Abonnez-vous !
Logo du site LeDesk

Connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Abonnez-vous !

Découvrez l'offre de lancement du Desk

60 DH
1 mois
Découvrir les offres
06.01.2016 à 14 H 44 • Mis à jour le 20.04.2021 à 14 H 18
Par

Expo Jardin rouge, une kasbah pop lovée au cœur d’une oliveraie

A vingt kilomètres de Marrakech, la plus importante résidence d'artistes du pays accueille des stars du street art. Pas de Marocains encore sur la liste.

Une vingtaine de kilomètres après Marrakech, sur la route de Fès. Une antique oliveraie, sur 13 hectares. C'est là que se love une étonnante kasbah dont le style ethno-brutaliste rappelle furieusement certaines réalisations des années soixante du maître du genre, l'architecte Jean-François Zévaco (1916-2003).


Pensée par le maître de céans, la configuration des lieux, délicieusement labyrinthique, est le résultat de la jonction fonctionnelle des différentes bâtisses en pisé originelles, jadis à vocation agricole.


Vue intérieure de la kasbah. Les tapis et coussins berbères se marient, en toute harmonie, avec les murs et piliers graffités. Une version pop de la fameuse alliance « tradition et modernité », si chère au royaume chérifien. COURTESY JARDIN ROUGE


En termes de structure d'accueil et d'espace de création, Le Jardin rouge est probablement, aujourd'hui, la plus importante résidence d'artistes du Maroc.


Depuis sa création, en 2007, ce lieu, édénique et hors du temps, a accueilli une dizaine d'artistes – tous étrangers et de renommée mondiale – , pour des séjours plus ou moins longs – une semaine au moins – , aboutissant, la majorité du temps, sur des expositions conséquentes d'œuvres conçues et produites in situ.


Une acrylique signée du célèbre street artiste, FENX. Produite sur place en 2015, elle est caractéristique du glissement des ex-artistes de la rue vers un Pop art sophistiqué, apprécié du marché. La collection Montresso compte quelques 500 pièces conséquentes. PAUL ETARD


Le Jardin rouge est la matérialisation du rêve d'un homme, Jean-Louis – c'est par son seul prénom que cet ex-homme d'affaires préfère être désigné : « Le nom de famille n'a pas d'importance... », balaye-t-il. Pourquoi une telle discrétion ? L'individu, affable, portant beau, cultive un certain mystère, tout en étant disert sur mille et un sujets autres que ceux relatifs à sa personne. On sait qu'il a fait fortune en Russie, on comprend qu'il connaît bien les pays du Moyen-Orient. Sa passion pour l'art est indubitablement sincère.


Les goûts picturaux de Jean-Louis l'ont, dès le départ, porté vers le street art. Seulement, cela n'est pas si simple. Dès qu'un graffeur obtient une sérieuse notoriété, qu'il intéresse par conséquent le marché, il est fatalement amené à adapter sa pratique aux supports, aux dimensions et aux sujets à même d'être commercialisés. Ce qui ne diminue pas forcément de son authenticité, contrairement à ce qu'on pourrait trop rapidement penser.


Le jardin entourant le bâtiment principal est parsemé d'étonnantes sculptures animalières, réalisées par différents artistes résidents. PAUL ETARD.


Le plus souvent, la fougue et la spontanéité premières de ces ex-artistes de la rue se transforment, au fil du temps, en une meilleure maîtrise, une plus grande précision et du trait et de la matière, les menant, curieusement, vers une espèce de néo-Pop art assez recherché, à la fois très dans l'air du temps, mais dénué de l'aspect abscon, rebutant tant de gens dans la production de ce qu'il est convenu d'appeler l'art contemporain.


Manifestement, Jean-Louis aime accompagner ce type de mutation artistique. Cet authentique mécène n'est pas qu'un collectionneur lambda. Il aime la familiarité de pensée que lui permet sa position vis-à-vis des artistes. Irions-nous jusqu'à suggérer qu'il aime orienter leur création vers telle ou telle direction ? N'allons pas jusque-là.


L'Allemand Heindrik Beirich, en train de brosser un de ses portraits de paysans marocains, en format géant, sur un mur de la kasbah. COURTESY JARDIN ROUGE


Le dernier artiste en date que Le Jardin rouge ait accueilli est certainement celui qui a fait le plus pour le rayonnement international de la Montresso Art Foundation – intitulé officiel de l'institution.


Lors de sa résidence, cet artiste allemand quadragénaire, à la réputation internationale largement établie, a croqué une série de portraits de paysans et autres manuels marocains aux visages particulièrement ravinés, qu'il a su rendre avec une tendresse et une véracité exceptionnelles – d'autant que lesdits portraits ont été brossés, en noir et blanc, en format géant, sur les façades aveugles de maints buildings à travers le monde, selon une technique authentiquement handmade, proprement éblouissante.


« Tracing Morocco » est le premier beau-livre édité par la Montresso Art Foundation. L'ouvrage retrace la démarche de l'artiste allemand, Heindrik Beirich ayant récemment brossé, sur les façades de maints buildings européens, en format géant, les visages ravinés des vieux paysans marocains, rencontrés lors de sa résidence.COURTESY JARDIN ROUGE


Intitulé Tracing Morocco, ce dernier travail de Beikirch a donné lieu au premier beau-livre édité par la fondation. Un bel album en vérité, dans les commentaires, signés JHL – comprenez Jean-Louis – sont en trois langues : arabe, français, anglais. L'ouvrage inaugure une collection,
nous assure-t-on.


A quelques centaines de mètres du siège de la fondation, est en train de s'élever, à très grande vitesse, un autre bâtiment. Un espace muséal d'environ 2 500 m2, destiné à accueillir la collection permanente réunissant quelque 500 œuvres majeures et plusieurs événements par an. Ce que nous avons pu voir des travaux, fort avancés, est impressionnant.


Reste une question que nous ne pouvions pas ne pas poser : pourquoi aucun artiste marocain n'a, jusqu'à présent, été programmé ? La réponse vaut ce qu'elle vaut : « J'ai besoin de connaître les artistes que je promeus. Ceux, parmi les Marocains dont le travail m'intéressait, étaient déjà sous contrat avec des galeries. Laissez-nous le temps de nous familiariser avec le milieu de l'art contemporain marocain... »


Prenez votre temps, Monsieur Jean-Louis, nous ne sommes pas pressés.

©️ Copyright Pulse Media. Tous droits réservés.
Reproduction et diffusions interdites (photocopies, intranet, web, messageries, newsletters, outils de veille) sans autorisation écrite