logo du site ledesk
Newsroom
Le meilleur de l’actualité au fil des événements

Connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Abonnez-vous !

Découvrez l'offre de lancement du Desk

60 DH
1 mois
Découvrir les offres
20.10.2022 à 17 H 53 • Mis à jour le 20.10.2022 à 22 H 57
Par
Innovation

Mehdi Bensaid lève le voile sur le projet de la Cité du Gaming

Crédit : Ministère de la Transition Numérique et de la Réforme de l’Administration
Ce 20 octobre, le ministre de la Culture, Mehdi Bensaid, a présenté le projet porté par son prédécesseur : celui d’une zone d’accélération économique dédiée au Gaming, transformée aujourd’hui en « Cité du Gaming » dont les fondements viennent d'être élaborés par le cabinet de conseil Etic Consult. Les détails

À Rabat, le ministre de la Jeunesse, de la Culture et de la Communication, Mehdi Bensaid, a annoncé ce jeudi la préparation de la future Cité du Gaming.


L’annonce a été faite, lors du Morocco E-Sport Summit, aux côtés de Ghita Mezzour, ministre déléguée chargé de la Transition Numérique et de la Réforme de l’Administration, Ali Seddiki, patron de l’Agence marocaine de développement des investissements et des exportations (AMDIE), Néjma El Houda Bouamama, directrice du CRI de Rabat-Salé-Kénitra, et Adel Benhayoun, patron d’Etic Consult, la boite de conseil en charge de l'étude de création de la Cité du Gaming.


Etic Consult aux manettes

Benhayoun avait remporté le marché de l'élaboration de l'étude en août 2021, comme nous le rapportions précédemment. À l’époque, c’est l’ex-ministre Othman El Ferdaous qui avait initié le projet pour l’élaboration d’une zone d’accélération économique (ZAE) dédiée au Gaming mais aussi à l’industrie du cinéma. D'après des sources concordantes, l'idée soumise par El Ferdaous avait été motivée par plusieurs concertations, dont notamment avec de proches conseillers du ministre s'activant dans le domaine.


Facturée à 2,9 millions de dirhams (MDH) par Etic Consult, l’étude commandée prévoit la préparation à la passation d'un partenariat public-privé (PPP) pour la gestion de la ZAE enq uestion.


Etic Consult avait notamment été chargée d'établir un scénario de développement du secteur, en qualifiant son impact en valeur ajoutée, création d'emplois, potentiel de développement à l'export tout en proposant une vision du positionnement stratégique de la zone.


Dans l’étude présentée ce jeudi, dont Le Desk détient copie, la ZAE devient la Cité du Gaming. L’ambition présentée est celle de trouver des « partenaires privés, spécialistes dans le Gaming », se présentant comme des acteurs de référence à l’échelle mondiale. Ils devraient avoir la capacité à placer le Maroc dans le radar mondial du secteur du Gaming.


S’agissant du partenariat public, il sera question de mettre en place un macro-environnement favorable à l’essor du secteur du Gaming.


On prévoit notamment la création de studios au Maroc, la mise en place d’un écosystème structure dans le Gaming, la réalisation d’investissements matériels et immatériels au Maroc, le transfert technologique et la matérialisation de l’ambition portée au niveau du contrat de performance.


De premiers détails sur la Cité du Gaming

Pour l’occasion, à la presse, de nouveaux détails ont été fournis au sujet de la Cité du Gaming. Elle sera située en milieu urbain et plus précisément dans l’arrondissement de Yacoub El Mansour à Rabat, à proximité du quartier des étudiants de Madinat Al Irfane.


L’infrastructure s’étalera sur une superficie globale de 5 hectares et bénéficiera d’une très bonne connectivité avec tous les moyens transports, notamment les transports publics, fait-on savoir.


Dans le détail, le projet de la Cité du Gaming est pensé en trois tours dont l’aménagement se fera en trois phases. Des espaces d’accueil, des salles de réunions et de formation, des espaces de restauration, ainsi que des locaux techniques seront aménagés au niveau de la tour 1.


Les deux autres tours seront composées, entre autres, d’espaces d’accueil, d’open-space et de bureaux pour superviseurs et encadrement. La Cité du Gaming offrira également des services extérieurs conventionnés, notamment une clinique, des établissements de formation et un hôtel.


Pour Ali Seddiki de l’AMDIE, « le timing est bon »

Lors de l’évènement de la Cité du Gaming, Mehdi Bensaid a par ailleurs précisé que « le Gaming se place comme un acteur majeur, le premier au niveau de l’industrie culturelle dans son nouvel aspect ». Il a tenu à préciser dans ce cadre que le gouvernement a investi dans cette cité du Gaming à Rabat avant même d’avoir une confirmation. « Nous misons sur une jeunesse qui peut devenir champion continental », a-t-il poursuivi.


Pour sa part, Ghita Mezzour assure que le Maroc a un grand potentiel dans le Gaming, avec des jeunes qui se distinguent à l’international. D’autant plus que « Le digital est une des dix grandes priorités du Nouveau Modèle de Développement ».

 

De son côté, Ali Seddiki considère que « le timing est bon », en référence au lancement de la Cité de Gaming. « On est dans un contexte démographique extrêmement accommodant, dans le sens où le Maroc compte beaucoup de jeunes, ce qui est en même temps un atout et un défi ».


Le secteur du Gaming est selon Seddiki, un secteur en forte croissance, mais aussi en forte demande, et le Maroc se place comme le premier pourvoyeur de talents dans la rive sud méditerranéenne. Pour Seddiki, le Maroc se distingue par sa capacité à travailler avec les opérateurs privés.


Par ailleurs, Bouamama a déclaré que « nous considérons le Gaming comme un écosystème Gaming plutôt qu’une industrie. On greffera à cet écosystème plusieurs niches pour renforcer une chaine de valeur ».

 

Enfin, Adel Benhayoun est revenu sur ce qu’il considère comme « un projet ambitieux ». Pour lui, toutes les étoiles sont alignées pour réussir ce projet. « On a tous les atouts pour être un acteur dynamique mondial », poursuit-il, précisant que ce projet mise sur une approche fondée sur un partenariat public-privé.

 

« La Cité du Gaming est une zone spécialisée dans le Gaming, visant à servir de projet pilote au niveau national et à inscrire le Maroc dans le radar international de l’industrie du Gaming », conclut Benhayoun.

©️ Copyright Pulse Media. Tous droits réservés.
Reproduction et diffusions interdites (photocopies, intranet, web, messageries, newsletters, outils de veille) sans autorisation écrite