En continu
Les dernières informations en temps réel

Connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Abonnez-vous !

Découvrez l'offre de lancement du Desk

60 DH
1 mois
Découvrir les offres
27.02.2017 à 15 H 03 • Mis à jour le 27.02.2017 à 15 H 03
Par
Istiqlal

Affaire “Oued Cherrat”: Hamid Chabat entendu par la PJ de Rabat

Le secrétaire général de l’Istiqlal a été entendu durant la matinée du 27 avril par la Police judiciaire de Rabat dans le cadre de l’affaire dite de « Oued Cherrat ». Le ministère de l’Intérieur avait porté plainte contre Hamid Chabat suite à la publication le 8 février sur son site internet d’un article intitulé « Que veulent-ils au Secrétaire général de l’Istiqlal ? », portant de graves accusations contre « l’État profond », citant pêle-mêle des conseillers du roi et des chaînes de télévision et insinuant que le Secrétaire général du parti de la balance serait victime d’un complot qui pourrait même lui coûter la vie. L’article a depuis été supprimé. L’article compris comme une réponse à une série de révélations sur le patrimoine immobilier de Chabat et de sa famille qui mettait en doute ses précédentes déclarations de biens accusait les services de renseignement de mettre en scène « la mort politique programmée » du leader de l’Istiqlal, mais évoquait aussi un complot attentatoire à sa vie. Il faisait dans ce sens un parallèle douteux avec les décès de Ahmed Zaïdi et Abdallah Baha, tous deux morts à proximité du pont ferroviaire de Oued Cherrat dans des circonstances différentes. Mais l’organe du parti de la balance a repris à son compte la thèse complotiste qui avait fleuri à l’époque des faits sur des pages conspirationnistes, laissant ainsi supposer que leur mort n’était pas accidentelle. Après son audition, Chabat a déclaré à la presse que « cette plainte est contre le droit à l’expression. L’auteur et le technicien à l’origine de cet article ont été auditionnés et ont confirmé que je n’ai aucun rapport avec cette affaire. A travers cette plainte, c’est l’Istiqlal qui est visé pour le soumettre et cela est une atteinte à la démocratie (…) Cette affaire va me renforcer pour demeurer secrétaire général du parti. Je vais me présenter pour un nouveau mandat le 31 mars lors du prochain congrès ».

Par
Revenir au direct