logo du site ledesk
En continu
Les dernières informations en temps réel

Connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Abonnez-vous !

Découvrez l'offre de lancement du Desk

60 DH
1 mois
Découvrir les offres
21.09.2022 à 20 H 03 • Mis à jour le 21.09.2022 à 20 H 03 • Temps de lecture : 1 minutes
Par
Agriculture

Blé tendre: les importations marocaines depuis la France atteindront 5 millions de tonnes

À l’approche de la réunion annuelle d'Intercéréales (l'interprofession française représentative de la production, la commercialisation et la première transformation de céréales) à Casablanca avec les commerçants marocains, Yann Lebeau, le responsable de la région Maghreb au sein du groupe s’est exprimé sur les importations marocaines de blé tendre, apprend-on de Reuters.


Celles-ci devraient se situer entre 4,5 et 5 millions de tonnes l'année prochaine en raison de la sécheresse, a déclaré Yann Lebeau, poursuivant qu’ « à elle seule, la France a exporté plus d'un million de tonnes de blé tendre au Maroc cet été, et devrait avoir vendu jusqu'à 2,5 millions de tonnes aux pays d'Afrique du Nord d'ici la fin de l'année ».


Au cours de la dernière décennie, le Maroc a importé en moyenne 3 millions de tonnes par an de blé tendre. Par ailleurs, la sécheresse a réduit la récolte de céréales du Maroc en 2022 de 67 % à 3,4 millions de tonnes, dont 1,89 million de tonnes de blé tendre, le principal aliment de base du pays, fait-on savoir.


Deux sources industrielles marocaines ont déclaré à l'agence de presse que les réserves de blé tendre couvrent maintenant 5 mois des besoins du Maroc. Toutefois, la facture des importations de blé tendre du Maroc a doublé au cours des sept premiers mois de cette année pour atteindre 1,6 milliard de dollars par rapport à la même période de l'année dernière, relève la source.


L'augmentation des prix du blé a poussé le gouvernement à doubler le budget des subventions à 32 milliards de dirhams cette année, sur les 16 milliards de dirhams qui ont été budgétisés plus tôt.


Par ailleurs, le Maroc contrôle également les prix du sucre et du gaz de cuisson. Pour maintenir la stabilité des prix de la farine, le Maroc a maintenu la suspension du droit de douane sur le blé mou.


Enfin, il est à noter que le gouvernement a basé son projet de loi de finances de 2023 sur une prévision de croissance de 4,5 %, en supposant des précipitations moyennes et une récolte de céréales de 7,5 millions de tonnes, explique la source.

©️ Copyright Pulse Media. Tous droits réservés.
Reproduction et diffusions interdites (photocopies, intranet, web, messageries, newsletters, outils de veille) sans autorisation écrite
Par
Revenir au direct