En continu
Les dernières informations en temps réel

Connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Abonnez-vous !

Découvrez l'offre de lancement du Desk

60 DH
1 mois
Découvrir les offres
09.09.2020 à 18 H 55 • Mis à jour le 09.09.2020 à 18 H 56
Par
Diplomatie

Bourita préconise de « s’ouvrir sur l’ensemble des acteurs majeurs dans le dossier » palestinien

Intervenant en visioconférence lors de la 154ème session du Conseil de la Ligue arabe au niveau des ministres des affaires étrangères, Nasser Bourita a abordé le dossier palestinien.


D’après une dépêche de la MAP, le chef de la diplomatie marocaine a affirmé que « l’attachement du Maroc aux constantes de ce règlement est « incessant, inconditionnel » et n’a d’égal que l’effort soutenu de quête des démarches et voies diplomatiques, politiques, juridiques et pratiques à même de parvenir à une solution ou, du moins, réunir les conditions nécessaires à la pérennité de celle-ci, de sorte à réaliser la paix au Moyen Orient et à favoriser une intégration profitable à tous les pays de la région ».


Le ministre des Affaires étrangères marocain a par ailleurs ajouté : « critique, la conjoncture actuelle doit nous interpeller pour stimuler la prise d’initiatives et sortir de l’attentisme, en reconsidérant certaines méthodes suivies et en s’ouvrant sur l’ensemble des acteurs majeurs dans ce dossier ». 


Sur un autre registre, le ministre a relevé une  « tendance à réduire les défis auxquels fait face le monde arabe à tout ce qui est exogène et en dehors de la région, ce qui est totalement faux ». «  Qu’en est-il de ce qui se passe dans notre espace commun en termes de faible intégration, des échanges commerciaux limités, de la rareté des projets de développements communs ou encore de la régression des investissements bilatéraux, sans évoquer les difficultés qui ont empêché l’élaboration d’un plan d’action commune avec des financements bien déterminés pour face face à l’impact de la pandémie de covid-19 sur notre sécurité, notre économie et notre système de santé », a précisé Nasser Bourita.

Par
Revenir au direct