Abonnez-vous !

Connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Abonnez-vous !

Découvrez l'offre de lancement du Desk

60 DH
1 mois
Découvrir les offres
L'agenda
Expo
01.10 31.03.2022
Expo 2020 Dubaï : Le Pavillon Maroc à l’honneur
L’Exposition Universelle de Dubaï 2020 se tiendra du 1er octobre 2021 au 31 mars 2022 sur le thème « Connecter les esprits, Construire le futur ». Le Maroc sera présent à ce rendez-vous pour partager sa vision ambitieuse d’un avenir durable et apporter sa contribution aux efforts et à la collaboration mondiale pour une relance économique post-Covid. Le thème du Pavillon Maroc « Héritages pour l’avenir – depuis des origines inspirantes… vers un progrès durable » invitera les visiteurs à découvrir le Maroc, son histoire, son identité, ses réalisations tangibles et sa vision du futur. Déclaré Legacy Pavilion, le Pavillon Maroc perdurera après l’Exposition au sein du District 2020 de Dubaï, un nouvel ensemble urbain appelé à devenir un centre mondial connecté, dédié à la prochaine génération d’innovateurs. Le Pavillon Maroc étant un village vertical en terre qui offre une vue sur l’ensemble de l’événement depuis son toit. Il propose un riche programme de contenus participatifs sur les réseaux sociaux. D’une superficie intérieure de 3 500 m2, celui-ci proposera une expérience surprenante à la fois informative, immersive et participative. La visite, pensée comme une déambulation autour d’un patio central, donnera accès à 13 salles sur 7 étages, présentant chacune un univers unique : une expérience scénographique à portée didactique, une expérience artistique à vocation inspirante . Le pavillon hébergera également une salle de conférences, un espace B2B, un espace VIP, un restaurant gastronomique, un street food, une tisanerie et une boutique. Le Maroc, pendant les six mois de son exposition, proposera une programmation culturelle et artistique qui inclura expositions, performances, spectacles, concerts, animations, défilés, valorisant la diversité culturelle de toutes les régions du Royaume. Des temps forts sont prévus, avec comme point d’orgue le National Day du Maroc, le 26 décembre 2021, date à laquelle le pays sera mis à l’honneur.
Lieu - Dubaï
26.12.2021 à 18 H 57 • Mis à jour le 26.12.2021 à 18 H 57
Par

Archéologie Des vestiges d’une ancienne communauté juive découverts dans un village de l’Atlas

Une équipe de chercheurs israéliens, marocains et français ont découvert, lors d'une fouille de préservation dans une synagogue en ruine dans un village reculé de l’Atlas, des amulettes, derniers vestiges d'une communauté juive révolue. Le projet archéologique sera bientôt étendu à toute la région, sous le parrainage royal

Les vestiges d’une communauté judéo-marocaine qui existait depuis des siècles ont récemment été retrouvés dans un village reculé des montagnes de l’Atlas marocain, à la lisière du désert du Sahara, rapporte le journal israélien Haaretz.

 

La petite communauté juive de Tamanart y vécut du 16ème au début du 19ème siècle. Récemment, des chercheurs d’Israël, du Maroc et de France ont mené des fouilles de préservation dans sa synagogue en ruine, explique la même source.

 

En plus des murs du bâtiment, ils ont trouvé des Écritures et des pages de la genizah de la synagogue, un dépôt pour les écrits et les objets rituels endommagés, ainsi que quelques amulettes en papier. L’un était destiné à protéger une femme en travail et son nouveau-né, un autre destiné à protéger son propriétaire des ennuis et des maladies.

 

« Les textes de ces amulettes sont basés sur des formules trouvées dans le Livre de Raziel, un ancien livre kabbaliste », explique Orit Ouaknine-Yekutieli, chercheuse sur le Maroc qui enseigne à l’Université Ben Gourion du Néguev.

 

Parmi d’autres textes écrits sur ces amulettes se trouvaient une version kabbaliste de l’un des noms de Dieu, ainsi que des citations du livre de la Genèse et de la bénédiction sacerdotale.


Une amulette trouvée dans les ruines de la synagogue. « Les textes de ces amulettes sont basés sur des formules trouvées dans le Livre de Raziel, un ancien livre kabbaliste. » Crédit : Orit Ouaknine-Yekutieli

 

Ouaknine-Yekutieli dit que la synagogue a été endommagée par des événements naturels tels que les récentes inondations dans la région, ainsi que par des pillards. Elle a atteint le site éloigné le mois dernier dans le cadre d’une nouvelle étude de recherche historique et anthropologique, avec son mari archéologue Yuval Yekutieli et les chercheurs marocains et français Salima Naji, Mabrouk Saghir, David Goeury et Aomar Boum.

 

Ils ont découvert la synagogue après avoir mené une enquête préliminaire sur les sites juifs de la région. Cela comprenait des entretiens avec des habitants qui se souviennent de leurs voisins juifs partis il y a 70 ans et la collecte d’informations d’archives. Ensemble, ils ont fait le premier pas dans la préservation de la structure physique et de la culture qu’elle représentait, qui faisait partie de l’héritage judéo-musulman de cette oasis du désert.

 

Les textes que les chercheurs ont réussi à récupérer sur ce site ont été transférés dans un lieu sécurisé au Maroc, où ils seront étudiés et analysés dans les années à venir. Afin de connecter les lambeaux de texte en lambeaux, les chercheurs utiliseront une technologie d’intelligence artificielle telle que celle utilisée ces dernières années pour analyser d’anciens textes juifs dans les universités avec des études d’humanités numérisés. Les chercheurs recherchent désormais des Juifs ayant vécu dans la région et connaissant la synagogue et le village afin de pouvoir reconstituer leur histoire.

 

La synagogue de Tamanart, un village de 6 000 habitants, n’est que l’un des emplacements sur une liste de sites juifs dans une grande région du sud du Maroc, qui est au centre de leurs intérêts. La liste comprend le village adjacent d’Ifrane, qui, selon la tradition, abritait l’une des plus anciennes communautés juives d’Afrique du Nord et la plus ancienne du Maroc. Certaines traditions disent qu’après la destruction du Premier Temple, les réfugiés fuyant Jérusalem ont établi un royaume juif à Ifrane, dirigé par un roi appelé Efrati.

 

Le village était également connu pour un incident tragique qui s’y est produit en 1792, lorsque 50 membres de la communauté juive ont sauté dans la fournaise après que le dirigeant local leur a fait choisir entre se convertir à l’islam ou mourir par le feu. Ils ont été appelés « les immolés » depuis lors, leurs cendres sont enterrées dans l’ancien cimetière local.

 

D’autres communautés sur la liste des cibles de recherche prévues incluent Tiznit, Tehaleh, où une synagogue a été construite au 18ème siècle  la ville portuaire d’Agadir, qui possédait également une synagogue du 18ème siècle, et où la moitié de sa population juive est morte lors du tremblement de terre de 1960 ou encore Taroudant.

©️ Copyright Pulse Media. Tous droits réservés.
Reproduction et diffusions interdites (photocopies, intranet, web, messageries, newsletters, outils de veille) sans autorisation écrite