logo du site ledesk
En continu
Les dernières informations en temps réel

Connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Abonnez-vous !

Découvrez l'offre de lancement du Desk

60 DH
1 mois
Découvrir les offres
19.05.2022 à 11 H 10 • Mis à jour le 19.05.2022 à 11 H 16
Par
Exploration

Chariot lève 25 millions de dollars pour son projet Anchois au Maroc

Quelques mois après la campagne de forage sur le projet gazier d’Anchois au large de Larache, la firme britannique Chariot a débuté le développement du projet avec la mobilisation des financements nécessaires comme l’annonce un communiqué.


La société a annoncé le 18 mai avoir levé 25,5 millions de dollars grâce à une émission d’actions. 4 millions de dollars devraient s’ajouter à cette somme et seront eux levés par une offre ouverte aux actionnaires éligibles.


Selon Chariot, cette levée de fonds a attiré des investisseurs et permettra de faire avancer l’ingénierie et la conception du projet gazier d’Anchois avant de prendre la décision finale d’investissement. Elle sera utilisée pour faire progresser l’ingénierie et la conception du développement du gaz d’Anchois, y compris le projet FEED (Front-End Engineering), le financement du projet, les ventes de gaz et le rapport de réserves mis à jour, pour atteindre le FID (Final Investment Decision).


La levée de fonds permettra aussi la progression du pipeline d’énergie renouvelable, des partenariats stratégiques et nouvelles opportunités d’entreprise


Chariot avait nommé la Société Générale en avril dernier via sa succursale londonienne comme conseiller financier pour développer des options de financement par emprunt pour le développement du gaz sur le permis anchois comme nous le rapportions dans un article précédent.


En janvier, Chariot avait par ailleurs enrôlé Younes Maamar, ex-P-DG de l’Office nationale de l’électricité (ONE), en tant qu’administrateur indépendant à Londres. Il y siège aux côtés du Français Pierre Raillard, directeur de Chariot au Maroc.

©️ Copyright Pulse Media. Tous droits réservés.
Reproduction et diffusions interdites (photocopies, intranet, web, messageries, newsletters, outils de veille) sans autorisation écrite
Par
Revenir au direct