logo du site ledesk
Newsroom
Le meilleur de l’actualité au fil des événements

Connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Abonnez-vous !

Découvrez l'offre de lancement du Desk

60 DH
1 mois
Découvrir les offres
31.01.2022 à 17 H 01 • Mis à jour le 31.01.2022 à 17 H 03
Par et
Coopération

AFD au Maroc : Un niveau d’engagement « historique » de 610 M€ en 2021

L’Agence Française de Développement fête le 30ème anniversaire de sa présence au Maroc. MAP
L'Agence française de développement (AFD), qui célèbre ses 30 ans de présence au Maroc, ouvre un nouveau cycle stratégique sur la période 2022-2026 à travers la mobilisation de ses outils financiers et d'accompagnement, ainsi que ses filiales Proparco et Expertise France, pour soutenir le Nouveau modèle de Développement (NMD)

L’activité de l’Agence française de développement (AFD) a atteint « un niveau historique » à 610 millions d’euros d’engagement en 2021, confirmant le positionnement du groupe en appui aux réformes clés du Royaume, a indiqué, lundi à Rabat, le directeur de l’AFD au Maroc, Mihoub Mezouaghi.


Intervenant à l’occasion de la célébration des 30 ans de l’AFD au Maroc, Mezouaghi a souligné que l’année 2021 a vu l’octroi de grands projets structurants, notant dans ce sens que l’Agence soutient notamment la réforme de la protection sociale du Royaume qui réduira les inégalités dans l’accès aux soins de santé en accompagnant l’intégration de 22 millions de personnes supplémentaires dans le régime d’Assurance Maladie Obligatoire (AMO).


« Elle accompagne aussi la stratégie nationale ‘Forêts du Maroc 2020-2030’ dont l’objectif est de préserver et renforcer les services écosystémiques de la forêt et des parcs nationaux tout en développant l’emploi local (écotourisme, agroforesterie) », a-t-il poursuivi, précisant que l’Agence a également renforcé son accompagnement à la mise en place d’une budgétisation sensible au genre, politique structurante en faveur de l’égalité.


Après avoir rappelé que le tiers des engagements 2021 de l’Agence soutient les secteurs sociaux et la lutte contre les inégalités sociales, Mihoub a fait savoir que l’AFD a diversifié son offre en appuyant le Royaume sur des projets innovants, notamment la mise en œuvre d’un dispositif de Startups d’État au sein de l’administration marocaine, l’appui à la Fondation Nationale des Musées du Maroc (FNM), à travers un programme panafricain de renforcement des capacités et d’échange d’expériences dans les métiers des musées et du patrimoine ou encore dans le domaine du Sport avec le programme pédagogique « Basketball Experience ».


S’attardant sur les divers projets porteurs d’impacts pour les Marocains, le responsable a mis en exergue les plus de 150 projets financés par le Groupe AFD depuis 2010, pour l’accès à l’eau, l’assainissement et l’énergie dans les secteurs sociaux, l’agriculture et la biodiversité, les transports, l’économie sociale et solidaire, ou en faveur de l’égalité de Genre.


Il a, à cet effet, fait valoir qu’à fin 2021, les projets accompagnés par le Groupe ont notamment permis de réaliser la scolarisation de 31 000 élèves dont 14 000 filles, l’insertion professionnelle de 95 % des jeunes formés au sein des Instituts en Gestion Déléguée, l’économie d’1 million de tonnes d’émissions carbone, l’accès à un service d’assainissement durable à 240 000 personnes ainsi que la mise en service de tramway à Rabat et Casablanca pour 1 million d’usagers (dont 44 % de femmes).


Mihoub a, par ailleurs, relevé que l’AFD ouvre un nouveau cycle stratégique sur la période 2022-2026 à travers la mobilisation de ses outils financiers et d’accompagnement, ainsi que ses filiales Proparco et Expertise France, pour soutenir le Nouveau modèle de Développement (NMD) avec notamment une nouvelle stratégie reposant sur 4 axes stratégiques.


Il s’agit, a-t-il dit, d’une relance par l’investissement privé et l’initiative entrepreneuriale, l’inclusion socioéconomique des jeunes et des femmes par le développement humain, la décarbonation de l’économie et la résilience écologie et sociale des territoires.


Dans la même veine, l’Ambassadrice de France au Maroc, Hélène Le Gal, a souligné que le groupe déploie une large palette d’instruments financiers, de partenariat et d’accompagnement, incluant l’activité de ses filiales Proparco, dédiée au financement du secteur privé, et Expertise France, en charge de l’appui technique.


Elle a, dans ce sens, affirmé que son activité se traduit non seulement par des prêts, à l’Etat, aux entreprises et banques publiques, au secteur privé, mais également par des subventions qui soutiennent des actions de renforcement de capacité, d’expertise ou d’études.


