S'abonner
Se connecter
logo du site ledesk
En continu
Les dernières informations en temps réel

Connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Abonnez-vous !

Découvrez l'offre de lancement du Desk

60 DH
1 mois
Découvrir les offres
24.02.2023 à 07 H 45 • Mis à jour le 24.02.2023 à 18 H 34 • Temps de lecture : 1 minutes
Par
Justice

Affaire de viol: Sept ans de prison requis contre Saâd Lamjarred

L'avocat général a requis sept ans de prison pour viol contre le chanteur Saâd Lamjarred, assorti d'une peine de cinq ans d'interdiction du territoire français. Pour l'avocat général, plaidant ce jeudi devant la cour d'assises de Paris, le viol est établi mais la star n'est pas considérée comme étant un prédateur sexuel.


L'affaire remonte à octobre 2016, Lamjarred étant accusé d'avoir violé une jeune femme de 20 ans dans un hôtel parisien. Selon la version que la jeune femme avait racontée en pleurs et tremblante à la barre, Saad Lamjarred était soudainement devenu violent alors qu’ils s’embrassaient, avant de la violer et de la frapper.


Saad Lamjarred lui, conteste fermement toute pénétration sexuelle, et reconnaît juste avoir, par « réflexe », « brutalement poussé le visage » de la jeune femme. « Quand on est dans la chambre d’un garçon à 8h30 du matin, on sait que celui-ci veut aller plus loin », tonne l’avocat du chanteur, Jean-Marc Fedida, dans sa plaidoirie, s'attirant plusieurs critiques sur les réseaux sociaux.


Les avocats de Saad Lamjarred ont consacré une grande partie de leurs plaidoiries à décortiquer les moeurs de la plaignante, « quelqu’un du monde de la nuit, qui en connaît les codes et sait se mettre en scène sur les réseaux sociaux », insiste maître Fedida. La défense de la femme pointe par ailleurs une diversification des versions. Le jugement devrait être connu ce vendredi dans la journée.


Lire ici notre article sur le verdict

©️ Copyright Pulse Media. Tous droits réservés.
Reproduction et diffusions interdites (photocopies, intranet, web, messageries, newsletters, outils de veille) sans autorisation écrite
Par
Revenir au direct