Abonnez-vous !

Connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Abonnez-vous !

Découvrez l'offre de lancement du Desk

60 DH
1 mois
Découvrir les offres
L'agenda
Expo
23.02 21.11.2019
Opus 2 de l'African Art Fair de Marrakech
1-54 revient à La Mamounia du 23 au 24 février 2019, avec des aperçus VIP les 21 et 22 février 2019. Pour sa deuxième édition à Marrakech, 1-54 présentera 18 galeries internationales et le travail de plus de 65 artistes établis et émergents. Une fois de plus, le salon s’accompagnera d’un programme élargi d’événements en partenariat avec des institutions locales de la ville, notamment le Musée d’art africain contemporain Al Maaden (MACAAL), le musée Yves Saint Laurent de Marrakech, la Fondation Montresso * Art, le Comptoir des Mines, Institut Français de Marrakech et Fondation Farid Belkahia, entre autres. Parallèlement à la foire, le 1-54 FORUM retourne également à La Mamounia avec des conférences et des projections quotidiennes organisées par l'historienne de l'art et conservatrice Karima Boudou.
Lieu - La Mamounia, Marrakech
08.04.2018 à 17 H 51 • Mis à jour le 08.04.2018 à 17 H 52
Par

Débat Insolite: Elizabeth II serait la cousine de Mohammed VI

Certains historiens croient que la reine d’Angleterre est une descendante du prophète Mohammed après avoir retracé son arbre généalogique sur 43 générations. Une revendication qui date de 1986 lorsque Burke's Peerage, une autorité britannique sur les pedigrees royaux, en a fait état pour la première fois. La thèse a refait surface au Maroc et fait depuis le buzz de Londres à Karachi…

« La reine Elizabeth II doit revendiquer son droit de gouverner les musulmans », peut-on lire sur le forum Arab Atheist Network, qui fait remonter son lignage jusqu’au prophète de l’Islam, rapporte le très sérieux hebdomadaire britannique The Economist.


Plaisanterie ? Poisson d’avril ? Selon une vague d’articles de Casablanca à Karachi, la monarque britannique descendrait du prophète Mohammed, faisant d’elle une cousine de Mohammed VI, roi du Maroc, et d’Abdallah II de Jordanie, sans parler de l’ayatollah Ali Khamenei, le guide suprême de l’Iran qui prétend, lui aussi, à l’ascendance sacrée jusqu’au fondateur de l’Islam.


La revendication, faite il y a de nombreuses années, suscite un regain d’intérêt au Moyen-Orient. En mars, Al-Ousboue, l’hebdomadaire de Mustapha Alaoui, doyen de la presse au Maroc, a relancé la thèse de la lignée de la reine à travers 43 générations. Sa généalogie aux noms illustres, compte ainsi le Comte de Cambridge, au XIVe siècle, et traverse les grands personnages de l’Espagne musulmane médiévale, jusqu’à Fatima, la fille du Prophète. Ce lien aurait déjà été vérifié en 2015 par Ali Gomaa, l’ancien grand mufti d’Egypte, et Burke’s Peerage, une autorité britannique sur les pedigrees royaux qui en a fait état pour la première fois en 1986, suscitant moult controverses comme le rapporte le Daily Mail.


L'arbre généalogique de la reine Elizabeth II remontant jusqu'au prophète de l'Islam selon Burke's Peerage


A l’origine, un assaut berbère sur Séville…

Le personnage clé de ce cousinage improbable est celui d’une princesse musulmane appelée Zaida, qui a fui un assaut berbère sur sa ville natale de Séville au XIème siècle et s’est retrouvée réfugiée à la cour chrétienne d’Alphonse VI de Castille. Elle a alors changé son nom pour adopter celui d’ Isabella, après sa conversion au christianisme. Elle a donné naissance à un fils d’Alfonso, Sancho, dont l’un des descendants a épousé plus tard le comte de Cambridge…  Mais les origines de Zaida sont discutables. Certains en font la fille de Muaâtamid bin Abbad, un calife libertin descendant du Prophète. D’autres disent qu’elle faisait partie de sa famille.



Toujours est-il que la réaction à la thèse de l’extraction musulmane supposée de la reine Elizabeth II a suscité de nombreux commentaires dans le monde arabe et musulman. « Certains ont mis en garde contre un complot perfide visant à raviver l’empire britannique avec l’aide des musulmans, en particulier des chiites, qui vénèrent les descendants du prophète », rapporte The Economist.


De nombreux médias ont fait état de cette trouvaille insolite avec une certaine ferveur, dont la BBC Arabic, tandis que d’autres ont attribué à la reine les titres de Sayyida ou Cherifa, réservés aux membres de la noblesse descendants du prophète.


Son fils, le prince Charles (bin Philip, pour ses intimes), est un fervent islamophile, poursuit The Economist. Il est membre dirigeant de l’Oxford Center for Islamic Studies, où il salue le public d’un appuyé Salamu alaykum (Que la paix soit sur vous). On dit de lui qu’il serait favorable à un couronnement royal multiconfessionnel et être ordonné « défenseur de la foi » et pas seulement la foi chrétienne… . Il pourrait alors s’adjuger le titre d’Amir al-Mouminine (Commandeur des croyants), à l’instar de Mohammed VI au Maroc…