L’essentiel de l’activité de l’Agence française de développement (AFD) au Maroc depuis 2010
1- Valoriser le capital humain et favoriser l’insertion économique des jeunes :
–  Promotion du continuum éducation/formation professionnelle/emploi (340 M €) à travers :
Un appui à la stratégie 2015-2030 du Maroc qui prévoit la rénovation et l’amélioration du système d’éducation et de formation.
Le financement de 25 centres de formation professionnelle (dont IFMIA, IMA, IFMEREE).
L’Accompagnement d’un programme pour améliorer l’accès des jeunes à l’emploi et stimuler l’entrepreneuriat dans les régions de Rabat-Salé-Kénitra, Tanger Tétouan-Al Hoceima et Souss-Massa.
–  Soutenir la réforme de la Protection Sociale et améliorer l’offre de soins (155 M €) à travers :
Le financement d’un appui à la politique nationale de soins de santé primaire, des appuis spécifiques sur le développement de la santé numérique et l’amélioration de la prise en charge des infections rénales chroniques.
Un soutien conséquent à la réforme de la protection sociale, qui réduira les inégalités dans l’accès aux soins de santé en accompagnant l’intégration de 22 millions de personnes supplémentaires dans le régime d’Assurance Maladie Obligatoire.
2- Contribuer au développement et à l’attractivité du territoire
–  Participer au développement de villes durables (680 M €) à travers :
Un soutien des villes résilientes au changement climatique et appui à la réalisation du plan Azur qui place le tourisme durable au cœur de ses priorités.
–  Soutenir l’agriculture, le développement rural et la pêche (365 M €) à travers :
Un appui à la stratégie nationale “Génération Green 2020-2030”  en faveur du renforcement de l’agriculture familiale et solidaire et des TPME en milieu rural et dans le secteur agroalimentaire.
–  Améliorer les services essentiels (515 M €) à travers :
Un financement depuis plus de 10 ans du Plan National d’Assainissement.
Un financement direct aux régies multiservices et un appui à la création de sociétés régionales multiservices, concourant au processus de régionalisation avancée.
3- Accompagner la résilience au changement climatique –  Renforcer l’accès à la mobilité et aux transports (708 M €) à travers :
Un financement de lignes de tramway à Rabat-Salé et à Casablanca
La participation au financement de la LGV Tanger -Casablanca qui a transporté plus de 2,5 millions de voyageurs durant sa première année d’exploitation.
Un accompagnement de l’Agence nationale des Ports pour l’adaptation des ports face aux effets du changement climatique et leur intégration dans le tissu urbain.
–  Promotion des énergies renouvelables et l’efficacité énergétique (293 M €) à travers :
Une intervention en faveur du plan solaire marocain (Noor) réalisé par MASEN, et la promotion de l’efficacité énergétique outre déploiement des énergies renouvelables à travers plusieurs lignes de crédit à des institutions financières et un appui à des sociétés de parcs immobiliers.
–  Préserver la forêt et la biodiversité (110 M €) à travers :
Le soutien à la stratégie nationale “Forêts du Maroc 2020-2030” , avec pour objectif de préserver et renforcer les services écosystémiques de la forêt et des parcs nationaux (stockage de carbone, protection des sols, refuge de biodiversité) tout en développant l’emploi local (écotourisme, agroforesterie).
4- Appuyer la gouvernance et le processus de régionalisation avancée
–  Accompagner le processus de régionalisation avancée (304 M €) à travers :
Un accompagnement du Fonds d’Équipement Communal (FEC) et des collectivités et leurs démembrements (Sociétés de Développement Local, régies) pour financer des projets d’investissement durable.
Un soutien de la coopération entre les collectivités marocaines et françaises : entre la Métropole de Lyon, la Société du Tramway de Rabat-Salé et l’ECI Al Assima et entre la Région Occitanie, Régions de France et l’Association des Régions du Maroc.
–  Prendre en compte le genre dans les politiques publiques (152 M €) à travers :
Un accompagnement de l’initiative marocaine de budgétisation sensible au genre (BSG) afin de favoriser l’égalité d’accès des femmes et des hommes aux ressources et services publics.
–  Un dialogue stratégique sur les politiques publiques, à travers :
La réalisation d’un ensemble d’études sur l’impact macroéconomique de la transition énergétique, les effets de la politique budgétaire sur la réduction des inégalités et l’insertion du Maroc dans la zone de libre-échange continentale africaine (ZLECA).
–  Soutien au développement de l’économie numérique, à travers :
L’accompagnement de la création des premières Startup d’Etat au sein de l’administration marocaine.

©️ Copyright Pulse Media. Tous droits réservés.
Reproduction et diffusions interdites (photocopies, intranet, web, messageries, newsletters, outils de veille) sans autorisation écrite