Datadesk
Comprendre l’actualité par les données

Connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Abonnez-vous !

Découvrez l'offre de lancement du Desk

60 DH
1 mois
Découvrir les offres
14.03.2020 à 11 H 23 • Mis à jour le 14.03.2020 à 11 H 25

Coronavirus: Où se situe le Maroc sur la carte des risques en Afrique ?

Des scientifiques d'Europe, d'Afrique et des États-Unis ont fait équipe pour cartographier, aussi précisément que possible, le risque d'importation du virus en Afrique, rapporte The Africa Report. Quels sont les pays les plus à risque et où la maladie a-t-elle le plus de chances d'être éradiquée de manière appropriée ?



L’OMS et la branche africaine des Centers for Disease Control and Prevention (CDC) des États-Unis estiment qu’il est fort possible qu’il y ait des personnes en Afrique qui ont le virus mais n’ont tout simplement pas encore été détectées.


Des scientifiques d’Europe, d’Afrique et des États-Unis ont fait équipe pour cartographier, aussi précisément que possible, le risque d’importation du virus en Afrique, rapporte The Africa Report. Quels sont les pays les plus à risque et où la maladie a-t-elle le plus de chances d’être éradiquée de manière appropriée ?


Pour répondre à ces questions, des médecins, des épidémiologistes, des démographes et des experts en santé publique ont comparé les données, créé une méthodologie et établi des cartes.


Les résultats de leurs travaux, menés sous la supervision d’experts de l’INSERM à la Sorbonne, ont été publiés en ligne sur medrxiv.org et fournissent une liste –  accompagnée de diverses cartes et graphiques –  des pays africains les plus vulnérables à l’arrivée de Covid-19.


Cette carte illustre les pays du continent africain les plus exposés au coronavirus.



L’originalité de cette étude réside en partie dans le fait qu’elle prend en compte le volume des liaisons aériennes entre chaque pays africain et les régions chinoises fortement touchées par le virus.


Sur la base de ce critère, l’Égypte, l’Algérie et l’Afrique du Sud se distinguent le plus et, comme les premiers individus infectés ont une forte probabilité d’arriver en Afrique par voie aérienne, ils sont les plus exposés.


Le point positif est que ces pays font partie de ceux qui disposent du système de santé le plus solide et sont probablement les plus à même de contenir l’épidémie.


Viennent ensuite, dans la catégorie des pays à haut risque, le Nigeria et l’Éthiopie, en raison de leurs liens étroits avec la Chine. Ils sont suivis par le Maroc, le Soudan, l’Angola, la Tanzanie, le Ghana et le Kenya.


D’où, les restrictions, autant aériennes que terrestres, imposées par exemple au Maroc avec l’Europe, du fait de sa proximité géographique avec le Vieux Continent, mais aussi du fait de sa forte diaspora en France, Benelux, Italie et Espagne.


Un risque étayé par l’enseignant-chercheur à l’Université du Massachussetts et à l’Ecole de Santé Publique de l’université de Harvard, Youssef Oulhote, docteur en épidémiologie, qui explique dans un article publié sur le site de l’association Tafra les défis que voit relever système de santé marocain et les mesures à prendre face au virus du Covid-19.


L’étude prend également en compte deux indicateurs connus sous le nom de SPAR (State Party Self-Assessment Annual Reporting) et IDVI (Infectious Disease Vulnerability Index). Le SPAR, qui est destiné à évaluer le niveau de capacité du système de santé de chaque pays, peut être peu fiable car il est basé uniquement sur les informations communiquées par les autorités locales.



L’IDVI semble plus solide puisqu’il est établi par des experts internationaux et prend en compte un large éventail de facteurs, tels que l’état des systèmes de santé, le développement économique, la manière dont les précédentes épidémies se sont propagées et, point particulièrement crucial dans le cas du coronavirus, la démographie et la densité de population.


Sur la base de ces facteurs, les pays les mieux équipés pour lutter contre Covid-19 sont l’Afrique du Sud, l’Égypte, la Tunisie et le Maroc, tandis que les plus vulnérables sont la Somalie, le Tchad, la République centrafricaine et la Mauritanie. Mais là encore, il y a un point positif : bien que vulnérables, ces pays ne sont pas, semble-t-il, les plus susceptibles de voir arriver des personnes infectées dans leurs pays respectifs.


Source : The Africa Report


Lire aussi : Où se situe le Maroc dans le monde dans sa préparation face à la pandémie ?