Abonnez-vous !
Logo du site LeDesk

Connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Abonnez-vous !

Découvrez l'offre de lancement du Desk

60 DH
1 mois
Découvrir les offres
20.11.2016 à 16 H 09 • Mis à jour le 20.11.2016 à 16 H 16
Par

Architecture Quand Loustal immortalisait l’Immeuble du Parc, aujourd’hui en démolition

L’immeuble du Parc, bâtiment emblématique de Mohammedia va disparaitre. Au-delà de sa grande valeur architecturale, il avait inspiré le célèbre bédéiste Loustal

Le bédéiste Loustal connu pour ses illustrations dans Rock &  Folk, Métal Hurlant ou encore The New Yorker a immortalisé dans ce dessin l’immeuble du Parc en cours de démolition à Mohammedia malgré les appels répétés de la société civile pour conserver ce chef d’œuvre de l’architecture balnéaire.



L’immeuble du Parc, que l'on trouve page 38 dans son album Cœur de sable, mais aussi en toile de fond d'un poster édité par Carton avait attiré l’artiste lors d’un séjour de coopération au Maroc au milieu des années 80.


Planche de la BD Coeur de sable de Loustal où l'on voit en arrière plan la façade de l'immeuble du Parc. Scénario de Philippe Paringaux. Album paru en janvier 1985 chez Casterman.

 

« C'est une belle construction qui existe vraiment et qui se trouve à Mohammedia. Je passais devant tous les jours en allant au tennis. Actuellement les palmiers ont grandi et il n'est pas possible d'avoir une vision d'ensemble comme celle que j'ai dessinée. Je me suis servi en fait d'une vieille carte postale que j'ai trouvée chez un bouquiniste à Casablanca. Ce restaurant est magnifique et la première version réalisée dans Cœurs de sable ne me satisfaisait pas complètement. Je l'ai donc retravaillée à l'occasion du projet d'affiche pour Carton ».


Carte postale de l'Immeuble du Parc, La brasserie de M. Bedouck Circa 1950, avenue de la Marne, maintenant rue de Fès à Mohammedia.

 

Aujourd’hui, l’immeuble du Parc, bâtiment emblématique de Mohammedia est menacé de démolition. Malgré les appels répétés aux autorités de la ville, ce patrimoine d’exception, symbole de l’identité balnéaire de la ville risque de disparaître dans l’indifférence. Son auteur, l’architecte Erwin Hinnen l’avait conçu en 1932. Il avait construit de nombreuses villas à Casablanca, notamment la villa Dar Es-Saada vers 1935, une des toutes premières, dans un vocabulaire très moderne et avec une décoration Art déco. La villa sera la résidence du président Franklin D. Roosevelt pendant la conférence d’Anfa en janvier 1943. Un sit-in a été organisé le dimanche 20 novembre à 11h aux abords du bâtiment…



La fameuse interprétation de Loustal, reprise par le magazine espagnol El Vibora pour la couverture de son numéro spécial France en septembre 1985. Réf: Bibliographie Loustal in PLG N°21, automne 1986.

 

Sa formation d'architecte n’est sans doute pas étrangère à la fascination de Jacques de Loustal pour les bâtiments en particulier ceux du Bauhaus. Mais avant tout c'est un dessinateur de la lumière, de la couleur. Il alterne les récits en bande dessinée avec des scénaristes comme Philippe Paringaux, Cœurs de sable, Barney et la note bleue, Kid Congo ou l'écrivain Jérôme Charyn avec White Sonya et les carnets de voyage à travers le monde.


Le dessin original avait été mis en vente aux enchères par Sotheby's en 2012


Il est notable que les références de Jacques de Loustal vont vers la peinture, bien sûr David Hockney avec cette capacité à suspendre graphiquement le temps, et le cinéma sans oublier une passion certaine pour la musique en se rappelant encore une fois qu'il illustra longtemps le magazine Rock &  Folk. La touche loustalienne est très appréciée des magazines puisqu'il réalise très régulièrement les couvertures du prestigieux New Yorker.


Le dessin de l’immeuble du Parc figurait parmi les pièces patrimoniales de l'artiste. Il avait été mis en vente en 2012 par Sotheby’s.

©️ Copyright Pulse Media. Tous droits réservés.
Reproduction et diffusions interdites (photocopies, intranet, web, messageries, newsletters, outils de veille) sans autorisation écrite