En continu
Les dernières informations en temps réel

Connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Abonnez-vous !

Découvrez l'offre de lancement du Desk

60 DH
1 mois
Découvrir les offres
13.11.2019 à 10 H 59 • Mis à jour le 13.11.2019 à 11 H 00
Par
Libertés

Amnesty prend la défense du rappeur Gnawi à la veille de son procès

L’arrestation et les poursuites à l’encontre du rappeur marocain Mohamed Mounir –  connu sous le nom de Gnawi « constituent une atteinte flagrante au droit à la liberté d’expression » a déclaré Amnesty International la veille de l’ouverture de son procès, le 14 novembre.


Gnawi a été arrêté le 1er novembre, puis inculpé pour « offense à des fonctionnaires et à des organismes publics » pour une vidéo dans laquelle il insultait la police. S’il est reconnu coupable, il encourt jusqu’à deux ans de prison et une amende de 5 000 dirhams. Son arrestation intervient également quelques jours à peine après avoir publié un clip vidéo pour sa chanson « Aâcha El Chaâb » (Vive le peuple) dans laquelle il critique les autorités marocaines et fait indirectement une référence péjorative au roi Mohammed VI.


« L’arrestation du rappeur marocain Gnawi est une attaque scandaleuse contre la liberté d’expression. Il est carrément puni pour avoir exprimé son point de vue critique sur la police et les autorités. Il doit être libéré immédiatement et toutes les charges retenues contre lui dans cette absurde affaire doivent être abandonnées », a déclaré Heba Morayef, directrice d’Amnesty International pour le Moyen-Orient et l’Afrique du Nord.


 « Si Gnawi a peut-être utilisé un langage offensant pour parler de la police, le droit d’exprimer librement ses opinions, même si elle est choquante ou offensante, est protégé par le droit international des droits de l’homme. Personne ne devrait faire face à une punition pour avoir librement exprimer ses pensées », ajoute la même source.


Gnawi a comparu devant un juge du tribunal de Salé le 4 novembre. Les éléments de preuve cités à son encontre comprennent ses déclarations prononcées dans une vidéo publiée sur YouTube le 24 octobre, après avoir été arrêté par la police à un poste de contrôle la même nuit. Dans la vidéo, il jure contre la police et l’insulte. Son arrestation également penser que cette arrestation était liée au clip vidéo qu’il avait publié quelques jours auparavant. Au Maroc, insulter le roi est une infraction pénale.


Le rappeur est incarcéré à la prison de Laârijate à Salé depuis son arrestation il y a deux semaines.


Gnawi a débuté sa carrière dans le rap en 2011. Ses chansons sur YouTube ont été vues des millions de fois. La vidéo « Aâcha El Chaâb » a été visionnée plus de 9 millions de fois.

Revenir au direct