S'abonner
Se connecter
logo du site ledesk
En continu
Les dernières informations en temps réel

Connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Abonnez-vous !

Découvrez l'offre de lancement du Desk

60 DH
1 mois
Découvrir les offres
24.02.2024 à 22 H 57 • Mis à jour le 24.02.2024 à 22 H 57 • Temps de lecture : 3 minutes
Par
Séminaire

Agadir: focus sur l’apport du paysagiste dans l’aménagement du territoire et la préservation des ressources hydriques

Cette rencontre de deux jours, vise à développer des pratiques durables à adopter dans les aménagements paysagers et les espaces publics, afin de rationaliser l'utilisation de l'eau d’arrosage et lutter contre toute forme de gaspillage de cette ressource vitale

Les travaux d’un séminaire scientifique sous le thème : « L'apport du paysagiste dans l'aménagement du territoire et la préservation des ressources hydriques, pour un paysage durable », se sont ouverts samedi à Agadir.


Organisée par l'Association Marocaine des Paysagistes (AMAP) sous l'égide du ministère de l'Agriculture, de la Pêche Maritime, du Développement Rural et des Eaux et Forêts, et en partenariat avec l'Institut Agronomique et Vétérinaire Hassan II-Complexe Horticole d’Agadir-, cette rencontre de deux jours, vise à développer des pratiques durables à adopter dans les aménagements paysagers et les espaces publics, afin de rationaliser l'utilisation de l'eau d’arrosage et lutter contre toute forme de gaspillage de cette ressource vitale.


S’exprimant à cette occasion, le secrétaire général du ministère de l'Agriculture, de la Pêche Maritime, du Développement Rural et des Eaux et Forêts, Redouane Arrach a mis l’accent sur les liens étroits entre le domaine agricole et le secteur du paysagiste ainsi que leur importance en matière de réalisation de la durabilité et des Objectifs de Développement Durable (ODD).


Dans ce sens, Arrach a souligné la contribution majeure et l’apport du paysagiste en faveur de la gestion rationnelle et de la préservation des ressources naturelles notamment le sol et l’eau outre la protection de l’environnement et la lutte contre les effets des changements climatiques.


L’aménagement de l’espace et du territoire ainsi que le type du paysage en tant que science et art technique, jouent un rôle capital sur la voie de la réalisation de la transition vers une agriculture, une alimentation durable et des villes durables à la lumière notamment de la succession des années de sécheresse au Maroc, a-t-il estimé.


Pour sa part, le président de l’AMAP, Mohamed Amzienne a souligné que cette rencontre marquée par la participation de plusieurs universitaires et chercheurs, examine notamment l’apport du paysagiste dans le développement territorial, et les mécanismes de gestion des ressources en eau dans les espaces publics et les parcs et jardins.


Il est question aussi de l'examen des services écosystémiques fournis par le paysage et son rôle dans le renforcement de la résilience des territoires et l’atténuation des impacts des changements climatiques, a-t-il ajouté.


En marge de cette rencontre, il a été procédé à la signature de deux conventions de partenariats visant la promotion du secteur des paysagistes ainsi que la durabilité des espaces territoriaux urbains.


Ce séminaire est en ligne avec les engagements du Royaume dans les ODD pour 2030 notamment les ODD 11, 12, 14 et 15, en rassemblant les académiques, les acteurs institutionnels et les professionnels autour de discussions et débats, visant à asseoir les bases d’un nouveau modèle d’aménagement paysager novateur et durable, permettant aux acteurs institutionnels de continuer à créer de nouveaux espaces verts de qualité, en réponse à la demande croissante des citoyens, tout en garantissant la préservation des ressources hydriques disponibles.


Selon l'AMAP, ce modèle devra s’appuyer sur des solutions basées sur la nature, dont la valorisation de la biodiversité végétale locale, notamment l’utilisation de plantes autochtones adaptées aux caractéristiques climatiques et pédologiques de chaque région du Royaume, le développement de nouvelles techniques de stockage des eaux pluviales et de l’arrosage, et l’adoption d’une gestion différentiée mieux réfléchie dans l’entretien des espaces verts.


Et d'ajouter que la transition vers ce modèle durable nécessite la promotion de la recherche scientifique et de l'innovation à l’échelle de tous les maillons de la chaîne de valeur de l’aménagement paysager, et l’accompagnement technique et financier de l’ensemble des acteurs économiques et institutionnels de la filière Paysage.

©️ Copyright Pulse Media. Tous droits réservés.
Reproduction et diffusions interdites (photocopies, intranet, web, messageries, newsletters, outils de veille) sans autorisation écrite
Par
Revenir au direct