logo du site ledesk
En continu
Les dernières informations en temps réel

Connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Abonnez-vous !

Découvrez l'offre de lancement du Desk

60 DH
1 mois
Découvrir les offres
11.11.2021 à 21 H 01 • Mis à jour le 12.11.2021 à 09 H 59 • Temps de lecture : 1 minutes
Par
Diplomatie

Au Palais de Bouznika, Mohammed VI reçoit le président gabonais Ali Bongo

En visite au Maroc depuis le 5 novembre dernier, le président de la République gabonaise, Ali Bongo Ondimba, a été reçu ce jeudi soir par le Roi Mohammed VI au Palais royal de Bouznika, annonce une dépêche de l'agence de presse MAP.


Cette rencontre traduit le caractère exemplaire du partenariat maroco-gabonais, ainsi que les relations d'amitié qu’entretiennent les peuples des deux pays frères, fait savoir la même source.


Sur son compte Twitter, le président gabonais a affirmé s'être entretenu avec le monarque à propos de « questions de coopération bilatérale, les dossiers internationaux, ainsi que des sujets plus personnels », explique-t-il.


Le 7 novembre, le ministre des Affaires étrangères Nasser Bourita avait reçu son homologue gabonais à Rabat, Pacôme Moubelet-Boubeya.


« Au cours de cet entretien, les deux ministres ont examiné les moyens de consolider davantage les relations bilatérales notamment à travers l’organisation prochaine d’une grande commission mixte et le renforcement de l’axe économique et commercial entre le Maroc et le Gabon qui se positionnent comme acteurs clés en matière d’intégration régionale en Afrique », soulignait un communiqué de la diplomatie marocaine.


« Réaffirmant l’indéfectible soutien du Gabon à la marocanité du Sahara, le ministre des Affaires étrangères gabonais a réitéré la volonté de son pays de renforcer sa présence dans les provinces du Sud, tout en exprimant sa gratitude au Royaume pour le soutien apporté lors de l’organisation de la Journée culturelle du Gabon à Laâyoune », précisait-on.

©️ Copyright Pulse Media. Tous droits réservés.
Reproduction et diffusions interdites (photocopies, intranet, web, messageries, newsletters, outils de veille) sans autorisation écrite
Par
Revenir au direct