Datadesk
Comprendre l’actualité par les données

Connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Abonnez-vous !

Découvrez l'offre de lancement du Desk

60 DH
1 mois
Découvrir les offres
30.05.2020 à 16 H 06 • Mis à jour le 30.05.2020 à 16 H 06

Echanges extérieurs: tous les indicateurs en berne à cause de la crise du Covid-19

L’Office des changes vient de rendre publiques les statistiques des échanges extérieurs à fin avril. Elles montrent une dégradation importante de tous les principaux indicateurs, conséquence de la crise du Covid-19



Les exportations ont chuté de -20 MMDH, soit un dévissage de -19,7 %. Une situation parallèle est observée avec les importations qui accusent un recul de -12,6 % soit -21,3 MMDH. La tendance est sévère sur le mois d’avril avec respectivement -12 MMDH , soit -47,2 % pour l’export et -15MMDH, soit -33 % pour l’import.


En glissement trimestriel (comparaison entre les trois derniers mois et les trois mois d’avant), cette baisse est de 13,2 % pour les importations et de 18 % pour les exportations.


Le déficit de la balance commerciale ne s’est pas fortement dégradé : -67,5 milliards de DH à fin avril, soit 1,3 milliard de plus. Ainsi, le déficit commercial enregistre une baisse de 1,9 % ou 1 292MDH et le taux de couverture enregistre une perte de 4,8 points.


La baisse des importations de biens est due au recul des importations de biens d’équipement (-7.826MDH), de produits énergétiques (-5.715MDH), de produits finis de consommation (-5.444MDH), de demi produits (-4.406MDH), et de produits bruts (-1.760MDH).


En revanche, les achats de produits alimentaires augmentent de 3.951MDH.


La facture énergétique s’établit, ainsi, à 20.448MDH à fin avril 2020 contre 26.163MDH à fin avril 2019, soit une baisse de 5.715MDH. Le recul de la facture énergétique (-21,8 %) est dû essentiellement à la baisse des approvisionnements en gas-oils et fueloils (-3.796MDH).


Cette évolution s’explique par l’effet prix en baisse de 19 % (4.575 DH/T à fin avril 2020 contre 5.648 DH/T un an auparavant). En parallèle, les quantités importées enregistrent aussi une baisse (2.022mT contre 2.310mT, soit -12,5 %).


S’agissant des importations de produits alimentaires, celles-ci atteignent 21.865MDH à fin avril 2020 contre 17.914MDH une année auparavant, suite à la hausse des achats du Blé (+1.134MDH) et de celles de l’Orge (+1.102MDH).


Les exportations enregistrent une baisse de 19,7 % ou -20.000MDH : 81.494MDH contre 101.494MDH un an auparavant. Ce recul fait suite à la diminution des ventes de la majorité des secteurs :


–  Automobile : 17.227MDH contre 28.234MDH, soit -39 % ou -11.007MDH


–  Textile et Cuir : 9.125MDH contre 12.727MDH, soit -28,3 % ou -3.602MDH


–  Aéronautique : 3.675MDH contre 5.560MDH, soit -33,9 % ou -1.885MDH


–  Agriculture et Agro-alimentaire : 24.835MDH contre 26.695MDH, soit -7 % ou -1.860MDH


–  Autres extraction minières : 933MDH contre 1.333MDH, soit -30 % ou -400MDH


–  Electronique et Electricité : 3.228MDH contre 3.291MDH, soit -1,9 % ou -63MDH


–  Autres industries : 6.559MDH contre 7.776MDH, soit -15,7 % ou -1.217MDH.


En revanche, les ventes des phosphates et dérivés enregistrent une légère hausse de 34MDH ou +0,2 %.


La baisse des exportations du secteur automobile à fin avril 2020 résulte essentiellement du recul des ventes à la fois de la construction (6.649MDH au lieu de 12.242MDH une année auparavant, soit -45,7 % ou -5.593MDH) et du câblage (6.279MDH au lieu de 11.355MDH à fin avril 2019, soit –44,7 % ou -5.076MDH).


En parallèle, les ventes de l’intérieur véhicules et sièges baissent de 33,6 %. La part de ce secteur dans le total des exportations s’élève, ainsi, à 21,1 % contre 27,8 % un an auparavant.


Concernant la baisse des ventes du secteur textile et cuir à fin avril 2020, elle est due au recul des ventes des vêtements confectionnés (-2.647MDH) et celles des articles de bonneterie (-744MDH).


En revanche, les exportations de phosphates et dérivés enregistrent une légère hausse (+0,2 %) à fin avril 2020.


Cette évolution provient de la hausse des ventes des engrais naturels et chimiques (+1.971MDH) et celles des phosphates (+44MDH), atténuée toutefois par la baisse des ventes de l’acide phosphorique (-1.981MDH). La part de ce secteur dans le total des exportations gagne, ainsi, 3,9 points passant de 15,6 % à fin avril 2019 à 19,5 à fin avril 2020.


Au titre des quatre premiers mois de l’année 2020, la balance des échanges de services affiche un excédent en baisse de 9,1 % ou -2.480MDH : +24.666MDH contre +27.146MDH.


En effet, les exportations de services baissent de 11,1 % ou -6.491MDH (52.053MDH à fin avril 2020 contre 58.544MDH une année auparavant). En parallèle, les importations de services reculent de 12,8 % ou -4.011MDH.


En ce qui concerne les recettes voyages, principale composante des exportations de services, elles atteignent 19.978MDH à fin avril 2020 contre 22.913MDH une année auparavant, soit -2.935MDH ou -12,8 %.


Les dépenses voyages, quant à elles, reculent aussi de 30,2 % ou –2.002MDH (4.635MDH à fin avril 2020 contre 6.637MDH à fin avril 2019). L’excédent de la balance voyages s’inscrit, ainsi, en baisse de 5,7 % ou -933MDH.


Les envois de fonds effectués par les Marocains Résidents à l’Etranger enregistrent une baisse de 10,1 % ou -2.078MDH : 18.492MDH à fin avril 2020 contre 20.570MDH à fin avril 2019.


A fin avril 2020, le flux net des Investissements Directs Etrangers (IDE) atteint 5.315MDH contre 6.387MDH un an auparavant, soit une baisse de 1.072MDH ou -16,8 %. Ce résultat s’explique par une baisse des recettes des IDE de 25,9 % ou -2.915MDH (8.345MDH contre 11.260MDH), atténuée toutefois par la baisse des dépenses (-1.843MDH ou -37,8 %).


Au titre des quatre premiers mois de l’année 2020, le flux net des Investissements Directs Marocains à l’Etranger (IDME) baisse de 1.697MDH (1.549MDH à fin avril 2020 contre 3.246MDH une année auparavant).


En effet, les investissements directs marocains à l’étranger atteignent 2.992MDH à fin avril 2020 contre 3.965MDH à fin avril 2019, soit une baisse de 24,5 %. En revanche, les cessions de ces investissements ont plus que doublé

(+724MDH).


Source : Office des Changes