logo du site ledesk
En continu
Les dernières informations en temps réel

Connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Abonnez-vous !

Découvrez l'offre de lancement du Desk

60 DH
1 mois
Découvrir les offres
03.11.2020 à 16 H 36 • Mis à jour le 03.11.2020 à 16 H 37
Par
Afrique

Attaque contre des civils en Ethiopie: 34 morts et 11 blessés (nouveau bilan)

L’attaque menée dimanche par un groupe armé dans la région de Wolega dans l’Etat régional éthiopien d’Oromia (Ouest) contre des civils, a fait 34 morts et 11 blessés, a indiqué mardi la police d’Oromia.


Un précédent bilan communiqué lundi par la Commission éthiopienne des droits de l’Homme faisait état de 32 morts.


L’attaque contre des civils dans la zone ouest de Wollega a été perpétrée par le groupe rebelle OLF-Shene avec l’aide du Front de libération du peuple du Tigray (TPLF-opposition), a confirmé la police d’Oromia dans des déclarations relayées par la presse locale.


Le responsable de la police d’Oromia, Ararsa Merdassa, a ajouté qu’une école et une cinquantaine de maisons ont été incendiées, ce qui a provoqué le déplacement de quelque 200 familles.


Lundi, le Premier ministre éthiopien Aby Ahmed s’était dit attristé par cette attaque en affirmant que les ennemis de l’Ethiopie font tout leur possible pour ruiner le pays et semer le désespoir parmi la population. Ils recrutent et arment des personnes sans aucune connaissance et mènent des attaques barbares contre des civils, a-t-il ajouté.


De son côté, le président de la Commission de l’Union africaine, Moussa Faki Mahamat, a fermement condamné cette tuerie.


Dans un communiqué publié mardi, le président de la Commission de l’UA qui affirme avoir constaté « l’augmentation des violences intercommunautaires », appelle « toutes les parties prenantes à éviter toute rhétorique incendiaire et à travailler à désamorcer les tensions dans le pays ».

©️ Copyright Pulse Media. Tous droits réservés.
Reproduction et diffusions interdites (photocopies, intranet, web, messageries, newsletters, outils de veille) sans autorisation écrite
Par
Revenir au direct