En continu
Les dernières informations en temps réel

Connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Abonnez-vous !

Découvrez l'offre de lancement du Desk

60 DH
1 mois
Découvrir les offres
29.09.2020 à 15 H 03 • Mis à jour le 29.09.2020 à 15 H 03
Par et
Justice

Blanchiment d’argent et financement du terrorisme: 390 affaires enregistrées au titre de 2019-2020

Intervenant lors d’une rencontre de communication, organisée en partenariat avec le ministère de la justice et le barreau de Casablanca sur « le rôle de l’avocat dans la lutte contre le blanchiment d’argent et le financement du terrorisme », le ministre de la Justice Mohamed Benabdelkader a précisé que ce nombre d’affaires est réparti entre 229 en 2019 et 161 en 2020 qui sont en cours d’investigation ou de jugement.


Au total, le nombre d’affaires est porté à 390, d’après le ministre. Celui-ci a ajouté que les crimes de blanchiment d’argent et de financement du terrorisme sont des plus complexes et plus dangereux qui bénéficient d’un intérêt particulier à travers le monde.


C’est pourquoi, a-t-il dit, un cadre juridique international complémentaire a été institué ralliant entre les approches de la prévention et de la lutte pour la construction de systèmes juridiques institutionnels nationaux, y compris au Maroc, à travers plusieurs initiatives visant le renforcement de son système juridique national et la promulgation en 2007 de la loi n° 43.05 relative à la lutte contre le blanchiment des capitaux.


Le ministère de la justice, a-t-il rappelé, a également introduit d’autres amendements à un projet de loi soumis actuellement à la Commission de justice, de législation et des droits de l’homme à la chambre des représentants pour adoption, des amendements de nature à renforcer notamment les mesures préventives et répressives.


M. Benabdelkader a aussi rappelé la création en 2009 d’une Unité de traitement du renseignement financier (UTRF), pour la coordination nationale en matière de blanchiment d’argent et de financement du terrorisme, et la désignation des tribunaux de Rabat pour le jugement des personnes impliquées dans ce genre d’affaires, outre le renforcement des organismes d’enquête et d’investigations, à travers la création de brigades régionales spécialisées de la police judiciaire à Rabat, Casablanca, Marrakech et Fès.

©️ Copyright Pulse Media. Tous droits réservés.
Reproduction et diffusions interdites (photocopies, intranet, web, messageries, newsletters, outils de veille) sans autorisation écrite
Par et
Revenir au direct