S'abonner
Se connecter
logo du site ledesk
En continu
Les dernières informations en temps réel

Connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Abonnez-vous !

Découvrez l'offre de lancement du Desk

60 DH
1 mois
Découvrir les offres
19.04.2024 à 18 H 35 • Mis à jour le 19.04.2024 à 18 H 35 • Temps de lecture : 3 minutes
Par
Régions

Casa-Settat : la région approuve les documents constitutifs de la société régionale multi-services

Le Conseil de la région de Casablanca-Settat a approuvé en session extraordinaire, les documents constitutifs de la Société Régionale Multiservices (SRM) Casablanca-Settat. Lors de cette session, présidée jeudi par le président du Conseil de la région, Abdellatif Maâzouz, en présence notamment du Wali de la région de Casablanca-Settat, gouverneur de la préfecture de Casablanca, Mohamed Mhidia, et des représentants des services extérieurs, les projets de statut de la SRM et de pacte des actionnaires ont été approuvés à la majorité des membres du Conseil.


Dans le détail, le pacte fixe le nombre d'administrateurs nommés sur proposition de chaque actionnaire au sein du conseil d'administration de la société : cinq administrateurs, dont le wali de la région Casablanca-Settat en sa qualité de président du conseil d'administration, nommés sur proposition de l'Etat. Il s'agit aussi de quatre administrateurs nommés sur proposition des groupements des collectivités territoriales de Casablanca-Settat de distribution (groupement des collectivités territoriales représenté par son président et ses premier, deuxième et troisième vice-présidents).


Il s’agit également d’un administrateur nommé sur proposition de la région (représentée par son président) et d’un administrateur nommé sur proposition de l'Office national de l'électricité et de l'eau potable, qui est le directeur général de l'office, en plus d'un administrateur indépendant conformément aux dispositions de la loi n° 40.22 fixant les modalités de nomination des administrateurs indépendants dans les organes consultatifs des entreprises publiques. Concernant le capital initial de la société, il a été fixé à 40 % du capital de la société pour les groupements de collectivités territoriales Casablanca-Settat Distribution (80 millions de dirhams (MDH)), 25 % pour l'Etat (50 MDH) et 25 % pour l'Office national de l'électricité et de l'Eau Potable (50 MDH), et 10 % pour le Conseil de la région Casablanca-Settat (20 MDH).


Pour ce qui est des autres points à l'ordre du jour de cette session, ils ont été approuvés à l'unanimité, à l’image de l’annulation d'une convention de partenariat pour l’aménagement de trois axes routiers dans la province d'Ain Chock, en raison de la non préparation des études liées à ce projet. Il s’agit aussi d’une convention de partenariat pour l’aménagement de la route régionale n°3009 dans l'arrondissement de Hay Hassani et de la route nationale n°11 dans l’arrondissement d'Ain Chock, outre l'amendement d'une convention de partenariat pour la construction l’équipement du complexe régional d'accueil, de rééducation et d’intégration des personnes souffrant de maladies mentales et psychiatriques prévu dans le cadre du programme de développement régional (PDR) 2022- 2027.


Par ailleurs, a été reporté un point relatif à l'étude et à l'approbation d'une convention de partenariat pour la mise en œuvre du projet Campus Tech dédié à la promotion de l’employabilité et de l’entrepreneuriat à travers le développement de startups et l’accès à des formations spécialisées pour les jeunes, prévu dans le cadre du PDR 2022-2027.


Dans une déclaration à la MAP, Maâzouz a souligné que l’axe principal de cette session a été la société régionale multiservices, un projet national dont des expériences pilotes sont lancées dans quatre régions du Royaume, dont celle de Casablanca-Settat. Cette société, a-t-il ajouté, sera chargée de secteurs comme l'électricité, l'eau (raccordement et distribution) et l'assainissement. Mazouz a expliqué que les données et statistiques disponibles montrent que nombre de zones sur le territoire de la région ne disposent pas d'eau potable ni d'assainissement, ce qui veut dire que la création d'entreprises régionales multiservices, dans le cadre de la solidarité territoriale, est de nature à généraliser les raccordements électrique, à l'eau potable et à l’assainissement liquide.


D’autre part, il a souligné l’importance des autres points à l’ordre du jour, notamment le complexe dédié aux maladies mentales et psychiatriques, dont le coût est estimé à 300 MDH, hors médicament. Pour lui, il s’agit d'un projet exemplaire qui répond à l’exigence de traiter des maladies répandues.

©️ Copyright Pulse Media. Tous droits réservés.
Reproduction et diffusions interdites (photocopies, intranet, web, messageries, newsletters, outils de veille) sans autorisation écrite
Par
Revenir au direct