S'abonner
Se connecter
logo du site ledesk
Datadesk
Comprendre l’actualité par les données

Connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Abonnez-vous !

Découvrez l'offre de lancement du Desk

60 DH
1 mois
Découvrir les offres
06.03.2023 à 14 H 37 • Mis à jour le 18.06.2023 à 00 H 52

Comment Omar Moro compte transformer la Région Tanger-Tétouan-Al Hoceima à l’horizon 2027

Le Conseil de la région de Tanger-Tétouan-Al Hoceima a présenté son Programme de développement régional (PDR) 2022-2027. Pas moins de 233 projets structurants articulés autour de 5 piliers stratégiques vont mobiliser près de 20 MMDH. Le texte a été approuvé ce lundi avec 54 voix, sans aucune opposition et une seule abstention, celle du PJD. Les détails



Lors de la session ordinaire de mars 2023, tenue ce lundi, le Conseil de la Région Tanger-Tétouan-Al Hoceima (CRTTA), présidé par Omar Moro, a présenté son Plan du développement régional (PDR) 2022-2027. Un document très attendu pour ce territoire composé de deux préfectures et six provinces qui abrite une population totale de près de 4 millions d’habitants, soit environ 11 % de celle du Maroc, et qui avec un PIB d’environ 120 milliards de dirhams (MMDH) se positionne comme troisième région économique du Royaume après Casablanca Settat et Rabat Salé Kénitra.


A l’issue de sa présentation par Rabie El Khamlichi, directeur général des services au CRTTA, le texte été approuvé avec 54 voix, avec aucune opposition et une seule abstention, celle du Parti de la justice et du développement (PJD). Un succès qui n’a pas manqué d’être salué par Mohamed Mhidia, wali de la Région TTA (RTTA) ayant affirmé que « ce PDR est le meilleur qui soit ».


Les concepteurs de ce PDR (les équipes du CRTTA épaulés par le cabinet Sys Consulting) insistent sur « l’approche participative » de son élaboration, qui s'inscrit dans « une démarche ambitieuse visant à assurer un développement durable et équilibré de la région ».  S'appuyant sur quatre piliers fondamentaux pour l'avenir de la région : « l'ambition, la participation, la concrétude et la convergence », peut-on lire de sa note de présentation, ce plan « ambitionne de répondre aux besoins et aux aspirations de la population de la région en matière de développement économique, social, culturel et environnemental, tout en tenant compte des défis actuels et futurs ». Il est conçu, note-t-on « en prenant en considération les réalités régionales ainsi que les ambitions des citoyens et des acteurs économiques et sociaux de la région ».


Omar Moro, président de la Région Tanger-Tétouan-Al Hoceima. Crédit: CRTTA


Une « vision prometteuse »

La vision du PDR inspire à donner à la région un positionnement ambitieux, et réaliste basée sur cinq axes de développement.  Son document de présentation la définit selon les termes suivants :


Hub économique attractif et compétitif, espace d’opportunités et de création de richesses, dotées de grands pôles industriels, logistiques et technologiques basés sur les nouveaux métiers du monde (automobile, aéronautique, offshoring, agroalimentaire, produits pharmaceutiques, numériques) et destination touristique privilégiée.

Une Région créatrice de conditions d'une vie décente pour l’ensemble des habitants de la région par la valorisation du capital humain, la cohésion sociale intrarégion et le replacement de l’être humain au centre de ses intérêts.


Une Région leader en matière de résolution des problèmes environnementaux, de l’utilisation des énergies alternatives et de réutilisation des eaux traitées, de développement de l’économie bleue et de la réalisation d'un développement vivable.


Une aire d’offres culturelles distinguées, une destination de loisirs, et d’animations artistiques et touristiques, mettant en avant plan son patrimoine historique et sa richesse civilisationnelle.


