En continu
Les dernières informations en temps réel

Connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Abonnez-vous !

Découvrez l'offre de lancement du Desk

60 DH
1 mois
Découvrir les offres
16.09.2020 à 22 H 02 • Mis à jour le 16.09.2020 à 22 H 02
Par et
BCIJ

Cellule terroriste: découverte d’un véhicule frigorifique contenant des explosifs

D’après un communiqué du Bureau Central des Investigations Judiciaires (BCIJ), une opération de perquisition a été effectuée ce 16 septembre dans le parking d’un immeuble, situé au quartier Abbadi de Temara.


Dans cet immeuble, se trouve un appartement de la soeur du principal suspect de la cellule terroriste liée à Daesh, démantelée le 10 septembre dernier. Ciblé par les éléments du BCIJ, un véhicule frigorifique appartenant au mis en cause et supposé contenu des substances explosives et inflammatoires et qui était garé dans ce parking.


« L’endroit où a été dissimulé le véhicule frigorifique suspect a été localisé suite à des informations obtenues dans le cadre de l’enquête préliminaire menée dans cette affaire, notamment les déclarations de l’épouse du principal suspect, qui a indiqué son endroit à la police judiciaire et a assisté à la perquisition ayant permis la saisie du véhicule », ajoute le communiqué, notant que « ce véhicule était bien fermé ce qui a nécessité pour son déverrouillage de suivre le protocole de sûreté et de sécurité en vigueur », indique-t-on.


Pour rappel, dans une conférence tenue ce 11 septembre, le patron du BCIJ Abdelhak Khiam, affirmait que l’émir à la tête de la cellule terroriste était poissonnier de profession et circulait souvent à bord d’un triporteur. Au sujet du véhicule frigorifique annoncé dans ce communiqué, diffusé ce 16 septembre, aucune précision n’est apportée quant à s’il s’agit d’un triporteur ou d’un autre engin.


« Les mesures de fouilles ont permis la découverte et la saisie à l’intérieur du véhicule frigorifique appartenant au suspect de 6 bouteilles en verre contenant des liquides explosifs attachés à du tissu et un sabre, outre deux caissons en plastique dont l’un d’un volume de 20 litres et l’autre de 5 litres contenant les traces de substances chimiques suspectes », a ajouté le communiqué du BCIJ, précisant que « ces produits seront soumis aux expertises techniques nécessaires par l’institut des sciences forensiques ».




Par et
Revenir au direct