En continu
Les dernières informations en temps réel

Connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Abonnez-vous !

Découvrez l'offre de lancement du Desk

60 DH
1 mois
Découvrir les offres
28.09.2018 à 12 H 10 • Mis à jour le 28.09.2018 à 16 H 07
Par

Affaire du «Go-fast»: deux garde-côtes engagés, une collision évitée, les migrants dissimulés par une bâche (source militaire)

 « L’incident regrettable qui s’est produit le 25 septembre 2018 au large de la Méditerranée et qui a coûté la vie à une jeune marocaine lorsqu’un garde-côte de la Marine Royale a tenté d’arrêter un « Go-fast » suspect, a suscité beaucoup de réactions qui sont parfois basées sur de fausses informations », apprend-on de sources militaires interrogées par Le Desk.


Selon ces mêmes sources militaires bien informées « deux Garde-côtes de la Marine Royale ont intercepté au large de Fnideq un “Go-fast”  non identifié recouvert d’une bâche, en provenance du préside de Sebta. A l’approche d’un des garde-Côtes, le “Go-fast”  a accéléré pour prendre la fuite. Une course poursuite a alors été engagée pour l’arrêter ».


« Le “Go-fast”  suspect a adopté une attitude hostile en recourant à des manœuvres dangereuses qui allaient provoquer une collision évitée de justesse par le garde-côte de la Marine Royale », poursuivent les mêmes sources militaires.


« Celui-ci a été astreint de procéder à des tirs de semonce. Les manœuvres du “Go-fast”  pour essayer d’échapper au contrôle du garde-côtes de la Marine Royale, a placé celui-ci dans le champ de tir du garde-côtes marocain ce qui a provoqué la blessure de quelques occupants du “Go-fast”  qui s’est révélé par la suite transportant des candidats à l’émigration clandestine dissimulés sous la bâche », concluent-elles.


Disclaimer : Ces réponses ont été adressées spécifiquement au Desk, oralement, puis par écrit de la part d’une source autorisée de l’Etat major des Forces armées royales. Elles répondaient à des questions transmises en amont. Nous constatons que de nombreux médias et agences de presse ont reçu ultérièrement une “note d’information”  de la part d’une source (parfois anonyme) reprenant fidèlement les termes transmis au Desk. Nous précisons à nos lecteurs que nous ne sommes pas associés à ce qui confine à une campagne de communication de la part de l’armée.

Revenir au direct