Rabie El Khamlichi, directeur général des services de la Région Tanger-Tétouan-Al Hoceima. Crédit: CRTTA


La RTTA a adopté une « vision ambitieuse » qui se veut être un « véritable moteur de développement » : « Devenir une Région attractive, innovante, inclusive, résiliente et une locomotive en matière de développement durable ».


Tanger-Tétouan-Al Hoceima est une région attractive pour les différents acteurs cibles (investisseurs, touristes, visiteurs, résidents…) et créatrices de richesses par son ouverture, sur toutes ses composantes internes et son environnement externe, dans le cadre d'une coopération internationale efficace et efficiente.


Au centre : Adib Akalai, directeur de l’Agence régionale d’exécution des projets (AREP), Crédit: CRTTA


Innovante  : Elle encourage l'innovation à toutes ses étapes, depuis la recherche et le développement jusqu’à l’obtention de services et de produits innovants, à forte valeur ajoutée  Et favorise la digitalisation et la formation d’espaces territoriaux intelligents.


Inclusive : Dans le cadre de l’État social, la région s'appuie sur toutes ses ressources et compétences à travers une approche participative et une approche genre dans la perspective de réduire, voire d’éradiquer les différences spatiales et d'améliorer le niveau de vie de la population.


Résiliente  : La région est capable d'anticiper sur les perturbations en apportant une réponse efficace et en s’adaptant aux conjonctures (perturbations naturelles, changements économiques, technologiques et climatiques).


Leader en matière de développement durable : Elle réalise un développement vert soutenable et une transition énergétique réussie. La région TTA valorise ses ressources en eau, dans le cadre d'une économie bleue, préserve sa diversité écologique et protège les milieux et les ressources.


Cette vision a donné naissance à une stratégie de développement régional articulée autour de ces 5 piliers pour répondre à l’ensemble des problématiques du développement de la RTTA et concrétiser ses ambitions.


(de g-à-d): Mohamed Mhinia, Wali de la Région Tanger-Tétouan-Al Hoceima) et Omar Moro, président de la Région. Crédit: CRTTA


Un budget global de 19,85 MMDH

Consulté par Le Desk, le PDR se répartit sur cinq piliers essentiels, mobilisant un budget global de pas moins de 19,85 MMDH.


Pour sa concrétisation, la région apportera une part de 6,78 MMDH.


Au menu du PDR, 24 sous-axes, 48 programmes à réaliser et 233 projets à concrétiser.


Le premier pilier, comportant six axes déployés en 11 programmes et 82 projets, portera sur le développement économique régional global et la création de la richesse, indique-t-on du côté de la Région. « Cet axe est crucial pour répondre aux enjeux liés à la compétitivité et à l'attractivité de la région », précise-t-on.


Parmi les projets rentrant dans ce cadre, on cite la création d’une dizaine de zones d’activités économiques, de trois zones industrielles (dont deux vertes), le projet de téléphérique, l’aménagement et le dédoublement de 500 km (RN et RR) avec la réalisation de 5 ponts, un port de plaisance, un centre d’innovation, le développement de la Cité des métiers et des compétences, une étude de réalisation d’une station d’hydrogène vert, la création de deux stations hivernales, le lancement d’un village pour le commerce et le divertissement, d’un marché solidaire ou encore d’une maison de l’artisan. La finalisation de la Cité Mohammed VI Tanger Tech est par ailleurs catégorisée comme étant un des projets phares de la région.

 

S’agissant de l’investissement, un fonds régional de la promotion à l’investissement de plus d’un milliard de dirhams, sur cinq années est dans le pipe.


Le budget pour ce premier pilier a été fixé à 9,43 MDH.


Pilier 1 du PDR du CRTTA. Infoghraphie: Mohamed Mhannaoui / Le Desk


Le PDR s’intéresse aussi à l’équité territoriale et l’inclusion sociale. Cet axe a pour ambition d'améliorer la qualité de vie des citoyens de la région en leur fournissant des conditions de vie dignes, en généralisant l'accès à l'eau potable, à l'électricité, aux soins de santé, à une éducation de qualité ainsi qu'à des infrastructures sportives et de loisirs. Dans ce cadre, on prévoit la construction et la réhabilitation de plusieurs établissements de santé, l’amélioration des infrastructures scolaires, la mise en place d’un programme d’aide aux étudiants en difficulté et aussi un programme visant à lutter contre l’exclusion sociale.


