En continu
Les dernières informations en temps réel

Connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Abonnez-vous !

Découvrez l'offre de lancement du Desk

60 DH
1 mois
Découvrir les offres
16.06.2017 à 20 H 15 • Mis à jour le 16.06.2017 à 20 H 15
Par
Irak

Cent mille civils bloqués derrière les lignes de Daech à Mossoul

Cent mille civils sont toujours pris au piège derrière les lignes des djihadistes de l’Etat islamique dans Mossoul, où l’offensive militaire pour reprendre la ville entre dans son neuvième mois, a déclaré vendredi le HCR.


Les combattants de l’EI tirent à vue sur les familles qui cherchent à fuir de nuit, à pied ou à bien bord d’une embarcation sur le Tigre, a ajouté le Haut Commissariat des Nations unies pour les réfugiés.


« Ces civils, pour l’essentiel, sont retenus comme boucliers humains dans la vieille ville », déclare le représentant du HCR en Irak, Bruno Geddo, en parlant du quartier historique de Mossoul où les djihadistes sont assiégés par l’armée irakienne.


« Il ne reste pratiquement plus de vivres, d’eau, d’électricité, de carburant. Ces civils connaissent une situation de pénurie et de peur de plus en plus pénible, parce qu’ils sont cernés par les combats », ajoute-t-il.


L’offensive pour reconquérir Mossoul, qui est la « capitale » de l’EI en Irak, a débuté le 17 octobre dernier avec un appui aérien et terrestre de la coalition internationale anti-EI.


Les forces irakiennes ont achevé la reconquête de la partie est en janvier et ont lancé le mois suivant l’assaut contre la partie ouest, où se trouve la vieille ville.


La vieille ville, explique Bruno Geddo, « est un labyrinthe très dense, un dédale de ruelles où il faut lutter pied à pied, maison après maison ».


« Les tireurs embusqués de l’EI continuent de viser les personnes qui cherchent à s’enfuir, conformément à leur règle qui consiste à exécuter ceux qui tentent de quitter le territoire du califat », précise le représentant du HCR.


On évaluait en mai à 200 000 le nombre d’habitants toujours bloqués derrière les lignes de l’EI, mais leur nombre a diminué à mesure que les troupes irakiennes gagnaient du terrain.


Huit cent mille habitants, soit plus du tiers de la population d’avant le conflit, ont fui la ville, cherchant refuge auprès d’amis et de parents ou dans des camps d’hébergement.

©️ Copyright Pulse Media. Tous droits réservés.
Reproduction et diffusions interdites (photocopies, intranet, web, messageries, newsletters, outils de veille) sans autorisation écrite
Par
Revenir au direct