S'abonner
Se connecter
logo du site ledesk
Désintox
Rumeurs, hoax et assertions médiatiques passés au crible

Connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Abonnez-vous !

Découvrez l'offre de lancement du Desk

60 DH
1 mois
Découvrir les offres
Déclarations
03.05.2023 à 15 H 41 • Mis à jour le 03.05.2023 à 17 H 22 • Temps de lecture : 1 minutes
Par

Les canons à eau ont bien été utilisés là où la supportrice du Raja décédée a ressenti un malaise

La préfecture de police de Casablanca avance que l'utilisation des canons à eau destinés au maintien de l'ordre s'est déroulée dans une zone des abords du stade Mohammed V loin du lieu où une supportrice a ressenti un malaise, avant de décéder sur son chemin de l'hôpital. Des images prouvent pourtant le contraire
À l'origine

Une « source à la Wilaya de police de Casablanca » a confié ce lundi à 2M que « les véhicules blindés de maintien de l’ordre équipés de canon à eau ont été utilisés pour empêcher des centaines de personnes de faire irruption dans le stade au niveau de la zone 7, loin de l’endroit d’où a été transportée la victime à l’hôpital, après son malaise au niveau de la zone 3 ».


 

Les détails

C’est la première réaction de la police après le décès d’une supportrice du Raja lors des événements ayant précédé le quart de finale retour de la Ligue des champions africaine, opposant les Verts au club égyptien d’Al Ahly.


Karim Glaibi, membre d’une commission chargée de la supervision du complexe Mohammed V, a a expliqué à l’AFP que « le stade était plein à craquer, sans que beaucoup de supporters puissent entrer », affirmant ne pas écarter une fraude aux billets.


Une enquête a été ouverte par les autorités concernées sous le contrôle du parquet compétent pour révéler les circonstances de l’accident, selon un communiqué des autorités locales de la préfecture des provinces de Casablanca-Anfa.


Outre la deuxième chaîne, la source sécuritaire en question à la préfecture de police s'est également adressée à Médias24, Le Site Info, ou encore Le360. Ces derniers ont carrément taxé de « mensongères » les « rumeurs sur la piste des canons à eau » qui seraient derrière le décès de la supportrice du Raja.
Les faits réels

Les images des événements en question ont fait le tour de la Toile. Sur une vidéo partagée sur les réseaux sociaux que Le Desk a pu authentifier, on peut apercevoir les canons à eau en action au niveau de la zone 5, celle du virage derrière le but traditionnellement réservé aux supporters du Raja. Celle-ci est située au croisement des rues Socrate et Kaid al Achtar.


Mais sur d’autres vidéos également vérifiées par Le Desk, on peut clairement apercevoir les blindés aspergeant d'eau la foule au niveau de la zone 3, celle de la tribune latérale couverte qui accueille habituellement les supporters des Verts.





Sur la vidéo ci-dessus, l’on peut lire sans problème la mention « zone 3 » sur l’écriteau accroché au portail, précisément à la seconde 0:07. Pour ne laisser aucun doute, d’autres images encore prouvent que les canons ont été employés dans la rue qui jouxte la pelouse du club Zinga Foot, situé sur la rue Socrate, justement en face du portail d'accès à la zone 3 du stade Mohammed V.


 

 
@itsprimo0 Allah yakhoud l7a9 !!!!!!!! #rajacasablanca #Curvasud #Magana #ultraseagles #greenboys #ultrasrajacasablanca #ultrasmaroc #botolapro #casablanca #ultras #passion #raja #support #championsleague #casablanca🇲🇦 #stadium #morocco #alahlysc #police ♬ original sound - Raja Club Athletic



Le verdict
En avançant que les canons à eau ont été utilisés par les forces de l'ordre au niveau de la zone 7, celle de la tribune non-couverte opposée à celle couverte où s'est produit la bousculade ayant vraisemblablement causé le « malaise » de la supportrice décédée, les auteurs du communiqué se sont rendus coupables, au mieux, d'une confusion autour du découpage logistique du stade Mohammed V, au pire, d'une désinformation.

A l'ère des réseaux sociaux et de l'information instantanée alimentée par le public témoin oculaire des événements, il est difficile de contourner les dizaines, voire les centaines d'images circulant sur le net et qui attestent d'un fait, surtout lorsqu'il s'agit d'un événement aussi terrible que le décès d'une jeune femme.

©️ Copyright Pulse Media. Tous droits réservés.
Reproduction et diffusions interdites (photocopies, intranet, web, messageries, newsletters, outils de veille) sans autorisation écrite