Parmi les projets phares de ce pilier, on peut citer le raccordement de la population rurale à l’eau potable (+ 20 %), l’amélioration du taux de raccordement au réseau d’électricité (arriver à 95 %), la réalisation de l’assainissement pour 16 centres, la réhabilitation de 5 centres émergents, celle de l’ensemble des souks hebdomadaires ou encore la mise à niveau l’ensemble des marchés de gros et le désenclavement de 300 douars en zone rurale.


Son budget est de 6,2 MMDH, avec comme objectif de le déployer sur 6 sous-axes, couvrant 14 programmes et 64 projets.


Pilier 2 du PDR du CRTTA. Infoghraphie: Mohamed Mhannaoui / Le Desk

 

La culture n’est pas en reste. Le troisième pilier s’y attarde, prévoyant la réhabilitation et la valorisation des villes anciennes et sites archéologiques, les musées, les itinéraires culturels, les centres d'arts, et à construire et équiper cinq centres culturels dans la région. Il prévoit également la création d'un théâtre et d'un studio cinématographique, le soutien de 20 projets de recherche et d'étude sur la valorisation du patrimoine et la diversité linguistique et culturelle de la région, ainsi que l'amélioration de la gestion des sites archéologiques dans la région grâce à une Fondation régionale spécialisée. Enfin, il inclut la restauration de 10 monuments et sites historiques ainsi que la création de quatre musées dans la région.


Le soutien à la création d’infrastructures culturelles, le renforcement de l’identité culturelle et sa diversité, ou encore l’organisation d’évènements et festivals font partie de ses grands projets. Cet axe est ainsi considéré comme une pierre angulaire pour renforcer la conscience culturelle, préserver le patrimoine civilisationnel et façonner la personnalité nationale, tout en renforçant l'identité et l'appartenance.


Un budget de 407,8 MDH y est alloué, pour la réalisation de 24 projets.

 

Pilier 3 du PDR du CRTTA. Infoghraphie: Mohamed Mhannaoui / Le Desk


Le quatrième pilier est exclusivement centré sur le développement durable, à travers l’allocation de pas moins de 3,75 MMDH. Avec ses 54 projets, la région souhaite préserver l’environnement naturel, et une favorisation des énergies renouvelables.


L'objectif principal est de renforcer la durabilité et la résilience en améliorant la gestion et la préservation des ressources naturelles et en les valorisant pour les générations actuelles et futures.


Il vise à mettre en place une stratégie régionale de gestion des déchets de toutes sortes, à protéger l'environnement et les ressources naturelles de la région, à mettre en place une stratégie de gestion des risques naturels et à faire face aux changements climatiques, ainsi qu'à encourager et soutenir les activités maritimes, les activités de barrage, les sports nautiques et le tourisme côtier.


Le sous-axe relatif à l'amélioration de la chaîne d'approvisionnement en eau, énergie et nourriture est également un aspect clé de cet axe, tout comme la protection de l'environnement et des sites naturels, la valorisation et la protection des forêts, ainsi que la promotion des énergies renouvelables et le traitement et le recyclage des déchets, avec une attention particulière portée à la préservation des ressources en eau et à la protection des zones urbaines contre les inondations et les changements climatiques.


Dans l'ensemble, cet axe vise à améliorer la qualité de vie dans la région et à atteindre un équilibre entre les besoins humains et l'environnement. Les ambitions stratégiques de cet axe incluent le recyclage des eaux usées et l'utilisation de sources d'eau non conventionnelles pour une meilleure gestion des ressources en eau, la promotion d'une gestion durable des ressources en eau grâce à des projets innovants et à l'utilisation de technologies modernes, la participation de la région aux travaux de transition énergétique et la production d'électricité à partir de sources renouvelables.


