S'abonner
Se connecter
Logo du site LeDesk

Connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Abonnez-vous !

Découvrez l'offre de lancement du Desk

60 DH
1 mois
Découvrir les offres
23.08.2023 à 19 H 09 • Mis à jour le 23.08.2023 à 19 H 15 • Temps de lecture : 4 minutes
Par

Paléontologie Des fossiles de « cousins primitifs du T-Rex » découverts au Maroc

Deux nouvelles espèces d'abélisaures découvertes au Maroc, à Sidi Daoui, non loin de Casablanca, montrent la diversité des dinosaures dans la région à la fin du Crétacé. Le scientifique marocain Nour-Eddine Jalil, professeur au Muséum d'histoire naturelle de Paris et chercheur à l'Université Cadi Ayyad de Marrakech est co-auteur de l’étude

Des fossiles de cousins primitifs du T-Rex, dotés d'un museau de bouledogue court et de bras encore plus courts, ont été découverts par des scientifiques au Maroc. Les deux nouvelles espèces de dinosaures appartiennent aux Abelisauridae, une famille de dinosaures carnivores qui étaient les homologues des tyrannosaures de l'hémisphère nord. Ils vivaient à la fin du Crétacé et montrent que les dinosaures étaient diversifiés en Afrique juste avant leur extinction massive par un astéroïde il y a 66 millions d'années, rapporte l'Université de Bath en Grande-Bretagne.


Deux nouvelles espèces de dinosaures ont été découvertes à la fin du Crétacé au Maroc, non loin de Casablanca. Une espèce, trouvée près de la ville de Sidi Daoui, est représentée par un os du pied d'un prédateur d'environ deux mètres et demi de long. L’autre, provenant de Sidi Chennane, à proximité, est le tibia d’un carnivore qui mesurait environ cinq mètres de long.


Des dinosaures carnivores primitifs

Tous deux faisaient partie d'une famille de dinosaures carnivores primitifs connus sous le nom d'abélisaures et vivaient aux côtés de l'abélisaure Chenanisaurus Barbaricus, beaucoup plus grand, ce qui montre que le Maroc abritait diverses espèces de dinosaures juste avant qu'un astéroïde géant ne frappe à la fin du Crétacé, mettant fin à l'âge de des dinosaures.


« Ce qui est surprenant ici, c’est qu’il s’agit de fonds marins », a déclaré Dr Nick Longrich, du Milner Center for Evolution de l'Université de Bath qui a dirigé l'étude.


« C’est une mer tropicale peu profonde pleine de plésiosaures, de mosasaures et de requins. Ce n’est pas exactement un endroit où l’on s’attendrait à trouver beaucoup de dinosaures. Mais nous les trouvons », a précisé le scientifique.


Même si les dinosaures ne représentent qu'une petite proportion des fossiles, la région est si riche en fossiles qu'elle a produit la meilleure image des dinosaures africains depuis la fin de l'ère des dinosaures.


Plutôt que de trouver les mêmes quelques espèces, les paléontologues récupèrent souvent des fossiles de nouvelles espèces, ce qui suggère que les lits abritent une faune de dinosaures extrêmement diversifiée.


Jusqu’à présent, le petit nombre de fossiles de dinosaures qui ont été récupérés représentent cinq espèces différentes : un petit dinosaure à bec de canard nommé Ajnabia, un titanosaure au long cou, l’abelisaure géant Chenanisaurus et maintenant les deux nouveaux abelisaures.


« Nous avons également d’autres fossiles, mais ils sont actuellement à l’étude. Nous ne pouvons donc pas en dire grand-chose pour le moment, si ce n’est qu’il s’agissait d’une faune de dinosaures incroyablement diversifiée », a ajouté Dr Longrich.


Les derniers dinosaures ont disparu il y a environ 66 millions d’années, ainsi que 90 % de toutes les espèces terrestres, dont les mosasaures, les plésiosaures, les ptérosaures et les ammonites. Le schéma d’extinction de la fin du Crétacé et ses causes font l’objet de débats depuis plus de deux cents ans.


L’impact d’un astéroïde géant dans la péninsule du Yucatan a été associé à leur disparition, même si certains affirment que les dinosaures étaient déjà en déclin. Les dinosaures marocains suggèrent qu’ils ont prospéré jusqu’à la fin de cette ère en Afrique du Nord.


« La fin du Crétacé dans l'ouest de l'Amérique du Nord semble définitivement devenir moins diversifiée à la fin », a déclaré Dr Longrich. « Mais ce n’est qu’une petite partie du monde. Il n’est pas clair que l’on puisse généraliser les cas des dinosaures du Wyoming et du Montana au monde entier ».


« Il fait également plus froid vers la fin, il ne serait donc pas surprenant que les dinosaures des latitudes plus élevées deviennent moins diversifiés. Mais nous ne savons pas grand-chose sur les dinosaures des basses latitudes », estime le spécialiste.


Le Maroc regorge de fossiles d'espèces diversifiées

Au Maroc du moins, ils semblent être restés diversifiés et couronnés de succès jusqu'au bout.


« Lorsque le T-Rex régnait en tant que mégaprédateur en Amérique du Nord, les abélisaures étaient au sommet des chaînes alimentaires en Afrique du Nord », a renchéri Nour-Eddine Jalil, professeur au Muséum d'histoire naturelle de Paris et chercheur à l'Université Cadi Ayyad de Marrakech, co-auteur de l’étude.


« Les restes de dinosaures, malgré leur rareté, transmettent les mêmes messages que les restes de reptiles marins, plus abondants. Ils nous disent que juste avant la crise Crétacé-Paléogène, la biodiversité n'était pas en déclin mais au contraire diversifiée », ajoute le scientifique marocain.


La nouvelle étude est publiée dans Cretaceous Research par le Dr Nick Longrich de l'Université de Bath, le professeur Xabier Pereda-Suberbiola et Erik Isasmendi du Pays basque à Bilbao, et Nour-Eddine Jalil du Muséum d'histoire naturelle de Paris et de l'Université Cadi Ayyad à Marrakech.

©️ Copyright Pulse Media. Tous droits réservés.
Reproduction et diffusions interdites (photocopies, intranet, web, messageries, newsletters, outils de veille) sans autorisation écrite