En continu
Les dernières informations en temps réel

Connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Abonnez-vous !

Découvrez l'offre de lancement du Desk

60 DH
1 mois
Découvrir les offres
21.01.2022 à 06 H 26 • Mis à jour le 21.01.2022 à 06 H 26
Par
DGSN

Chicha sans autorisation: un propriétaire de café interpellé à Casablanca

Les éléments du service préfectoral de la Police judiciaire de Casablanca, ont ouvert, jeudi soir, une enquête judiciaire sous la supervision du parquet compétent à l’encontre du propriétaire d’un café, âgé de 46 ans et aux multiples antécédents judiciaires, en vue de déterminer les actes criminels qui lui sont reprochés pour son implication présumée dans une affaire d’exploitation d’un café qui offre la consommation de chicha sans autorisation et pour tentative de corruption d’un commissaire de police pour l’inciter à ne pas accomplir une tâche entrant dans le cadre de ses fonctions.


Selon les premiers éléments des investigations, le suspect a contacté le chef d’un district de police et lui a offert une somme d’argent en guise de pot-de-vin, dans le but de l’empêcher d’appliquer la loi à son encontre et contre les gérants d’autres cafés à Hay Moulay Rachid à Casablanca, soupçonnés de servir de la chicha aux clients, indique un communiqué de la Direction générale de la sûreté nationale (DGSN), ajoutant qu’une fois alerté, le parquet compétent a ordonné d’ouvrir une enquête judiciaire à l’encontre des suspects et de toutes les personnes impliquées dans cette affaire.


Les recherches et investigations menées ont permis d’interpeller le suspect en flagrant délit de remise de la somme de 46.000 dirhams, en guise de pot-de-vin, au commissaire de police, chef du district de sûreté de Hay Moulay Rachid à Casablanca, ajoute la même source.


Le mis en cause a été placé en garde à vue pour les besoins de l’enquête judiciaire, menée par le service préfectoral de la Police judiciaire, sous la supervision du parquet compétent, en vue d’élucider les tenants et aboutissants de cette affaire et déterminer le degré d’implication des gérants des autres cafés dans la commission de ces actes criminels, conclut la DGSN.

©️ Copyright Pulse Media. Tous droits réservés.
Reproduction et diffusions interdites (photocopies, intranet, web, messageries, newsletters, outils de veille) sans autorisation écrite
Par
Revenir au direct