Parmi les projets spécifiques, on peut citer le soutien et la réhabilitation de trois décharges régionales pour améliorer la collecte et la valorisation des déchets, la création d'une station de traitement des déchets d'olives, la création d'un quartier modèle en harmonie avec l'environnement et le soutien de 150 professionnels de la pêche artisanale.


De plus, huit points de débarquement seront aménagés, dix plages seront aménagées pour favoriser un tourisme maritime durable, et une stratégie globale sera mise en place pour protéger l'environnement et les ressources naturelles de la région et faire face aux risques naturels.


Pilier 4 du PDR du CRTTA. Infoghraphie: Mohamed Mhannaoui / Le Desk


Enfin, le dernier pilier consacré à la gouvernance, à la coopération et le marketing territorial, bénéficiera d’un budget de 64,5 MMDH. Il permettra d’atteindre les objectifs économiques, sociaux, culturels et environnementaux de la région, à travers 6 programmes et 9 projets.


Ceux-ci toucheront à la formation des acteurs économiques pour acquérir les compétences nécessaires à l'exercice de leurs fonctions, la garantie de la cohérence et de la convergence entre les stratégies et politiques nationales et leur mise en œuvre au niveau régional, le développement et la structuration de la coopération internationale et nationale, ainsi que la promotion de la mise en place de solutions innovantes et numériques, tout comme le soutien aux médias.


Dans cette optique, une stratégie régionale a été élaborée pour améliorer la coopération internationale et la diplomatie parallèle. Cette stratégie comprend la création d'une banque de projets au profit des Marocains du monde, la contribution à la création de nouveaux investissements étrangers, la mise en place d'au moins 25 formations, l'ingénierie d'un système de gestion efficace selon la norme ISO 9001, la numérisation de l'administration et la création d'un observatoire régional de la vigilance stratégique et économique.


Afin d'améliorer les services aux citoyens, l'axe stratégique prévoit également l'amélioration des méthodes de service, l'ouverture et la participation des citoyens à la conception et à la mise en œuvre des projets de développement, la création d'un centre d'innovation et d'une maison des sciences pour encourager la participation régionale aux événements mondiaux sur l'innovation, la promotion de la recherche scientifique et l'amélioration de sa qualité en fournissant les ressources et les mécanismes nécessaires.


Enfin, pour soutenir les entreprises de presse et de médias, l'axe stratégique prévoit l'amélioration des composantes utilisées dans les campagnes de marketing régional, le développement des compétences des acteurs et l'amélioration de leur performance dans ce domaine. En somme, cette stratégie régionale ambitieuse a pour but de dynamiser la région et de contribuer à la croissance économique, tout en améliorant les conditions de vie de ses habitants.


Pilier 5 du PDR du CRTTA. Infoghraphie: Mohamed Mhannaoui / Le Desk

 

Il est enfin à souligner que le PDR de la Région TTA a été élaboré en respectant un cadre de référence unifié et diversifié qui englobe les orientations royales, la Constitution de 2011, la loi réglementaire 111.14, le Nouveau modèle de développement (NMD), les principes de régionalisation avancée, ainsi que les nouveaux accords conclus pour l'année 2022 et les accords précédents.


Le plan a également été conçu en prenant en compte le schéma régional d’aménagement du territoire 2021-2046, le programme de développement régional 2017-2021, le plan régional pour le climat et le programme national de financement climatique pour les villes et les régions, ainsi que les partenariats avec les gouvernements ouverts.


En outre, il est important de souligner que le PDR répond aux 17 Objectifs de développement durable (ODD), « ce qui prouve son engagement en faveur d'un développement durable et inclusif pour l'ensemble de la région ».

©️ Copyright Pulse Media. Tous droits réservés.
Reproduction et diffusions interdites (photocopies, intranet, web, messageries, newsletters, outils de veille) sans autorisation écrite