logo du site ledesk
En continu
Les dernières informations en temps réel

Connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Abonnez-vous !

Découvrez l'offre de lancement du Desk

60 DH
1 mois
Découvrir les offres
21.11.2022 à 13 H 54 • Mis à jour le 21.11.2022 à 13 H 55 • Temps de lecture : 1 minutes
Par
Revendications

Cherté de la vie: À Rabat, le Front social marocain appelle à une nouvelle marche

Dans un communiqué rendu public ce dimanche, le Front social marocain a appelé les citoyens marocains à participer à une marche nationale prévue le dimanche 4 décembre à Rabat, afin de « protester contre ce que vit le peuple marocain en termes de prix exorbitants, de répression systématique et d'oppression sociale globale ».


Dans le détail, la marche nationale se déroulera à 11h, au départ de la place Bab El Had à Rabat, et se tiendra sous le slogan « Tous contre la cherté et l'oppression », précise la source.

 

L'organisation de cette marche a pour objectif de mettre en lumière les revendications du Front social marocain, notamment l'appel à « annuler les mesures injustes contenues dans le projet de loi de finances et adopter des mesures alternatives pour alléger le fardeau des prix élevés et de la pauvreté » et à « réduire les prix du carburant et nationaliser la société La Samir pour contribuer à la sécurité énergétique de notre pays et restituer les fonds pillés que le lobby du carburant a dévoré ».


Il sera également question de plaider pour la réduction des prix des denrées alimentaires de base, pour la sécurité alimentaire ainsi que pour un « dialogue social productif qui amène à répondre aux revendications des différentes couches de la classe ouvrière marocaine, au premier rang desquelles une augmentation respectable des salaires ».


Parmi les autres revendications citées dans le communiqué, le Front social marocain appelle au « retrait de tous les projets de loi rétrogrades liés à la loi sur la grève, la loi sur les syndicats et les mesures de liquidation liées aux retraites  » et à « une réduction des prix des factures d'eau et d'électricité et des logements convenables pour les habitants des bidonvilles et des habitations insalubres ».


Par ailleurs, le communiqué plaide pour la garantie « des services publics gratuits et de qualité pour tous, notamment dans les domaines de la santé et de l'éducation », la garantie du « droit au travail et à l'indemnisation du chômage », ainsi que pour « le respect des libertés, notamment la liberté de travail syndical, la liberté d'organisation, d'expression et de manifestation, ainsi que la libération de tous les prisonniers politiques ».

©️ Copyright Pulse Media. Tous droits réservés.
Reproduction et diffusions interdites (photocopies, intranet, web, messageries, newsletters, outils de veille) sans autorisation écrite
Par
Revenir au direct