Datadesk
Comprendre l’actualité par les données

Connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Abonnez-vous !

Découvrez l'offre de lancement du Desk

60 DH
1 mois
Découvrir les offres
24.03.2021 à 17 H 26 • Mis à jour le 24.03.2021 à 17 H 26

HCP: La crise sanitaire liée au Covid-19 a profondément creusé les inégalités sociales

Sous l’effet de la crise sanitaire liée à la pandémie du nouveau coronavirus (Covid-19) et sans les aides publiques, la pauvreté aurait été 7 fois plus élevée et la vulnérabilité multipliée par 2, creusant profondément les inégalités, souligne une note élaborée par le Haut-commissariat au Plan (HCP)



Le Haut-commissariat au Plan (HCP), a publie, ce mercredi 24 mars, une note dédiée à « l’évolution du niveau de vie des ménages et impact de la pandémie Covid-19 sur les inégalités sociales ».

 

Les inégalités sociales et la pauvreté monétaire au Maroc ont été appréhendées à partir des données issues de l’enquête nationale sur les sources de revenu réalisée par le HCP, du 1er décembre 2019 à fin mars 2020, auprès d’un échantillon de 3 290 ménages. Les résultats obtenus sont présentés par ménage et par personne.


Il en ressort les points suivants :


–  En 2019, le niveau de vie par ménage, mesuré par la dépense de consommation annuelle moyenne des biens et services acquis par les ménages marocains, est évalué, au niveau national, à 86 094 dirhams (DH), soit 7 175 DH par mois, 95 950 DH en zones urbaines (8 000 DH par mois) et 64 530 DH en zones rurales (5 378 DH par mois).


–  En termes nominaux, le niveau de vie par tête est passé de 15 900 DH en 2013 à 20 389 DH en 2019. Cette amélioration a profité aussi bien aux citadins, pour lesquels le niveau de vie est passé de 19 500 DH en 2014 à 24 500 DH en 2019, qu’aux ruraux, passant de 10 425 DH à 13 360 DH au cours de la même période.


–  Aux termes de cette progression, le niveau de vie a augmenté en dirham constant à un taux annuel de 2,7 % entre 2013 et 2019, contre 3,6 % entre 2007 et 2014.


–  Au niveau national, la moitié des ménages dépense moins de 67 500DH par an, soit 5 625 DH par mois. Cette valeur médiane s’élève à 74 090 DH par an en milieu urbain, 6 174DH par mois, et à 54 900 DH par an en milieu rural, 4 575 DH par mois.


–  Mesuré par personne, le niveau de vie médian montre qu’un Marocain sur deux vit avec une dépense annuelle inférieure à 15 187 DH en 2019 (1 266 DH par mois). Par milieu de résidence, le niveau de vie médian est de l’ordre de 18 040 DH par personne dans les villes (1 503 DH par mois) et de 11 233 DH dans la campagne (936 DH par mois).


–  Le niveau de vie par habitant a connu, au cours de cette période, une amélioration en termes réels de 3,5 % pour les 20 % des ménages les plus défavorisés, de 2,9 % pour la catégorie sociale intermédiaire et de 2,5 % pour les 20 % des ménages les plus aisés.


–  Au niveau national, l’incidence de la pauvreté absolue a baissé de 4,8 % en 2013 à 1,7 % en 2019. Par milieu de résidence, elle a respectivement baissé de 9,5 % à 3,9 % en milieu rural et de 1,6 % à 0,5 % en milieu urbain.


–  Sous l’effet de la crise sanitaire liée à la pandémie du nouveau coronavirus (covid-19) et sans les aides publiques, la pauvreté aurait été 7 fois plus élevée et la vulnérabilité multipliée par 2, creusant profondément les inégalités.


–  Dans le contexte de la crise sanitaire, l’incidence de la pauvreté s’est multipliée par près de 7 à l’échelle nationale, passant de 1,7 % avant cette crise à 11,7 % au temps du confinement, de 5 fois en milieu rural, passant respectivement de 3,9 % à 19,8 %, et de 14 fois en milieu urbain, respectivement de 0,5 % à 7,1 %.


–  Le taux de vulnérabilité a plus que doublé, passant de 7,3 % avant le confinement à 16,7 % pendant le confinement. Par milieu de résidence, ces proportions sont respectivement de 4,5 % et 14,6 % en milieu urbain et de 11,9 % et 20,2 % en milieu rural. –  Les inégalités sociales se sont détériorées et ont dépassé le seuil socialement intolérable (42 %). L’indice de Gini a atteint 44,4 %, contre 38,5 % avant la crise sanitaire.


Evolution de l'indice Gini. Source: HCP


–  Ces contrecoups majeurs de la pandémie du Covid-19 sur le bien-être socioéconomique des ménages obligent le Maroc à réagir en doublant les efforts et les mesures urgentes de lutte contre l’exacerbation de la précarité afin d’endiguer l’augmentation de la pauvreté et des inégalités sociales et de renforcer la résilience des ménages vulnérables à la crise sanitaire pour renverser la tendance vers une société plus égalitaire.


–  Les aides publiques ont réduit l’incidence de la pauvreté de 9 points de pourcentage, la vulnérabilité de 8 points et les inégalités de 6 points. L’impact des aides publiques destinées aux ménages bénéficiaires, pour contrecarrer les répercussions économiques de la pandémie, sur le niveau de vie de la population a été simulé sur la base du couplage des données de l’ENSR de 2019 et du deuxième panel de l’enquête Covid-19 de 2020.


Evolution de l'indice de pauvreté. Source: HCP


–  Les aides publiques ont notablement atténué les effets du confinement sanitaire sur les niveaux de vie des ménages. Le taux de pauvreté absolue a été réduit de 9 points à l’échelle nationale, passant de 11,7 % avant le transfert des aides publiques à 2,5 % après le transfert, respectivement de 7,1 % à 1,4 % en milieu urbain et de 19,8 % à 4,5 % en milieu rural. L’indice de Gini, mesure synthétique des inégalités sociales, est passé de 44,4 % sans les transferts publics à 38,4 % après réception des aides publiques.


Situation de la pauvreté. Source: HCP


L’enquête nationale sur les sources de revenu de 2019 a été réalisée avec la contribution financière de la Banque Mondiale et le soutien méthodologique de l’Institut National de Statistique d’Italie auxquels le HCP se doit de renouveler ses remerciements amicaux, conclut la note.