune a particulièrement mis en garde son gouvernement et les chefs d’entreprises algériennes pour qu’elles se conforment à cet ordre sous peine de sanctions judiciaires.


Les contrats visés doivent être résiliés « immédiatement », a insisté le président algérien. Toute « défaillance » sera considérée comme « relevant de la concussion et de la complicité », a-t-il menacé.


Dans l’instruction du chef de l’Etat algérien, il est fait mention à des « relations contractuelles avec des entités étrangères sans considération des intérêts économiques et stratégiques du pays ». Des pratiques qui « ont tendance à se généraliser », a indiqué Tebboune qui ordonne ainsi qu’il y soit mis fin définitivement à cette situation dans un délai de dix jours.


La Compagnie algérienne d’assurance et de réassurance (CAAR) et la Société nationale d’assurance (CNA), ainsi que l’opérateur téléphonique et provider d’internet semi-public Djezzy ont été particulièrement sommée de mettre fin à ces contrats avec des « sociétés proches de lobbys ennemis de l’Algérie ».


Dans sa missive, rapportent les médias algériens, Tebboune a exigé des entreprises de son pays de faire preuve « de responsabilité et de circonspection dans leurs relations avec les partenaires étrangers, en veillant en toutes circonstances à la préservation des intérêts supérieurs de l’Etat ».


Il a ajouté que ces contrats « engagés sans concertation, se traduisent par la mise à la disposition d’entités étrangères de données et d’informations sensibles qui peuvent porter atteinte aux intérêts vitaux de notre pays et à sa sécurité ».


Certaines sociétés privées marocaines, exerçant notamment dans les métiers liés à la finance ou dans les nouvelles technologies, assistent un certain nombre d’entreprises algériennes depuis des années.

©️ Copyright Pulse Media. Tous droits réservés.
Reproduction et diffusions interdites (photocopies, intranet, web, messageries, newsletters, outils de veille) sans autorisation écrite