S'abonner
Se connecter
logo du site ledesk
Newsroom
Le meilleur de l’actualité au fil des événements

Connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Abonnez-vous !

Découvrez l'offre de lancement du Desk

60 DH
1 mois
Découvrir les offres
11.07.2024 à 01 H 16 • Mis à jour le 11.07.2024 à 01 H 16
Par
Litige

L’Emirati e& étudie « toutes les options » quant à son investissement dans Maroc Telecom

Siège de Maroc Telecom. IAM. ©Mohamed Drissi K./ Le Desk
Suite à la confirmation en appel de l’amende de 6,368 milliards de dirhams infligée à sa filiale marocaine dans l’affaire qui l’oppose à Wana Corporate, l’opérateur émirati e& a affirmé que « toutes les options sont envisageables concernant son investissement dans Maroc Telecom »

e&  (ex-Etisalat) a exprimé sa « déception » face à la décision de la Cour d'appel de Casablanca, en date du 3 juillet, qui a rejeté l'appel interjeté par sa filiale Maroc Telecom dans l’affaire qui l’oppose à Wana Corporate (Inwi), annonce l’opérateur émirati par voie de communiqué.


La Cour d'appel a ainsi confirmé le jugement rendu par le tribunal de commerce de Rabat, en date du 29 janvier, obligeant Maroc Telecom à payer une amende de 6,368 milliards de dirhams (équivalent à 645 millions de dollars) à la société Wana, suite à des pratiques jugées anticoncurrentielles selon l'accusation.


En tant qu'actionnaire majoritaire de Maroc Telecom, avec une participation de 53 %, le groupe e&  « reste confiant en ce qui concerne sa conformité continue à respecter toutes les lois et règles réglementaires sur les différents marchés », poursuit la même source.


Le groupe « croit fermement à la validité de la position juridique de Maroc Telecom et à l'intention d'explorer toutes les voies légales disponibles pour faire appel de cette décision et protéger les investissements de e&  dans Maroc Telecom ».


e&  assure ses actionnaires que ce jugement « n'affectera pas les résultats financiers consolidés du groupe e&  pour le deuxième trimestre de 2024 ou les périodes suivantes, grâce à une couverture adéquate des risques réglementaires internationaux ».


Jassem Mohamed Bu Ataba Alzaabi, Président du Conseil d'administration du Groupe e& , a déclaré : « Il est regrettable que, tandis que le capital mondial cherche à tirer parti du pouvoir transformationnel de la technologie pour améliorer l'infrastructure numérique, les services gouvernementaux intelligents et les solutions numériques pour les citoyens, un environnement réglementaire difficile affecte négativement les perspectives futures de nos investissements au Maroc ».

 

Les investissements entravés au Maroc

Hatem Dowidar, PDG du groupe e& , a ajouté que « le groupe e&  s'engage à respecter pleinement les lois des marchés dans lesquels nous opérons. Favoriser l'autonomisation numérique des communautés a été un pilier du succès de e&  au cours des dernières décennies. Nous affirmons que pour conduire l'avenir numérique, une coopération constructive entre les prestataires de services, les régulateurs et les législateurs est essentielle pour favoriser le développement souhaité des communautés et des individus. »


Hatem Dowidar a conclu en affirmant que « toutes les options sont envisageables concernant l'investissement de e&  dans Maroc Telecom, à la lumière des revers répétés causés par les sanctions réglementaires et les jugements juridiques ainsi que les mesures limitant la capacité de Maroc Telecom à concurrencer sur le marché ». Et d’ajouter que « ces contraintes ont coûté à Maroc Telecom plus de 12 milliards de dirhams (soit plus de 1,2 milliard de dollars) au cours des dernières années, représentant l'une des amendes les plus élevées dans le secteur des télécommunications à l'échelle mondiale et par conséquent entravant les investissements futurs de Maroc Telecom ».

©️ Copyright Pulse Media. Tous droits réservés.
Reproduction et diffusions interdites (photocopies, intranet, web, messageries, newsletters, outils de veille) sans autorisation écrite