S'abonner
Se connecter
logo du site ledesk
En continu
Les dernières informations en temps réel

Connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Abonnez-vous !

Découvrez l'offre de lancement du Desk

60 DH
1 mois
Découvrir les offres
23.05.2024 à 15 H 31 • Mis à jour le 23.05.2024 à 17 H 28 • Temps de lecture : 3 minutes
Par
Armée

African Lion 2024 : exercice de lutte contre les armes de destruction massive au port militaire d’Agadir

Dans le cadre de la coopération militaire maroco-américaine en matière de gestion des catastrophes, un exercice de lutte contre les Armes de Destruction Massive, s’est déroulé ce jeudi au port militaire d'Agadir.


Une opération qui s’inscrit dans le cadre de l’exercice combiné maroco-américain "African Lion 2024" qui a été officiellement lancé le 20 mai dernier, et qui se déroulera jusqu'au 31 mai.


Axé principalement sur la conduite des opérations de reconnaissance, de neutralisation des Armes de Destruction Massive improvisées, des engins de dispersion radiologique et de décontamination NRBC, l'exercice de lutte contre les Armes de Destruction Massive, vise à rehausser davantage les capacités opérationnelles et tactiques des compagnies NRBC et NEDEX de l'Unité de Secours et de Sauvetage des FAR pour faire face à une situation de crise présentant des risques radiologiques, chimiques et explosifs.


Le thème de l'exercice de lutte contre les Armes de Destruction Massive, axé sur un scénario interconnecté très proche de la réalité, permettra aux compagnies NRBC et NEDEX de l'Unité de Secours et Sauvetage des FAR d'intervenir pour gérer un incident impliquant des agents chimiques, radiologiques et explosifs.


Lors de cet exercice qui s’est déroulé en présence notamment du Général de Division Mohammed Benlouali, Chef d’État-major de la Zone Sud et du Général de Brigade Daniel Cederman, commandant général adjoint-réserve- de la Force opérationnelle sud-européenne de l'armée américaine-Afrique (SETAF-Africa), l’équipe de neutralisation et destruction des engins explosifs de l’USS des FAR a effectué une reconnaissance préliminaire à l’aide des robots et des équipements sophistiqués pour localiser l’engin explosif improvisé en toute sécurité et avec précision.


Ensuite, le technicien spécialisé (EOD) est intervenu afin de neutraliser cet engin, avant de procéder aux opérations de décontamination, de triage, de prise en charge médicale, ainsi que d’évacuation aérienne et terrestre des victimes pour recevoir les soins nécessaires.


Le lancement officiel de l’exercice "African Lion 2024" s’est déroulé lundi dernier lors d’une cérémonie organisée au siège de l’État-Major de la Zone Sud à Agadir, en présence des représentants des pays participants.


Environ 7 000 éléments des forces armées provenant d’une vingtaine de pays en plus de l’Organisation du Traité de l’Atlantique Nord (OTAN) prennent part aux côtés des FAR et des Forces armées américaines, à ces manœuvres militaires d’envergure.


Prévu de se dérouler au niveau de Benguérir, Agadir, Tan-Tan, Akka et Tifnit, l’exercice "African Lion 2024" comporte plusieurs activités dont des exercices tactiques, terrestres, maritimes et aériens, combinés, de jour et de nuit, un exercice des forces spéciales et des opérations aéroportées.


Cette vingtième édition comprend également un ensemble de prestations médico-chirurgicales et sociales fournies au profit de la population de la région d’Akka par un Hôpital militaire de campagne.


Contribuant au renforcement de l’interopérabilité opérationnelle, technique et procédurale, entre les armées participantes, l’exercice "African Lion 2024", le plus grand exercice conduit en Afrique, reste un rendez-vous incontournable où se côtoient les cadres militaires pour échanger les procédures et les expériences notamment en matière de formation et d’entraînement interarmées combiné.


Cette vingtième édition témoigne de la pérennité qui caractérise la coopération entre les FAR et les Forces Armées Américaines à l’image des liens historiques et solides qui lient les deux pays.

©️ Copyright Pulse Media. Tous droits réservés.
Reproduction et diffusions interdites (photocopies, intranet, web, messageries, newsletters, outils de veille) sans autorisation écrite
Par
Revenir au direct