Abonnez-vous !

Connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Abonnez-vous !

Découvrez l'offre de lancement du Desk

60 DH
1 mois
Découvrir les offres
L'agenda
Festival
20.05 01.06.2022
Le festival du cinéma en espagnol s'ouvre à Rabat
L’Institut Cervantes de Rabat organise, du 20 mai au 2 juin, la sixième édition du festival du cinéma en espagnol. Cette manifestation cinématographique présente certaines productions des plus significatives du cinéma hispanophone dans le monde, avec la projection de 13 films à partir de 18H30 au siège de l’Institut Cervantes de Rabat, a indiqué un communiqué de l'Institut culturel. Selon la même source, l’organisation de ce cycle s'inscrit dans le cadre des initiatives de l’Institut Cervantes de Rabat en partenariat avec les ambassades des pays hispanophones accrédités au Maroc, à savoir, l’Argentine, le Chili, la Colombie, Cuba, le Salvador, l’Espagne, le Guatemala, la Guinée Équatoriale, le Mexique, le Panama, le Pérou, la République Dominicaine et le Venezuela. Les films seront projetés en version originale en langue espagnole et sous-titrés en français, en arabe et en anglais, a-t-on précisé. Le cycle de cinéma démarrera avec la projection de “Inocencia” (Alejandro Gil, 2018- Cuba), “Anu Ngan ou en la guarida del diablo” (Santiago Nfa Obiang, 2016- Guinée Équatoriale) et “El buen patrón” (Fernando León de Aranoa, 2021- Espagne), ont souligné les organisateurs. Il s'agit en outre de la projection des films, “La palabra de Pablo” (Arturo Menéndez, 2018- Salvador), “Un destello interior” (Andrés Eduardo Rodríguez, Luis Alejandro Rodríguez, 2020- Venezuela), “El llamado del desierto” (Pablo César, 2018- Argentine) et de “Los ajenos fútbol club” (Juan Camilo Pinzón, 2019- Colombie). Les cinéphiles peuvent également visionner les films “Corazón de Mezquite” (Ana Laura Calderón, 2019 – Mexique), “Lo que siento por ti” (Raúl Camilo, 2018- République Dominicaine), “El agente topo” (Maite Alberdi, 2020- Chili), “La pasión de Javier” ( Eduardo Guillot, 2019- Pérou ), “Septiembre, un llanto en silencio” (Kenneth Müller, 2017- Guatemala) et “Algo azul” (Mariel García Spooner, 2021- Panama), conclut le communiqué.
Lieu - Institut Cervantes, Rabat
Concert
01.07 03.07.2022
Jazzablanca à Anfa Park: Jazz, funk, pop rock et soul music
Après deux ans d’absence, la 15ème édition de Jazzablanca Festival se tiendra du 1er au 3 juillet 2022. La magie de Jazzablanca nous a manqué ! Concerts en plein air, ambiance éclectique, une passion pour le jazz qui s’étend au funk, à la pop rock et à la soul music… L’univers Jazzablancais est de retour, avec son atmosphère chaleureuse, ses découvertes et rencontres. Pendant ces deux années, l’équipe de Jazzablanca a continué à travailler pour offrir aux festivaliers une programmation vibrante. Cette année, Jazzablanca fait peau neuve. Le festival entame un nouveau chapitre placé sous le signe de l’intensité. Avec un format de trois jours et une programmation inédite, les Jazzablancais peuvent d’emblée compter sur une ambiance exclusive et de nombreuses surprises ! Depuis sa première édition en 2006, Jazzablanca n’a cessé de se renouveler pour offrir aux Casablancais le festival de musique qu’ils méritent. Au fil des années, le festival s’est montré fidèle à son engagement auprès de la vie culturelle casablancaise, et continue de s’accrocher aux valeurs universelles que prône la musique : la générosité, la tolérance, et la passion.
Lieu - Anfa Park, Casablanca
11.01.2022 à 13 H 27 • Mis à jour le 11.01.2022 à 15 H 59
Par

Histoire « Qissat Ennahda – Pour une école nationale marocaine », combat pour un enseignement moderne au Maroc

Deux réalisateurs, Othman Balafrej et Walid Ayoub, ont récemment choisi de lever le voile sur l'apport d'Abou Bakr El Kadiri au développement de l'école marocaine. Le documentaire sera diffusé ce 11 janvier sur 2M. Les détails

Souhaitant rendre hommage à l’écrivain et académicien Abou Bakr El Kadiri, deux réalisateurs, Othman Balafrej et Walid Ayoub, se sont réunis pour donner naissance au film Qissat Ennahda – Pour une école nationale marocaine. La Fondation Abou Bakr El Kadiri pour la culture avait déjà organisé en novembre dernier au Ciné Atlas de Rabat la projection en avant-première dudit documentaire. Il sera une nouvelle fois présenté au grand public, ce mardi à 23 heures, sur la chaîne 2M. 


Au droit à l’éducation au Maroc, on doit le travail et le militantisme de plusieurs personnalités historiques. Parmi eux, on retrouve Abou Bakr El Kadiri, héros du film. «  Othmane Balafrej et moi n’avons pas réellement choisi ce sujet, c’est le sujet qui nous a choisis. La fondation Abou Bakr a voulu commémorer la mémoire d’Abou Bakr El Kadiri. On peut dire qu’il s’agit d’un projet de commande qui est devenu assez libre. Nous nous sommes retrouvés éblouis par ce personnage. On a pris le film de manière personnelle par la suite », nous confie Walid Ayoub, le deuxième réalisateur derrière le film-documentaire.


Bien qu’Abou Bakr El Kadiri soit l’un des fondateurs du Mouvement national marocain et l’un des signataires du Plan de Réformes marocaines de 1934 et du Manifeste de l’indépendance du 11 janvier 1944, c’est sur son combat dans le domaine de l’enseignement que le film a souhaité revenir. « Abou Bakr El Kadiri a joué un rôle important pendant la période coloniale, mais le film est surtout basé sur son combat pour la création de l’école libre. Le film est d’ailleurs l’adaptation d’un livre d’Abou Bakr qui s’intitule aussi “L’histoire d’Ennahda”. Il retrace la vie d’un garçon de 17 ans dans les années 30 qui souhaite changer les choses et c’est ainsi qu’on parle de son combat », raconte le réalisateur Walid Ayoub.


Le film revient sur les particularités de l’enseignement pendant le protectorat et met en avant l’importance de la lutte pour un enseignement libre dans le contexte de l’époque. Il revient également sur les nombreuses difficultés rencontrées pour poser les bases de l’éducation moderne au Maroc.


« Il n’y a pas d’objectif ou de message. Il s’agit tout simplement d’un film qui parle d’une époque et d’une personne porteuse de valeurs très fortes avec la volonté de changer les choses. Elle se battait contre l’injustice et contre le colon. Abou Bakr était porteur de valeurs et non d’idéologie. On a de l’empathie et on comprend ce qu’il a entrepris. Il s’agit donc d’un film historique », déclare au Desk Walid Ayoub.


Qissat Ennahda – Pour une École Nationale Marocaine

Réalisé par Othmane Balafrej et Walid Ayoub 

Diffusion sur 2M le 11 janvier 2021 à partir de 23 h


©️ Copyright Pulse Media. Tous droits réservés.
Reproduction et diffusions interdites (photocopies, intranet, web, messageries, newsletters, outils de veille) sans autorisation écrite