En continu
Les dernières informations en temps réel

Connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Abonnez-vous !

Découvrez l'offre de lancement du Desk

60 DH
1 mois
Découvrir les offres
14.01.2021 à 11 H 23 • Mis à jour le 14.01.2021 à 11 H 24
Par
Digitalisation

Avoirs en déshérence: la CDG lance Amanti, un service de consultation à distance

Dans un communiqué de presse publié ce jeudi 14 janvier, la Caisse de dépôt et de gestion (CDG) annonce le lancement de sa nouvelle plateforme en ligne Amanti de consultation et de recherche à distance des avoirs en déshérence. Ce service gratuit d’intérêt général est en ligne avec la stratégie de la CDG d’accompagnement de la politique de l’Etat en faveur de la modernisation et la digitalisation des services publics.


Le service est dédié à l’ensemble des citoyens résidents au Maroc ou ailleurs, désirant rechercher les fonds de leurs comptes bancaires marocains inactifs depuis plus de 10 ans, qui ont été transférés à la CDG et qui à son tour, en l’absence d’une demande de restitution, est tenue de les verser de manière irréversible au profit de l’Etat après un délai de 5 ans.


Le communiqué précise que ce service est à la pointe de la technologie, et « permet de  formuler des demandes de restitution directement en ligne, leur offrant plus de confort et de proximité dans leurs relations avec la CDG, tout en garantissant la sécurisation et la protection de leurs données à caractère personnel. », ajoute la même source. Le service disponible en arabe et en français se décline en format web et mobile, et dispose d’une ligne « dédiée à la disposition du public via une équipe consacrée à l’écoute pour accompagner et guider chaque demande pour un parcours simple et rapide ».


Pour rappel « l’activité Consignations de la CDG porte également sur différentes catégories de cautionnements dont : les cautionnements provisoires des soumissionnaires aux marchés publics, les cautionnements définitifs des concessionnaires des services publics et adjudicataires de marchés publics de travaux, mais aussi les cautionnements pour l’exercice d’une activité », conclut le communiqué.




Par
Revenir au direct