Abonnez-vous !

Connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Abonnez-vous !

Découvrez l'offre de lancement du Desk

60 DH
1 mois
Découvrir les offres
L'agenda
Expo
23.02 23.09.2019
Opus 2 de l'African Art Fair de Marrakech
1-54 revient à La Mamounia du 23 au 24 février 2019, avec des aperçus VIP les 21 et 22 février 2019. Pour sa deuxième édition à Marrakech, 1-54 présentera 18 galeries internationales et le travail de plus de 65 artistes établis et émergents. Une fois de plus, le salon s’accompagnera d’un programme élargi d’événements en partenariat avec des institutions locales de la ville, notamment le Musée d’art africain contemporain Al Maaden (MACAAL), le musée Yves Saint Laurent de Marrakech, la Fondation Montresso * Art, le Comptoir des Mines, Institut Français de Marrakech et Fondation Farid Belkahia, entre autres. Parallèlement à la foire, le 1-54 FORUM retourne également à La Mamounia avec des conférences et des projections quotidiennes organisées par l'historienne de l'art et conservatrice Karima Boudou.
Lieu - La Mamounia, Marrakech
09.02.2019 à 12 H 11 • Mis à jour le 09.02.2019 à 12 H 13
Par

Patrimoine L’Espagne fait don au Maroc du grand théâtre Cervantes de Tanger

Le gouvernement espagnol, réuni vendredi en Conseil des ministres, a adopté une décision selon laquelle l’Espagne fait don au Maroc, de manière irrévocable, du grand théâtre Cervantes de Tanger

Le Conseil des ministres espagnol a adopté une décision autorisant la signature et l’application provisoire du protocole entre l’Espagne et le Maroc portant sur le don, de manière irrévocable, du Grand théâtre Cervantes de Tanger, précise un communiqué de l’exécutif espagnol.


Cette cession intervient suite à une offre du gouvernement marocain de restaurer et gérer le théâtre en contrepartie d’en devenir le propriétaire et d’un engagement de sa part de préserver le cachet espagnol dans la programmation culturelle de cette institution.


Les négociations en vue de la cession du plus grand monument scénique d’Afrique du Nord –  avec une capacité de 1 400 personnes –  ont débuté en 2016 avec l’exécutif de Mariano Rajoy. Maintenant, Josep Borrell, responsable des affaires étrangères, s’est fait le champion de l’initiative visant à offrir au Maroc le théâtre de 106 ans, acquis en 1928 par le gouvernement de Miguel Primo de Rivera, mais aujourd’hui à l’abandon.


La cession de cet édifice au Maroc sera faite à travers un protocole qui, par sa forme et son contenu, constitue un accord international. Le texte devra ainsi être adopté par les deux chambres du parlement espagnol.


Le gouvernement espagnol rappelle que le grand théâtre Cervantes de Tanger constitue l’un des édifices culturels les plus importants de la ville du détroit, soulignant qu’il s’agit aussi d’un bâtiment d’une grande valeur architecturale qui a besoin d’être réhabilité.


« Il s’agit d’un bâtiment d’une valeur architecturale et culturelle incontestable qui nécessite un investissement important pour sa réhabilitation, ce que les différentes administrations espagnoles n’ont pas été en mesure d’offrir. Après avoir étudié les options possibles, il a été décidé de poursuivre sa mission au Maroc, en réponse à l’offre du gouvernement marocain de restaurer et de gérer le théâtre en échange de l’engagement de maintenir une composante espagnole dans la programmation culturelle », expliquent des sources de La Moncloa citées par El Pais.


La signature de la livraison d’une partie importante du patrimoine architectural espagnol est à la condition que ce soit le Maroc qui prenne en charge sa restauration, son nouvel équipement et la création d’un futur centre culturel polyvalent. Ce ne sera plus un théâtre exclusivement et la restauration du bâtiment impliquerait un investissement de cinq millions d’euros. La dernière fois que l’Espagne a alloué un budget pour la conservation du bâtiment en ruines remonte à 10 ans, soit 94 134 euros, ce qui était insuffisant pour la consolidation du bâtiment historique.


En 2006, un accord entre le Maroc et l’Espagne a convenu de son utilisation culturelle, mais il n’a jamais été mis en pratique. Le théâtre est demeuré ouvert au public jusqu’aux années quatre-vingt. Sa dernière activité, une exposition de photographies, remonte à 1993, il. Depuis il menaçait ruine.


Lire aussi : Le Cervantes de Tanger, symbole agonisant de la mésentente maroco-espagnole