En continu
Les dernières informations en temps réel

Connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Abonnez-vous !

Découvrez l'offre de lancement du Desk

60 DH
1 mois
Découvrir les offres
08.01.2017 à 19 H 23 • Mis à jour le 08.01.2017 à 19 H 23
Par
Guerre en Syrie

Bachar al-Assad justifie l’usage de la force au prix des victimes civiles

Pour sa première sortie médiatique depuis la reprise totale de la ville d’Alep, au terme de près de cinq ans de guerre, le président syrien a accordé une interview à trois médias français (RTL et les radio et télévision France info), dimanche 8 janvier. Bachar al-Assad estime que la reconquête d’Alep constituait « un moment critique » dans le conflit débuté en 2011 et que son régime était « sur le chemin de la victoire ». Justifiant le bombardement de populations civiles par la nécessité de « libérer [la ville] des terroristes », Bachar al-Assad estime que « c’est parfois le prix à payer. » « La question est de savoir comment libérer les civils des terroristes dans ces quartiers. Est-ce qu’il est mieux de les laisser sous leur pouvoir, avec les décapitations, les exécutions ? Est-ce le rôle de l’État ? Non, il faut les libérer et c’est parfois le prix à payer mais, à la fin, les gens sont libérés des terroristes. C’est ce que nous avons à faire », a-t-il affirmé. Selon des députés français qui l’on rencontré, al-Assad serait « optimiste » sur les négociations de paix prévues fin janvier au Kazakhstan sous l’égide de la Russie et de la Turquie. Le président syrien serait prêt à négocier avec une centaine de groupes rebelles, en excluant l’organisation Etat Islamique et Fateh al-Cham, ex-branche syrienne d’Al-Qaida.

©️ Copyright Pulse Media. Tous droits réservés.
Reproduction et diffusions interdites (photocopies, intranet, web, messageries, newsletters, outils de veille) sans autorisation écrite
Par
Revenir au direct