En continu
Les dernières informations en temps réel

Connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Abonnez-vous !

Découvrez l'offre de lancement du Desk

60 DH
1 mois
Découvrir les offres
04.05.2021 à 18 H 42 • Mis à jour le 04.05.2021 à 19 H 46
Par
Polisario

Arancha González Laya: Si la justice le veut, Ghali comparaîtra devant elle

La ministre espagnole des Affaires étrangères Arancha González Laya a réitéré ce mardi que les raisons pour lesquelles son pays a accueilli le chef du Polisario, Brahim Ghali, sont « strictement humanitaires ». S’exprimant lors d’une conférence de presse à l’occasion de sa rencontre avec son homologue serbe, González Laya a déclaré que la position de l’Espagne «  vis-à-vis du Maroc n’a pas changé : amitié, coopération et partenariat étroit ».


«  J’ai donné les explications opportunes au Maroc sur les circonstances qui nous ont amenées à accueillir, pour des raisons strictement humanitaires, Brahim Ghali. Quand ces raisons se concluront, monsieur Ghali s’en ira d’Espagne », a-t-elle assuré.


Interrogée sur les récents développements des déboires de Ghali avec la justice espagnole, la cheffe de la diplomatie ibérique a rétorqué que « la justice en Espagne est indépendante et le gouvernement est extrêmement respectueux » envers son travail. Et de renchérir : « La justice fera ce qu’elle a à faire et le gouvernement le respectera intégralement. Si la justice estime que Ghali doit comparaître devant elle, il comparaîtra devant la justice. Le gouvernement espagnol ne s’interposera pas dans le libre fonctionnement de la justice ».


Atteint de Covid-19, Brahim Ghali est hospitalisé depuis plusieurs jours à l’hôpital de San Pedro, à Logroño. Un juge d’instruction de l’Audiencia Nacional, le tribunal national de Madrid, a demandé à la police d’identifier si Ghali se trouve dans cet hôpital, sous la fausse identité de Mohamed Benbatouche, citoyen algérien, comme indiqué dans une plainte adressée contre lui.


Celle-ci avait été déposée par le blogueur El Fadel Breika, un citoyen espagnol d’origine sahraouie, contre Ghali et d’autres personnes liées au Front Polisario pour crimes présumés de détention illégale, torture et crimes contre l’humanité.

©️ Copyright Pulse Media. Tous droits réservés.
Reproduction et diffusions interdites (photocopies, intranet, web, messageries, newsletters, outils de veille) sans autorisation écrite
Par
Revenir au direct