S'abonner
Se connecter
logo du site ledesk
En continu
Les dernières informations en temps réel

Connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Abonnez-vous !

Découvrez l'offre de lancement du Desk

60 DH
1 mois
Découvrir les offres
30.01.2023 à 13 H 36 • Mis à jour le 30.01.2023 à 13 H 36 • Temps de lecture : 2 minutes
Par
Justice

Agression à Algésiras: le Maroc aurait entravé la procédure d’expulsion de Yassine Kanjaa (El Mundo)

L'agression meurtrière perpétrée mercredi dernier par le Marocain de 25 ans, Yassine Kanjaa, dans deux églises à Algésiras, à l'aide d'une grande machette, « aurait pu être évitée si l'ordre d'expulsion du jihadiste avait été appliqué  », révèle ce lundi le quotidien espagnol El Mundo.


Yassine Kanjaa devait être expulsé d’Espagne depuis juin 2022. Le Maroc n'aurait pas délivré de sauf-conduit à l’agresseur qui n’était pas en possession d’un passeport. Celui-ci est resté ainsi en situation irrégulière dans un appartement d’un quartier défavorisé d’Algésiras. 


Dans le détail, l'agresseur « s'est installé dans la ville de Cadix en juin 2022 et un dossier d'expulsion a été ouvert le même mois lorsque la police a constaté qu'il était en situation irrégulière. Les agents l'ont informé de son retour définitif le 3 novembre, comme l'a précisé le ministère de l'Intérieur (espagnol), mais il attendait d'obtenir le laissez-passer parce qu'il n'avait pas de passeport. Son retour dépendait donc du Maroc », rapporte El Mundo


« Cela arrive souvent avec le Maroc. Il dresse beaucoup d'obstacles parce qu'il les (les Marocains en situation irrégulière) ignore presque toujours. Cela se produit également pour certains pays africains », expliquent des sources policières.


Rappelons que dans le cadre de cette agression meurtrière, un sacristain a été tué et quatre personnes ont été blessées, dont un prêtre, avant que l'assaillant ne soit arrêté par la police. Le détenu devrait se présenter ce lundi devant la justice espagnole.


Par ailleurs, dans l'ordonnance autorisant la perquisition de son domicile, le juge de l'Audience nationale espagnole estime que « les faits peuvent constituer un délit d'assassinat et de blessure avec un instrument dangereux à des fins terroristes », et associe l'agression perpétrée au salafisme jihadiste, fait-on savoir.


Le ministre de l'Intérieur espagnol, Fernando Grande-Marlaska, avait rappelé jeudi dernier depuis Algésiras que la police est au début de l'enquête sur le terrorisme, ajoutant que « toutes les hypothèses restent ouvertes ». Il a également confirmé que le suspect n'avait jamais été dans le collimateur des services de renseignement pour radicalisation, et qu'il n'avait pas de casier judiciaire.


Toutefois, des sources antiterroristes ont confirmé que de la propagande jihadiste a été retrouvée lors de la fouille du logement où vivait Yassine Kanjaa. Plusieurs autres facteurs, notamment ses positions sur les réseaux sociaux, laissent penser qu'il s'agissait d'un acte terroriste, précise la source.







©️ Copyright Pulse Media. Tous droits réservés.
Reproduction et diffusions interdites (photocopies, intranet, web, messageries, newsletters, outils de veille) sans autorisation écrite
Par
Revenir au direct