Désintox
Rumeurs, hoax et assertions médiatiques passés au crible

Connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Abonnez-vous !

Découvrez l'offre de lancement du Desk

60 DH
1 mois
Découvrir les offres
Media Fail
21.01.2022 à 23 H 59 • Mis à jour le 21.01.2022 à 23 H 59
Par

Ryanair n’a pas quitté le Maroc : elle vient de l’intégrer dans son plan de desserte estival

Le Maroc fait non seulement partie des 120 destinations que la compagnie low-cost irlandaise desservira cet été mais de plus, Agadir où elle a installé une base en novembre dernier, figure désormais aussi parmi les onze nouvelles destinations prévues à partir de Dublin
À l'origine
« La compagnie aérienne low-cost irlandaise compte se retirer définitivement du Maroc, destination qu’elle ne desservira plus à compter du mois de mai prochain », affirmait le site Maghreb Intelligence dans un article publié le 18 janvier. Citant des sources anonymes, le site d’information poursuit que la compagnie aérienne reprocherait au Maroc « les fermetures successives, et injustifiées à leurs yeux, de l’espace aérien empêchant Ryanair d’honorer ses engagements vis-à-vis des dizaines de milliers des passagers qui empruntent ses lignes ». En trame de fond, le 1er décembre 2021, Ryanair avait annoncé l’annulation de « tous ses vols vers le Maroc » jusqu’au 1er février, puis au 15 février 2022. Le transporteur aérien n’avait pas manqué de dénoncer « un manque de communication » des autorités pour justifier sa décision.
Les détails
En deux jours, la rumeur s’est répandue comme une traînée de poudre dans la presse marocaine et étrangère bien que Ryanair n’ait publié aucun communiqué annonçant son retrait.

« La compagnie aérienne low cost irlandaise Ryanair envisagerait de quitter le marché marocain à partir du mois de mai. En cause : le Covid-19 qui n’aurait fait qu’aggraver des tensions déjà existantes entre l'avionneur et les autorités chérifiennes », écrit, par exemple le site de la chaine de télévision française CNews. « Drôle de rumeur : Ryanair abandonnerait le Maroc », titre avec prudence Air Journal, média français spécialisé dans le transport aérien.
Les faits réels
Contactée par Le Desk, le département de l’aviation civile du ministère du Transport affirme que cette rumeur n’a aucun fondement. « Nous n’avons reçu aucune notification de Ryanair à ce sujet », nous dit une source autorisée.

Une réaction qui corrobore celle obtenue le 20 janvier par TelQuel auprès d’une autre source autorisée au sein, cette fois-ci, du ministère du Tourisme.

Contactée par la rédaction, la compagnie irlandaise n’a pas répondu à nos questions.

Toutefois, en consultant son programme estival, rendu public, le 20 janvier, soit deux jours après la parution de l’article de Maghreb Intelligence, on s’aperçoit que le Maroc fait non seulement partie des 120 destinations qu’elle desservira cet été mais qu’Agadir, nouvelle base annoncée en novembre dernier, figure désormais parmi les onze nouvelles destinations prévues à partir de Dublin.

Ryanair a d’ailleurs aussi récemment annoncé des vols qui desserviront notamment Marrakech, à partir du printemps 2022, souligne pour sa part Yabiladi, qui citait dès le 19 janvier des sources proches de la compagnie affirmant que ses dirigeants à Dublin étaient « ahuris en interne par les informations qui circulent et dont ils n’étaient eux-mêmes pas au courant ».
Le verdict
Ryanair avait averti sa clientèle que la suspension de ses vols à destination du royaume serait maintenue jusqu’au 15 février, et ce, en prévision d’une éventuelle prolongation de la fermeture des frontières aériennes. Par la suite des notifications d’annulation de vols programmés au-delà du 31 janvier ont été transmis à sa clientèle, ce qui a donné corps à l’infox sur un retrait définitif.

Certaines sources aéroportuaires avaient évoqué une stratégie de « pression par paliers » sur les autorités de Rabat, - à l'instar précédemment de celles de Madrid ou de Lisbonne -, pour qu’elles mettent fin aux restrictions imposées sur les vols commerciaux à destination de ses aéroports.

©️ Copyright Pulse Media. Tous droits réservés.
Reproduction et diffusions interdites (photocopies, intranet, web, messageries, newsletters, outils de veille) sans autorisation écrite