Abonnez-vous !

Connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Abonnez-vous !

Découvrez l'offre de lancement du Desk

60 DH
1 mois
Découvrir les offres
L'agenda
21.05.2016 à 13 H 34 • Mis à jour le 24.07.2016 à 22 H 38
Par

Architecture Un écrin cubiste et voluptueux pour le Musée Yves Saint-Laurent de Marrakech

Mitoyen du Jardin Majorelle, le nouveau Musée YSL, signé par Olivier Marty et Karl Fournier du Studio KO, ouvrira ses portes à Marrakech à l'automne 2017.

Olivier Marty et Karl Fournier, les fondateurs du Studio KO d’architecture et de design français ont dévoilé les premiers plans de conception de ce que sera le nouveau musée Yves Saint Laurent à Marrakech.


Il accueillera le travail de l’emblématique créateur de mode et de la collection de la Fondation Pierre Bergé-Yves Saint Laurent Paris.


« Le duo de jeunes quadragénaires refusent de devenir des architectes stars. Depuis toujours, ils cultivent une certaine modestie qui les a mis à l’abri des projecteurs même si leur nom a déjà franchi les frontières de l’Hexagone. Doucement mais sûrement, leur architecture, à l’antipode des modes, veut s’inscrire dans le temps. Sans jamais dénaturer les sites dans lesquels s’intègrent leurs bâtiments. Cette volonté de fusion avec le cadre les amène à privilégier les matériaux locaux, à puiser dans le passé pour le réinterpréter d’une façon contemporaine », écrit Le Figaro.


Le duo d'architectes français, Olivier Marty et Karl Fournier du Studio KO. Destiné à valoriser une partie de son patrimoine exceptionnel, mis en scène par Christophe Martin, ce musée est une aubaine pour la ville qui ne dispose pas encore d'institutions culturelles d'ampleur et cherche à cultiver un tourisme pas simplement de passage.


Le cabinet d’architecture français a un bureau au Maroc depuis 15 ans – « le futur musée de Marrakech est un pas de plus dans la continuité de ce qu’ils ont déjà bâti dans le royaume, à l’image de la maison D, citadelle austère et sculptural », note Le Figaro -, et a acquis une reconnaissance pour son travail sur le Chiltern Firehouse à Londres et sur la boutique Balmain à New York. Studio KO a aussi travaillé avec Pierre Bergé, le co-fondateur de la maison de couture YSL et président de la Fondation PB-YSL, dans les années antérieures à Tanger.


Façade du Musée YSL à Marrakech. Lignes épurées et architecture brutaliste du sud marocain. STUDIO KO


La nouvelle structure sera mitoyenne du Jardin Majorelle, la propriété du couple où les cendres de YSL ont été dispersées après sa mort en 2008. Le musée de 4000 m2 sera le sanctuaire mémoriel du créateur avec près de 5 000 articles de vêtements, 15 000 accessoires, 1 000 croquis et autres objets de ses multiples inventions.


Avec l’espace d’exposition permanente, le musée mettra en vedette un espace d’exposition temporaire, un auditorium de 130 places, une librairie et une bibliothèque de recherche qui mettra l’accent sur la littérature, la botanique, la culture berbère, de la poésie et de l’histoire. Il y aura également un café-restaurant avec terrasse.


Un retour aux sources pour les collections d'Yves Saint Laurent, à proximité de ce lieu magique du jardin Majorelle, là même où le couturier les a créées. En hommage à celui qui a partagé sa vie jusqu'à sa mort en 2008, Pierre Bergé offrira à Marrakech un musée à la hauteur de la légende qui a auréolé le parcours de cette icône de la mode du XXe siècle. STUDIO KO


Le Studio KO s’inspire fortement du Maroc, de sorte que le bâtiment, composé de béton, terrazzo, granito teinté de terre, et de fragments de pierres rougeâtres typiques du Haouz, et de terre cuite, rappellera au visiteur, autant le bâti cubiste des kasbahs du sud marocain que la volupté des robes Saint-Laurent.


Au centre de l'édifice, un puits de lumière crue viendra sublimer l'écrin où sera montrée la puissance créatrice d'YSL, inspirée de la magie des lieux et de la ville. STUDIO KO


« Nous avons conçu le bâtiment comme on le ferait couper le tissu pour une robe, en composant des courbes et des lignes, à la manière des dessins de travail, blanc tracé sur papier noir, que nous avons découvert dans l’atelier et les archives du concepteur. Ses façades seront enveloppées dans une garniture de briques, comme un drap, une touche, une cape… », ont expliqué ses concepteurs.


En parallèle de l’inauguration d’un musée à Paris, celui de Marrakech ouvrira au public en automne 2017.


Lire aussi : Les robes-sculptures de Noureddine Amir, sanctifiées par Bergé

©️ Copyright Pulse Media. Tous droits réservés.
Reproduction et diffusions interdites (photocopies, intranet, web, messageries, newsletters, outils de veille) sans autorisation écrite