Datadesk
Comprendre l’actualité par les données

Connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Abonnez-vous !

Découvrez l'offre de lancement du Desk

60 DH
1 mois
Découvrir les offres
01.12.2020 à 11 H 51 • Mis à jour le 01.12.2020 à 11 H 51

Au Maroc, près de 80 % des personnes vivant avec le VIH connaissent leur statut sérologique

En 2019, on estimait que 38 millions de personnes vivaient avec le sida dans le monde et le nombre annuel de décès, descendu sous le seuil du million depuis 2017, s'élevait à environ 700 000. Au Maroc, on recense environ 20 000 cas, dont 8 000 femmes (40%)



Le ministère de la Santé a annoncé, lundi, qu’il œuvre, en collaboration avec ses partenaires, à garantir l’accès aux soins aux personnes vivant avec le VIH durant la pandémie de Covid-19.


« Le ministère de la Santé a œuvré, dans ce contexte particulier, à maintenir la continuité des soins aux personnes vivant avec le VIH (PVVIH), en assurant notamment l’accès au traitement antirétroviral (ARV) et ce, en étroite collaboration avec les partenaires institutionnels et les organisations de la société civile et avec l’appui du Fonds mondial et de l’ONUSIDA », indique le ministère dans un communiqué, à l’occasion de la Journée mondiale contre le Sida, relevant que toutes les ressources nécessaires ont été mobilisées à cet effet.


Il est à noter que dans le cadre du Plan stratégique national 2023 de la riposte contre le sida, les efforts déployés par toutes les parties prenantes ont permis d’atteindre, durant l’année 2019, une proportion de 78 % des PVVIH qui connaissent leur statut sérologique, dont 90 % sont mis sous traitement ARV et 92 % parmi elles ont négativé leur charge virale.


L’ensemble des interventions mettent le Maroc sur la bonne voie de l’élimination de l’épidémie du VIH comme problème de santé publique à l’horizon de 2030, conformément aux objectifs de développement durable.


À l’initiative de l’Organisation mondiale de la Santé, la Journée de lutte contre le sida a lieu chaque 1er décembre depuis 1988 afin de sensibiliser le grand public à cette maladie causée par le virus de l’immunodéficience humaine, ou VIH. En 2019, on estimait que 38 millions de personnes vivaient avec le sida dans le monde et le nombre annuel de décès, descendu sous le seuil du million depuis 2017, s’élevait à environ 700 000.


Comme le révèle le graphique Statista, le nombre de patients ayant accès aux traitements antirétroviraux n’a cessé d’augmenter au cours des deux dernières décennies. De moins d’un million en 2000 à plus de 7 millions en 2010, le nombre de personnes qui bénéficient d’un traitement s’élève désormais à 26 millions.


Infographie: Deux décennies de lutte contre le sida | Statista



En 2018, le nombre des personnes vivant avec le VIH (PVVIH) au Maroc était estimé à 20 000, dont 8 000 femmes (40 %). Le nombre d’enfants de moins de 15 ans est inférieur à 1 000. Les nouvelles infections VIH ont connu une diminution de 1 500 en 2004 à 990 en 2017 soit une baisse de 34 %.


Les décès, ont connu une baisse de 30 % passant de 690 en 2011 à 480 en 2017. Près de 67 % des nouvelles infections surviendraient parmi les populations clés et leurs partenaires. La majorité des femmes infectées (70,7 %) le seraient par l’intermédiaire de leur conjoint.


Le nombre total de cas de VIH/sida déclarés entre 1986 et 2017 était de 14 000. La tranche d’âge la plus touchée est celle comprise entre 15 et 44 ans. Les femmes représentent 50 % du total cumulé des cas notifiés. La transmission de l’infection à VIH est principalement sexuelle (90 %).


La transmission verticale (de la mère à l’enfant) et par usage de drogues injectables, constituent respectivement 3 % et 2 %. L’épidémie reste marquée par une focalisation dans trois régions, qui regroupent à elles seules 65 % des cas notifiés de tout le pays, avec 25 % dans la région de Souss-Massa, 21 % dans la région de Marrakech-Safi et 20 % dans la région de Casablanca. La grande majorité (90 %) des PVVIH relèvent du milieu urbain.


Malgré ces chiffres positifs sur l’évolution de l’épidémie et son traitement, les experts mettent en garde contre le développement d’une forme de complaisance à l’égard de cette maladie, qui est certes mieux traitée mais qui reste incurable et fait toujours des ravages dans certains endroits du globe. On comptait toujours près de 2 millions de nouveaux cas l’année dernière et certaines régions enregistrent une résurgence des infections. Pour poursuivre la lutte contre le VIH, plusieurs experts insistent donc désormais sur les progrès à réaliser en matière de prévention.


Au Maroc cette Journée est célébrée à travers un grand nombre de campagnes et de programmes visant la sensibilisation du grand public, notamment Sidaction Maroc, qui souffle cette année sa huitième bougie. Cette campagne nationale de sensibilisation et de collecte de fonds pour la lutte contre le le VIH/Sida, qui se tiendra du 1er au 31 décembre, à l’initiative de l’Association de lutte contre le SIDA (ALCS), sous le Haut patronage du Roi Mohammed VI, ambitionne de collecter les fonds nécessaires pour garantir une meilleure prise en charge des personnes vulnérables porteuses du VIH, leur offrir l’appui social nécessaire, améliorer leur qualité de vie et renforcer également la recherche scientifique dans ce domaine.

©️ Copyright Pulse Media. Tous droits réservés.
Reproduction et diffusions interdites (photocopies, intranet, web, messageries, newsletters, outils de veille) sans autorisation écrite