Abonnez-vous !
Logo du site LeDesk

Connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Abonnez-vous !

Découvrez l'offre de lancement du Desk

60 DH
1 mois
Découvrir les offres
14.11.2016 à 11 H 50 • Mis à jour le 14.11.2016 à 11 H 51
Par

Design L’arbre solaire de Mohamed El Baz irradie Marrakech avec le soutien de l’OCP

En marge de la COP 22,

« Le jour où j’ai appris que la COP22 allait se tenir à Marrakech, il était évident pour moi que le monde devait tomber sur le Maroc. Ma pratique s’est toujours nourrie de la géographie, des cartes, ces dessins que les hommes ont fait du monde… ». C’est ainsi que Mohamed El Baz définit Door of Heaven, son œuvre monumentale qui trône sur le parvis la gare de Marrakech, le temps de la COP 22 et jusqu’au 30 avril 2017, avant d’être transférée au cœur de l’Université polytechnique Mohammed VI.


Un soutien actif de l'OCP

« Pour ce projet, il m’est apparu évident de proposer au public une déambulation dans un monde à son échelle. Les continents plantés devant la gare de Marrakech évoquent une place publique, une Agora qui invite le spectateur à s’asseoir, contempler les territoires comme vus de haut, de très haut…et se questionner sur les défis auxquels est confronté l’humanité. Mon ambition est de rendre à chacun des visiteurs sa part du monde », explique l’artiste qui a reçu le soutien de l’Office chérifien des phosphates (OCP) pour la réalisation de son œuvre.


Le projet artistique Door of Heaven de l’artiste Mohamed El baz, soutenu par le Groupe OCP, témoigne alors de la volonté du Groupe à sensibiliser le grand public à l’art contemporain ainsi qu’aux problématiques du développement durable. Cette œuvre urbaine appelle à revoir nos modes de vie et à réfléchir à notre devenir. OCP


« Au-delà de la portée humaniste de l’œuvre et de sa composition artistique, la structure et le fonctionnement de l’œuvre sont eco-durables », précise l’OCP, qui par cette œuvre entend sensibilise le grand public aux enjeux du développement durable, le Groupe se disant convaincu du rôle déterminant de l’art dans la sensibilisation des populations.


L’arbre solaire est constitué de 21 panneaux solaires photovoltaïques poly cristallin. Le panneau solaire cristallin est fabriqué à partir de sable qui est fondu puis refroidi afin de cristalliser. Après une découpe, un traitement et un assemblage sous une plaque de verre, il devient un panneau photovoltaïque : il convertit des photons (particule de lumière) en électrons (particule d’électricité).


Cette énergie est alors collectée et redirigé vers des batteries via des régulateurs. La production d’électricité s’étale du lever du soleil au couché, la puissance est maximale vers midi. La production solaire est saisonnière cependant dans les régions continentales d’Afrique l’effet de saisonnalité limité permet une bonne production solaire toute l’année.


depuis de nombreuses années, le Groupe OCP soutient la création artistique, à travers notamment sa collection d’artistes historiques marocains exposée dans les espaces de son siège social à Casablanca. Aujourd’hui, OCP entend développer son action animé par une mission d’intérêt général, en faveur des arts et de la culture. OCP


Durant l’été solaire (entre les équinoxes « 20 Mars - 21 Septembre »  le jour est plus long que la nuit) la production est l’ordre de 4,5kWh/Jour, du 22 Septembre au 19 Mars (hiver solaire) la production est de 3kWh/Jour.


L’arbre solaire dispose d’un stockage en batterie d’une capacité de 9,6kWh, avec une décharge la nuit de 30 % la durée de vie des batteries est supérieure à 10 ans. La batterie représente un poids de 300kg, principalement constituée de plomb, cette batterie est recyclable en une nouvelle batterie.


L’arbre solaire dispose aussi d’une horloge astronomique, cette horloge calcule jour après jour l’heure de couché et de levé du solaire. Cette horloge commande l’allumage des continents du couché au lever du soleil dans le respect de la décharge de la batterie.

©️ Copyright Pulse Media. Tous droits réservés.
Reproduction et diffusions interdites (photocopies, intranet, web, messageries, newsletters, outils de veille) sans autorisation écrite