S'abonner
Se connecter
Logo du site LeDesk

Connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Abonnez-vous !

Découvrez l'offre de lancement du Desk

60 DH
1 mois
Découvrir les offres
01.04.2017 à 05 H 23 • Mis à jour le 01.04.2017 à 05 H 24 • Temps de lecture : 2 minutes
Par

Parution L’écrivain algérien Kamel Daoud exalte la Tunisie post-révolutionnaire

Rassemblés dans un recueil conçu comme une ode à la liberté, les textes et chroniques du journaliste et écrivain Kamel Daoud couchés en plein tumulte du soulèvement contre Ben Ali se veut un puissant antidote contre « le fatalisme arabe »

Le livre du journaliste et écrivain algérien, Kamel Daoud Je rêve d'être Tunisien est en train de se tailler un joli succès de librairie à la Foire Internationale du Livre de Tunis, rapporte le magazine Leaders. Son titre reprend celui de son premier article sur la révolution.


Edité par Ceres, le recueil rassemble les textes « tunisiens » de Kamel Daoud, vingt huit textes consacrés à la révolution du Jasmin, rédigés entre le jeudi 16 décembre  2010, soit un jour avant la mort de Mohamed Bouazizi et le jeudi  1er décembre 2016, associés à une sélection de ses plus fortes chroniques où l’on croisera l’homme, l’écrivain, l’observateur intransigeant de notre monde.


Je rêve d'être Tunisien, Kamel Daoud, Ceres Editions, 2017


« Le regard est acéré, le style est puissant. Ils inventent des instantanés de pensées qui alternent doutes, éblouissements et critiques radicales. Tour à tour, l’auteur interroge la liberté, la démocratie, Dieu, la poésie, l’Occident, la nuit, le jour, la chair, l’esprit, la mer et le soleil. Il interroge la Tunisie », écrit son éditeur dans la présentation de l’ouvrage.


Il ne confesse pas le simple attachement à un pays, il exprime d’abord une adhésion, politique et sentimentale, à un événement inouï : « un pays arabe enfin libre ».


Moment inaugural et pierre de touche, la Tunisie est pour Daoud cette possibilité d’une vie après le soulèvement, de raison après le tumulte, d’accord après le désordre. Elle prouve qu’il y a, au-delà des éternels commencements, une issue.


Je rêve d’être tunisien est aussi un appel et une exigence : il revient aux Tunisiens d’être ce qu’ils sont. De tenir. De ne pas briser le rêve. Idéalisme ? Oui, préférable au fatalisme, rétorque Kamel Daoud.


« Livre vivifiant, il est pour les Tunisiens, le meilleur antidote au pessimisme ambiant. Il arrive à point nommé et alors que leur moral est au plus bas pour leur rappeler qu'ils ne sont pas les plus malheureux de la terre  qu'il existe même des gens qui les envient, malgré tout, qui prient le bon dieu pour qu'ils tiennent bon », commente Leaders, parce qu'ils représentent « la dernière chance pour les peuples arabes qui aspirent à la démocratie et à la liberté » et le dernier lieu « où se dessine la solution au terrible malaise d'être arabe ».

©️ Copyright Pulse Media. Tous droits réservés.
Reproduction et diffusions interdites (photocopies, intranet, web, messageries, newsletters, outils de veille) sans autorisation écrite