logo du site ledesk
En continu
Les dernières informations en temps réel

Connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Abonnez-vous !

Découvrez l'offre de lancement du Desk

60 DH
1 mois
Découvrir les offres
01.11.2022 à 14 H 02 • Mis à jour le 01.11.2022 à 14 H 02 • Temps de lecture : 2 minutes
Par
Développement

Action climatique: Zineb Sqalli de BCG prône l’inclusion de l’approche genre (TED talk)

« Pour être réellement égalitaire, toute politique publique doit nativement tenir compte des besoins spécifiques des femmes », a déclaré Zineb Sqalli, Managing Director &  Partner de Boston Consulting Group (BCG) Maroc, dans le cadre de son intervention au forum TED, organisé en collaboration avec BCG.


Zineb Sqalli démarre son intervention avec le constat que l’action climatique pourrait accroitre les inégalités entre hommes et femmes, dans le sens où elle est emblématique des projets dits « neutres du points de vue du genre », qui sans le vouloir, peuvent occulter les besoins de femmes, explique-t-elle. Dans ce sens, si la perspective spécifique des femmes est nativement prise en compte, l’économie verte pourrait aboutir à un monde plus durable et plus inclusif, poursuit-elle.


Sqalli illustre ce constat en rappelant que selon des estimations, 65 millions d'emplois verts seront créés d'ici à 2030, dans un contexte où « la majorité de ces nouveaux emplois, notamment les mieux rémunérés et les plus stables d’entre eux, nécessiteront des compétences dites "STEM" (Science, Technology, Engineering and Mathemathics). Or les femmes ne représentent que 35 % des étudiants STEM ».


La Managing Director &  Partner de BCG attire ainsi notre attention sur la nécessité d’intégrer la perspective genre dans les projets verts, dès leur conception, car « le fait qu’un projet bénéficie aux femmes autant qu’aux hommes ne va pas de soi. Et cela ne vaut pas uniquement pour les projets‘verts », souligne-t-elle.


Par ailleurs, Sqalli fait référence à une étude menée par le BCG au Maroc, à travers laquelle l’insécurité est ressortie comme le principal frein à la participation économique des femmes, qui avoisine les 20 %, un des taux les plus bas du monde, et en régression depuis 20 ans, fait-elle savoir.


Ainsi, « la prise en compte spécifique des besoins des femmes dans ces politiques publiques pourraient être de nature à avoir un impact significatif sur le travail des femmes et dons sur l’économie du pays », précise-t-elle


Enfin, Zineb Sqalli souligne qu'il a été prouvé que les femmes sont des agents positifs du développement durable, « pour peu qu'on les implique au sein des projets verts ». Les villes pionnières en matière d’environnement sont aussi celles où les femmes sont les mieux représentées dans la gestion urbaine, tâche-t-elle de préciser.

©️ Copyright Pulse Media. Tous droits réservés.
Reproduction et diffusions interdites (photocopies, intranet, web, messageries, newsletters, outils de veille) sans autorisation écrite
Par
Revenir au direct