En continu
Les dernières informations en temps réel

Connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Abonnez-vous !

Découvrez l'offre de lancement du Desk

60 DH
1 mois
Découvrir les offres
26.09.2017 à 23 H 16 • Mis à jour le 26.09.2017 à 23 H 16
Par
Ferroviaire

Alstom et Siemens s’accordent pour leur fusion

Les constructeurs ferroviaires français Alstom et allemand Siemens ont annoncé mardi dans un communiqué commun la “signature d’un protocole d’accord qui garantit l’exclusivité de rapprocher leurs activités de mobilité dans une fusion entre égaux” .


Le groupe sera coté en France et son siège sera installé en région parisienne. La direction du groupe sera assurée par le PDG d’Alstom “avec 50 % du capital de la nouvelle entité détenu par Siemens” , indiquent les deux entreprises. L’Etat français, qui siège actuellement au conseil d’administration d’Alstom via des actions prêtées par Bouygues, “confirme mettre fin au prêt de titres (… ) au plus tard le 17 octobre 2017 et qu’il n’exercera pas les options d’achat données par Bouygues” , lit-on encore dans ce communiqué. L’Etat français ne sera donc pas actionnaire du nouveau groupe.


Infographie: Alstom et Siemens : un mariage de raison | Statista Statista


Une union indispensable pour faire face à la concurrence, notamment du chinois CRRC : cette entreprise de construction de matériel roulant est le premier constructeur ferroviaire au monde. Son chiffre d’affaires s’élève à 18,1 milliards d’euros pour les seules activités ferroviaires, plus qu’Alstom et Siemens Mobility réunis. Leurs chiffres d’affaires respectifs sont en effet de 7,3 et 7,8 milliards d’euros.
Ce rapprochement franco-allemand contribuera à faire naître un « Airbus du rail » tout en assurant la compétitivité des deux entreprises.

©️ Copyright Pulse Media. Tous droits réservés.
Reproduction et diffusions interdites (photocopies, intranet, web, messageries, newsletters, outils de veille) sans autorisation écrite
Par
Revenir au direct