S'abonner
Se connecter
Logo du site LeDesk

Connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Abonnez-vous !

Découvrez l'offre de lancement du Desk

60 DH
1 mois
Découvrir les offres
21.12.2015 à 23 H 00 • Mis à jour le 20.04.2021 à 14 H 18 • Temps de lecture : 3 minutes
Par

Art A Téhéran, les joyaux insoupçonnés de l’impératrice exilée

Personne ne le savait. Quelques années avant la chute du Shah d'Iran, la Shabanou avait réuni la plus exceptionnelle collection d'art moderne et contemporain hors Occident. Aujourd'hui, elle ressurgit.

Certes, je savais que la Shabanou était une personnalité cultivée, à la sensibilité à fleur de peau. J’avais été marqué, il y a de cela des années déjà, par l’interview télévisée que cette grande dame, au destin tragique -- un fils suicidé, une fille overdosée --, avait accordée à Frédéric Mitterrand. Dans un français parfait, elle s’y était exprimée avec infiniment de dignité, de tristesse et de sagesse. Elle n’y regrettait rien, avouait tout.


Musée d'art contemporain de Téhéran. Le mobile de Calder est suspendu au dessus des portraits des deux Guides principaux de la révolution : Khomeïny et Khamenaï. Ce sont, bien évidemment les oeuvres abstraites qui sont mises en avant. ERIC LAFFORGUE/ALAMY


Avant d’avoir été préemptée, d’office, pour devenir impératrice d’Iran, Farah Diba avait été une jeune fille de la bourgeoisie de Téhéran qui poursuivait, innocemment, ses études d’architecture, à Paris.


Seulement, j’étais loin d’imaginer -- personne du reste ou presque -- que, quelque deux ou trois ans avant son exil forcé, Farah Diba Pahlavi avait réussi à constituer une, sinon LA plus importante collection d’art moderne et contemporain existant en dehors de l’Europe et des États-Unis. C’est ce que vient de nous révéler dernièrement Bloomberg Businessweek, repris par Courrier international.


Un jeune Iranien admirant un Jackson Pollock, parmi les plus chers au monde. Un héritage du goût avant-gardiste de l'ex-impératrice d'Iran. MORTEZA NIKOUBAZI/REUTERS


Que la jeune souveraine d’alors ait acquis des Monet, Gauguin, Pissaro, Toulouse-Lautrec, Van Gogh, Rodin, Chagall et autres Picasso, passe encore… Mais quelle est donc la Moyenne-orientale de l’époque -- mitan des années 70 --, à même d’apprécier, à leur juste valeur, des artistes aussi avant-gardistes que Calder, Warhol, Rothko, Miro, De Kooning ou, pis encore, Pollock ?


L’histoire de la collection Farah Diba est d’un romanesque absolu. Comme de bien entendu, dès janvier 1979, le doyen des beaux-arts de Téhéran, alors en charge de ladite collection, se tire en Italie. Ne reste que le gardien du musée, un jeune et modeste bachelier.


Firouz Shabazi Moghadam saura soustraire à la furie purificatrice des Pasdarans cet inestimable trésor. Il mettra l’ensemble à l’abri, dans la chambre forte du musée, usant de mille et une ruses pour détourner l’attention des Mollahs et de leurs nervis d'un certain Francis Bacon, représentant deux hommes nus couchés.


Portraits sérigraphiés de Farah Diba Pahlavi par Andy Warhol. La Shabanou était proche de l'artiste pop new-yorkais, comme on le voit plus haut. ARCHIVES LA FACTORY


Hormis un De Kooning -- échangé, en 1994, contre les restes d’une copie vieille de quatre cents ans du célèbre Livre des rois, illustré de miniatures -- et les portraits sérigraphiés de la Shabanou par Andy Warhol -- lacérés -- la collection est restée intouchée.


Aujourd’hui que l’Iran retrouve -- doucement mais sûrement -- le concert des nations civilisées qu’il n’aurait jamais du quitter, les œuvres les moins scandaleuses -- c’est-à-dire abstraites -- de la collection, sont visibles au Musée d’art contemporain de Téhéran. Mieux, les plus importantes feront l’objet d’une exposition européenne en 2016. Merci qui ? Heureusement que les révolutions ne durent qu’un printemps, aussi long soit-il…

©️ Copyright Pulse Media. Tous droits réservés.
Reproduction et diffusions interdites (photocopies, intranet, web, messageries, newsletters, outils de veille) sans autorisation écrite