Abonnez-vous !

Connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Abonnez-vous !

Découvrez l'offre de lancement du Desk

60 DH
1 mois
Découvrir les offres
L'agenda
Débat
21.05 21.05.2021
Féminismes au Maroc: Une dérive à travers les territoires
À l'heure d'ébullition et de multiplicité du mouvement féministe, Hanan Dalouh Amghar et Maggie Schmitt ont entamé un processus de recherche qui a débuté par un voyage au Maroc en février 2020. Cette recherche, soutenue par La Laboratoria. enquête sur les collectifs féministes et / ou de femmes avec lesquels elles ont interagi.
Lieu - Musée Reina Sofía, Nouveau building, Protocol Room à 18h00
29.01.2016 à 19 H 48 • Mis à jour le 20.04.2021 à 14 H 18
Par

Parution Riad Sattouf, bédéiste de l’année

Le Franco-Syrien vole de succès en succès. L’album réunissant les planches qu’il publie en dernière page de « L’Obs » fait l’unanimité. Son roman graphique « L’Arabe du futur », est encensé par la critique outre-atlantique.

Son dernier fait d’arme ? s’être publiquement retiré de la liste du Jury de ce 41e Festival international de la bande dessinée d’Angoulême, se tenant du 28 au 31 janvier courant. Et ce, en solidarité avec le collectif BD Égalité, réunissant une centaine d’auteures et/ou dessinatrices, outrées du fait que la liste des 30 dessinateurs mis en compétition, lors de cette édition, était exclusivement masculine, ignorant superbement des talents aussi patents que Claire Bretécher ou Marjane Satrapi.


Son geste protestataire a fait grand bruit et induit un débat de fond sur le sujet.


Son actualité éditoriale ? Riad Sattouf vient de sortir Les Cahiers d’Esther (éd. Allary, 2016), recueil des planches que le Franco-Syrien publie, hebdomadairement, en dernière page de L’Obs, avec cet égal succès auquel il nous a habitué chaque fois qu’il met la main à un projet.


couverture_livre_cahiers_dester_bdDans Les Cahiers d’Esther, Sattouf raconte — dans son style faussement naïf, aussi tendre que satirique — le quotidien d’une pré-ado (10 ans), issue d’un milieu urbain, tendance bobo.


Comme l’auteur-dessinateur ne manque jamais de le rappeler, les aventures d’Esther sont le fruit des confidences, à peine romancées, de la fille d’un couple de ses amis. D’où ce cachet quasi documentaire qui s’en dégage fortement et nous séduit tant.


Mieux que n’importe quel sémiologue ou anthropologue universitaire distingué, Riad Sattouf sait nous restituer le vocabulaire, le mode de penser, les références culturelles — en un mot, l’univers mental — d’une pré-ado parisienne contemporaine, l’humour en prime.


Dans le classement annuel de Vanity Fair des 50 personnalités françaises les plus influentes du monde, Riad Sattouf est placé 24e.


Traduit en une quinzaine de langues, L'Arabe du futur 2 a été retenu parmi les 150 meilleurs livres de l'année selon le magazine américain Publishers Weekly. PHOTO FACEBOOK


Les raisons d’une telle distinction ? Avec son deuxième tome de L’Arabe du futur (éd. Allary, 2015), traduit en une quinzaine de langues, Sattouf figure parmi les 150 meilleurs livres de l’année, selon le magazine américain spécialisé Publishers Weekly. Le très influent New Yorker a esimé que « Sa sensibilité est plus proche de South Park que de Tintin. »


Rappelons, en toute modestie, que, dès sa première édition, Le Desk a été le premier média marocain à consacrer un long récit, à cet auteur graphique de génie.