Abonnez-vous !

Connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Abonnez-vous !

Découvrez l'offre de lancement du Desk

60 DH
1 mois
Découvrir les offres
L'agenda
Concert
01.01 01.07.2017
Le Festival Gnaoua souffle ses 20 bougies
Les grands noms seront là, pour des concerts pleins d’énergie, ou le blues légendaire de Lucky Peterson côtoiera le jazz aérien de Bill Laurance, les rythmes endiablés de Carlinhos Brown ou la voix pleine de sagesse d’Ismaël Lô.   Les musiciens, amis du festival, véritables acteurs et témoins de cette aventure si particulière, reviennent fouler les planches d’Essaouira pour des créations revisitées, à l’image de la résidence créée par le Maâlem Abdeslam Alikane et Ray Lema, complices depuis 20 ans. Ou encore du spectacle tout en nesse pensé par Loy Ehrlich et sa troupe haute en couleurs de Band of Gnawa. Sans oublier l’énergie débridée d’Amazigh Kateb et de Gnawa Diffusion.   Mais le festival a d’abord pour marque de fabrique l’envie de toujours se renouveler, et cette année plusieurs résidences ont été spécialement conçues pour fêter les 20 ans. De véritables spectacles originaux, comme le mariage entre le soufisme indo-pakistanais et la tagnaouite proposé par Titi Robin, ou le voyage de Guinée à Sidi Ali Ben Hamdouch créé par le Maâlem Hassan Boussou et ses compagnons.   Essaouira offre à ceux qui sont à la recherche de spiritualité, d’une musique vraie, et de repères intemporels, la possibilité de se rencontrer et de s’enrichir par le dialogue. Depuis sa création, le Festival œuvre à maintenir vivante la richesse du patrimoine musical marocain. Cette année encore, la jeune scène musicale marocaine, les maâlems de tout le Maroc et les troupes traditionnelles participeront à cette grande fête.   Festival Pionnier et authentique, le Festival Gnaoua et Musiques du Monde investira la cité des Alizès et l’ancienne Mogador chantera en chœur une ode à la liberté et à la tolérance.
Lieu - Essaouira
19.03.2017 à 12 H 30 • Mis à jour le 19.03.2017 à 12 H 34
Par

Ciné d'animation « Ma vie de courgette » et « La Vengeresse » en ouverture du FICAM à Meknès

Les films suisse Ma vie de Courgette de Claude Barras et La vengeresse des réalisateurs américains Bill Plympton et Jim Lujan ont ouvert le bal de la 16è édition du festival international du cinéma d'animation de Meknès (FICAM)

Les films suisse Ma vie de Courgette de Claude Barras et La vengeresse des réalisateurs américains Bill Plympton et Jim Lujan ont ouvert le bal de la 16è édition du festival international du cinéma d’animation de Meknès (FICAM).


Le premier film relate l’histoire d’Icare, un enfant que tout le monde appelle Courgette, et qui est élevé par sa mère, alcoolique.




Après la mort accidentellement de sa mère, il est placé dans un foyer pour enfants où le petit garçon apprend à se faire des amis, qui ont tous connu comme lui une enfance difficile.


Ahmed, Jujube, Alice et Béatrice sympathisent avec Courgette, mais Simon, le rebelle du groupe, tente d’imposer sa loi au garçon. L’arrivée de Camille chamboule une fois de plus la vie du foyer. La petite fille, malicieuse, ne laisse pas Courgette indifférent, même s’il n’ose pas tout de suite l’avouer.


Quant à La vengeresse, il raconte l’histoire d’un ancien catcheur et motard devenu sénateur, et qui embauche quatre redoutables chasseurs de primes. Leur mission : retrouver la jeune Lana et récupérer le précieux et compromettant objet qu’elle lui a volé.


Entre thriller et road movie, La Vengeresse plonge le spectateur dans les bas-fonds de l’Amérique profonde.


Chaque année, le FICAM met en avant un ensemble de films soulignant la diversité de la production mondiale. A travers plusieurs programmes, le public pourra savourer la grande diversité d’expression du court-métrage d’animation.



Le FICAM Maroc, une déclinaison de la programmation de Meknès, permet au festival de rayonner sur le royaume, à travers le réseau des instituts français du Maroc. Le programme est constitué d’une sélection inédite de longs et de courts-métrages et de rencontres avec des professionnels invités.


La richesse du programme vient également des expositions, des rencontres, des tables rondes profitant de la présence de réalisateurs, producteurs, diffuseurs, et des professionnels de l’animation en général, ainsi que des étudiants.


Parmi les films au programme de ce festival figurent La tortue rouge de Michael Dudok de Wit, Contes Africains de Djilali Beskri (Algérie), Ethel et Ernest de Roger Mainwood (Royaume Uni, Luxembourg), Louise en Hiver de Jean-François Laguionie (France/Canada), Ivan Tsarévitch et la princesse changeante de Michel Ocelot (France), Les Simpson de David Silverman, Vaiana, la légende du bout du monde de John Musker et Ron Clements (Etats–Unis), Iqbal, l’enfant qui n’avait pas peur de Michel Fuzellier et Babak Payami (France/ Italie), les Trolls de Mike Mitchell et Walt Dohrn (Etats-Unis), la bataille géante des boules de neige de Jean-François Pouliot et François Brisson et La vie en Rosie d’Ann Marie Fleming (Canada).